La Base de données

  1. Données à télécharger
  2. Conception de la Base de données
  3. Fonctionnement du Blog Epiphania

Données à télécharger

L’intégralité des données consultables sur ce blog provient d’une base de données disponible ici en téléchargement libre

lien de téléchargement Ces_Rois_mages_d’Occident_données_catalogue (archive .zip, 961 Ko)

Ces données sont mises à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Partage dans les mêmes Conditions 4.0 International (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/deed.fr)

L’archive contient la base de données produite durant ce travail de recherche aux formats .csv pour réutilisation et modification et .ods pour une consultation facilitée.


Iconographie et art monumental dans l’espace féodal du Xe au XIIe siècle : le thème des Rois Mages et sa diffusion
consultable en ligne : https://www.theses.fr/2012DIJOL034

Mathieu Beaud
sous la direction de Daniel Russo
Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l’Université de Bourgogne,
Histoire de l’art, études médiévales,
soutenue le 10 décembre 2012,
ED LISIT, UMR ArtheHis (6298, Université de Bourgogne / CNRS)


Chaque entrée de la base contient :

  • une formalisation descriptive par mots clés (voir plus ci-dessous)
  • les données de géolocalisation
  • les identifiants patrimoniaux de référence
  • l’intégralité des données et du texte contenus dans le catalogue de la thèse dans sa version jury (cartel, description détaillée, bibliographie à jour jusqu’en 2013)

Voir en plein écran

ci-dessus : visualisation cartographique du corpus en cours de correction

Conception de la base de données

Ce site accueille une version éditorialisée d’un base de données réalisée et alimentée durant la recherche doctorale (et soumise au jury sous la forme d’un volume de catalogue). Il référence toutes les œuvres du corpus : c’est-à-dire plus de 220 occurrences du motif des Mages recueillies dans les arts monumentaux des actuels territoires français, espagnol et italien (ainsi classés dans le sommaire pour facilité la consultation) entre les Xe et XIIe siècles1. Le lecteur circulera dans ce site comme il l’aurait fait dans la base de données originelle. Pour un consultation plus experte : la base de donnée est en téléchargement libre ci-dessus.

Il paraissait important de réaliser ce site documentaire pour plusieurs raisons.


1- La première est l’attention portée au lecteur du Livre pour lequel la présente interface a été réalisée. Celui-ci y retrouvera des fiches documentaires pour toutes les œuvres du corpus. Ces fiches proposent des clichés de bonne qualité et, autant que possible, libres de droit, qui permettront de suivre plus aisément les descriptions et les analyses que nous proposons.

2 – La seconde relève d’un objectif épistémologique. Ce travail se fonde sur un « corpus » au sens académique du terme. Cet objet scientifique était vivement interrogé dans diverses disciplines de l’université française alors soucieuse de transdisciplinarité lorsque ce travail a été lancé : en histoire, en archéologie, et de manière un peu plus neuve à ce moment, en histoire de l’art2) . Ce blog est l’occasion de documenter plus précisément ce contexte scientifique en espérant que les données offertes seront utiles pour d’autres approches dans le futur.

La base de données réunit l’ensemble des décors monumentaux recueillis pour l’Europe féodale. Elle est le fruit d’une orientation de la recherche prenant comme socle les théories du formalisme en histoire de l’art et pour protocole scientifique le structuralisme historique appliqué à l’image médiévale. Le corpus de la recherche a donc été conçu dans son horizontalité3.

Le corpus a été converti en base de données prioritairement catalographique pour rendre visibles les principales informations relatives à l’œuvre (cartels, descriptions, bibliographie, plan, visuel) qui sont toutes les information qui avaient été mises au propre sous forme rédigée dans le catalogue de la thèse.

Cependant, la base contenait de nombreuses autres informations non accessible aux lecteurs et lectrices. Elle avait notamment été conçue comme une table morphologique intégrant la formalisation en termes descriptifs de l’intégralité des œuvres du corpus. C’est dans ce travail patient d’indexation que résidait le cœur de la recherche. Cette formalisation des données passait par une approche très plastique des œuvres avec comme point d’accroche l’analyse formelle du champ figuratif. L’objectif était alors de faire apparaître une morphologie commune à l’ensemble des œuvres du corpus (ce que nous nommions dans la thèse une cellule iconographique) en dressant des connexions visuelles transversales, peu évidentes autrement.

Concrètement, chaque œuvre du corpus occupe une ligne du tableau. Elle y est considérée comme un objet d’étude autonome. Les colonnes répertorient, quant à elles, les épisodes composant le cycle des Mages (l’apparition de l’étoile, le voyage, l’audience devant Hérode, l’adoration, le songe) en identifiant pour chacun d’eux les différentes variantes.

À cela s’ajoute une description de chacun des protagonistes de l’histoire : prioritairement les Mages et le groupe de la Vierge à l’Enfant mais aussi tous les personnages annexes pouvant apporter du sens à la mise en image.

Fonctionnement du Blog Epiphania

Ce blog propose le contenu de la base de données aligné avec des identifiants de référence. Nous avons opté pour toutes les fiches documentaires pour l’identifiant Wikidata. Celui-ci est enrichi d’un identifiant Mérimée pour les œuvres présentes sur le territoire français ; d’un identifiant identifiant Bienes de Interés Cultural (BIC) pour les œuvres présente en Espagne ; d’un identifiant Catalan object of cultural interest ID pour les œuvres présente en Catalogne. Pour les œuvres conservées en musée, un numéro d’inventaire est enrichi, lorsque cela était possible, d’un hyperlien vers la notice de référence dans les archives en ligne de la collection citée.

Cette interface numérique offre également une version éditorialisée et navigable. En plus du contenu lui-même et de l’iconographie qui l’accompagne, la structure de la base de données a été converti en Catégories et en étiquettes WordPress. Ainsi, les données de localisation (Pays, région, localité) apparaissent sous forme de catégories en en-tête de chaque fiche documentaire éditée ici sous forme de billet. La taxonomie descriptive est quand à elle convertie sous forme d’étiquettes au bas de chaque billet. En cliquant sur les catégorie et les étiquettes, le lecteur pourra ainsi obtenir en résultat de l’ensemble des fiches qui les partages.

Ces catégories et ces étiquette restent consultable sur le volet doit de chaque billet, en plus d’un barre de recherche et d’un sommaire.

Les données de géolocalisation sont déposées sur OpenStreetmap, et visualisable via l’application Umap. Une visualisation de la localisation précise de chaque oeuvre a été embarquée au bas de chaque billet. Dans la mesure du possible, la localisation d’origine et la localisation actuelle apparaissent superposées pour les oeuvres déplacées.

La bibliographie présente en bas de chaque billet est à jour jusqu’en 2013.

J’espère ainsi pouvoir offrir au lecteur une manière utile de naviguer dans la documentation offerte sur cette plateforme. Une consultation experte de l’ensemble des données se fera sur le tableur en téléchargement libre ci-dessus.



  1. Pour plus d’informations sur la constitution du corpus, le traitement de la documentation : Mathieu BEAUD, « Les Rois mages. Iconographie et art monumental dans l’espace féodal (Xe-XIIe siècle) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, BUCEMA [En ligne], 17.1, 2013, mis en ligne le 10 juin 2013 (consulté le 27/04/2022) URL : http://journals.openedition.org/cem/13079 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cem.13079 []
  2. Voir à ce sujet : Eliana MAGNANI. Qu’est-ce qu’un corpus ? Compte-rendu de la journée d’études. 2017, https://irht.hypotheses.org/3187 (consulté le 27/04/2022) ; C. TREFFORT, « Le corpus du chercheur, une quête de l’impossible ? Quelques considérations introductives », Le corpus. Son contour, ses limites et sa cohérence, Annales de Janua, Actes des Journées d’études, n°2, 2014 [En ligne] http://annalesdejanua.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=725 (Consulté le 27/04/2022 []
  3. Jérôme BASCHET, L’iconographie médiévale, (Folio Histoire inédit), Paris, Gallimard, 2008 []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search