Îlle-sur-Têt, Hospice d’Ille, centre d’art sacré

Îlle-sur-Têt (Pyrénées-Orientales, Occitanie)

Édifice : Îlle-sur-Têt, Hospice d’Îlle, centre d’art sacré


Îlle-sur-Têt, chapelle de Casenoves, (plan L. BAYROU, 1987 SDAP Pyrénées-Orientales)
  • Édifice d’origine : chapelle de Casenoves.
  • Médium : fresque.
  • Support : mur.
  • Situation dans l’édifice : chœur, mur sud.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice :
  • Datation : Datation : XIIe-déb. XIIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : Intégration dans le programme iconographique : chœur , conque absidale : Majestas Domini , mur nord : Annonciation , Crucifixion , mur sud : Adoration des Mages.
  • identifiant Wikidata édifice actuel : Q22954291
  • identifiant Wikidata édifice d’origine : Q2957168
  • identifiant Wikidata œuvre : Q60846103
  • identifiant Mérimée de l’édifice d’origine : PA00104033
  • identifiant Mérimée de l’œuvre : PM66001422

Îlle-sur-Têt, fresque de la Chapelle de Casenoves
(cliché d’après J. AINAUD DE LASARTE, p. 47
)

Description : Les fresques de Casenoves sont surtout célèbres pour les aléas juridiques dont elles ont fait l’objet. Elles étaient déjà très endommagées lors de leur découverte et n’offraient alors que quelques vestiges de l’ensemble du cycle peint. Les peintures furent découvertes en 1953 par Marcel Durliat dans la chapelle de Casenoves située sur une propriété privée d’Îlle-sur-Têt. Arrachés et vendus dès 1954 suite à des manœuvres peu scrupuleuses, tous les fragments ont été dispersés. Deux d’entre eux furent retrouvés au Musée d’art et d’histoire de la ville de Genève et à la Fondation Abegg de Riggisberg en Suisse. En 1997, la ville de Genève fit don de deux fragments à la ville d’Îlle sur Têt : ceux de l’ Adoration des Mages et de la Majestas Domini qui sont aujourd’hui aux Hospices d’Îlle. Les autres peintures sont toujours conservées à la Fondation Abegg de Riggisberg (voir P. Ponsich, 1957 et O. Poisson, 2005) .

Le fragment de l’Épiphanie nous montre les trois Rois mages, coiffés de couronnes dissemblables et portant chacun un vêtement qui lui est propre, composé d’une tunique mi-longue et d’un manteau court. Les trois Rois chaussent également des éperons à molettes dentées. Ils s’inclinent tous trois devant la Vierge à l’Enfant, assise de profil sur un trône surmonté d’un dais légèrement outrepassé. Le Christ tient le Livre et adresse un geste de bénédiction à ses visiteurs. Entre le trône et le premier mage se place l’étoile prenant la forme d’une fleur à cinq pétales. Une inscription placée en dessous ( tri i ) reste difficile à interpréter ( s. Maria Mater Domini Nos tri lesus Christi selon Marcel Durliat, 1954 qui la rapproche de celle de l’ autel Sainte Marguerite au musée de Vich). Une portion du registre inférieur est encore solidaire de la fresque, sur laquelle apparaissent un griffon et un homme muni d’un phylactère.

Il est difficile de replacer ces peintures dans leur contexte originel. La description de Marcel Durliat (1954) croisée avec un cliché des Monuments historiques (phototype n ° 54N00282) nous permet de situer le panneau de l’Adoration des Mages sur le mur sud du chœur, dans la partie haute, au-dessus de la fenêtre. Elle communiquait donc directement avec la Majestas Domini de l’abside alors que l’ Annonciation et la Crucifixion lui répondaient sur le mur nord.


Édifice actuel

Voir en plein écran

Édifice d’origine

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • CASTINEIRAS Manuel, LETURQUE Anne, MALLET Géraldine, POISSON Olivier et ROLLIER-HANSELMANN Juliette, Du fragment à l’ensemble : les peintures murales de Casesnoves, Montpellier, DRAC Languedoc-Roussillon, coll. « Duo », 2015.
  • CASTINEIRAS Manuel, LETURQUE Anne, ROLLIER-HANSELMANN Juliette, MAZUIR Alexandre, « Les peintures murales de Saint-Sauveur de Casesnoves : restitution 3D de l’église et de ses décors peints », dans Arts picturaux en territoires catalans (XIIe – XIVe siècle) : Approches matérielles, techniques et comparatives, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2015, [En ligne], URI https://sam.ensam.eu/handle/10985/10235 (consulté le 19/11/2021)
  • DURLIAT Marcel, « La peinture romane en Roussillon et en Cerdagne », CCM , 4, 1961, p. 1-14.
  • DURLIAT Marcel, « La peinture roussillonnaise à la lumière de découvertes récentes », Études roussillonnaises, 6, 1957, p. 292-293.
  • DURLIAT Marcel,, « Les peintures murales romanes dans le Midi de la France de Toulouse et Narbonne aux Pyrénées », CCM, 26 (2), 1983, p. 117-139.
  • DURLIAT Marcel, Arts anciens du Roussillon, Perpignan, Marcel Durliat, 1954, p. 15-16.
  • MESURET Robert, Les peintures murales du Sud-Ouest de la France du XIe au XVIe siècle : Languedoc, Catalogne septentrionale, Guienne, Gascogne, Comté de Foix , Paris, Picard, 1967, p. 141-142.
  • POISSON Olivier, « “Rien. Rien” : l’église Saint-Sauveur de Casenoves et son décor peint », dans De la création à la restauration : travaux d’histoire de l’art offerts à Marcel Durliat pour son 75e anniversaire, Toulouse, Atelier d’histoire de l’art méridional, 1992.
  • POISSON Olivier, « Les peintures murales romanes de Casenoves : fortunes d’un décor devenu objet, 1954-2004 », dans Regards sur l’objet roman, B.-H. Papounaud et H. Palouzié (Dirs.), Actes du colloque Fortune de l ‘ objet roman Saint-Flour, 7-9 octobre 2004, Association des conservateurs des antiquités et objets d’art de France, Arles, Actes Sud, 2005, p. 91-106.
  • PONSICH Pierre, « Les développements de la scandaleuse affaire des fresques de Casenoves », Études roussillonnaises, 6, 1957, p. 292-293.
  • SUREDA Joan, La pintura románica en Cataluña, Madrid, Amianza, coll. « Alianza Forma, 17 », 1981, cat. n o 37, p. 304-305.
  • WETTSTEIN Janine, « Les fresques roussillonnaises de Casenoves », Genava, 26, 1978, p. 171-186.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (19 novembre 2021). Îlle-sur-Têt, Hospice d’Ille, centre d’art sacré. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogi0


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search