L’Île-Bouchard, église Saint-Léonard

L’Île-Bouchard (Indre-et-Loire, Centre-Val de Loire)

Édifice : église paroissiale Saint-Léonard


L’Île-Bouchard, église Saint-Léonard
(plan C. LELONG, 1977)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : chœur, déambulatoire, côté nord, chapiteau de la première grande arcade, face nord-ouest.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : ancienne église prieurale, dépendance de l’abbaye bénédictine de Déols.
  • Datation : 1130-1140.
  • Intégration dans le programme iconographique : Intégration dans le programme iconographique : chapiteaux du déambulatoire , chapiteau n° 1 (chapiteau de la colonne nord-ouest) : Annonciation et Visitation (face côté autel), Songe de Joseph (face latérale droite), Nativité et Annonce aux Bergers (face côté déambulatoire), Adoration des Mages (face latérale gauche et face principale) ; chapiteau n° 2 : Baptême du Christ ? (R. Crozet , 1942) ou le baptême de saint Léonard par saint Rémi (F. Garnier , 1997) (face côté autel), Massacre des Innocents (face latérale droite), Présentation au Temple (face côté déambulatoire), Fuite en Égypte (face latérale gauche) ; Chapiteau n° 3 : Crucifixion (face côté autel), Baiser de Juda (face latérale gauche) et Arrestation du Christ (face côté déambulatoire), La Cène (face côté déambulatoire et face latérale droite) ; Chapiteau n° 4 : Entrée à Jérusalem (face côté autel), Tentations du Christ (trois autres faces) ; piles quadrilobées à l’entrée du chœur : motifs zoomorphes et végétaux, chapiteaux corinthiens, affrontement des basilics.
  • identifiant Wikidata : Q33887488
  • identifiant Mérimée : Ia37000295


L’Île-Bouchard, église Saint-Léonard, vue des chapiteaux du rond-point
(Patrick Clenet, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Description : Le plan de l’église Saint-Léonard dans son état originel n’est pas connu. Il n’en subsiste aujourd’hui que le chœur à déambulatoire et les chapelles rayonnantes et il semble qu’il en était déjà ainsi au début du XIX e siècle. Les vestiges conservent cinq grandes arcades retombant sur quatre chapiteaux historiés et de piles quadrilobées, à l’entrée du chœur, ornées de chapiteaux zoomorphes et végétaux. Le déambulatoire semble avoir été conçu, à l’origine, pour reposer uniquement sur quatre larges colonnes et deux piles quadrilobées. Sans doute pour sécuriser la portance de l’arcature, les colonnes principales ont été flanquées de colonnes secondaires et d’un écran en appareil régulier venu aveugler chaque arcade. Ces travaux de renfort ont été opérés avec grand soin, sans doute dans la seconde moitié du XII e siècle. Ils ont pourtant profondément modifié la vision que l’on pouvait avoir des chapiteaux dont les faces latérales se sont trouvées occultées (elles ont été en partie dégagées au siècle dernier).

Le premier chapiteau historié condense une grande quantité de scènes de l’Enfance. Sur la face donnant sur l’autel se suivent l’ Annonciation et la Visitation (sur le bandeau inférieur du tailloir on peut lire angels gabriel ). Sur la face de droite est intégré le premier Songe de Joseph alors que sur la face donnant sur le déambulatoire apparaissent la Nativité et l’ Annonce aux Bergers. Enfin, c’est sur la face gauche du chapiteau (vue de l’autel), que les Mages portent leurs offrandes au Christ.

L’Île-Bouchard, église Saint-Léonard, rond-point, chapiteau des Mages
(Patrick Clenet, 2009, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

La Vierge à l’Enfant, placée sur l’arête du chapiteau, est assise de profil sur un trône curule à motifs léonins. Elle est voilée et couronnée. L’Enfant sur ses genoux est également couronné d’un diadème orné d’une croix grecque. Les Rois mages sont tous trois coiffés de couronnes richement ouvragées et vêtus de longues tuniques à motifs perlés. Un effort semble avoir été mené pour différencier physiquement les trois Rois (le premier est imberbe et les deux autres portent des barbes différentes). Il est à ce propos relativement rare de voir, comme ici, le plus jeune des Rois se présenter le premier devant l’Enfant, l’honneur étant généralement réservé au plus âgé. L’Enfant s’empare de la première offrande que présente le premier mage (ayant posé ses deux genoux à terre) alors qu’au-dessus d’eux éclot l’étoile sous la forme d’un fleuron à corole pleine.

Le chapiteau de l’Enfance s’inscrit dans un programme iconographique très cohérent. Pour le spectateur placé face à l’autel, les quatre faces principales des quatre chapiteaux historiés forment quatre tableaux thématiques. La cohérence de ce premier programme de structure s’organise autour des chapiteaux des deux colonnes centrales présentant deux images hiératiques. Sur la colonne de droite rayonne la Crucifixion et sur celle de gauche, une scène de Baptême, soit celui du Christ (R. Crozet , 1942), soit celui de Saint Léonard (F. Garnier , 1997). Les deux chapiteaux extérieurs présentent, quant à eux, devant l’autel, des compositions dynamiques. Sur le chapiteau de l’Enfance coiffant la colonne nord, le mouvement processionnel est imprimé par les Mages qui empiètent sur la face principale où se tiennent l’ Annonciation et la Visitation . Ainsi, sur ce chapiteau, les Mages s’orientent aussi bien vers le Trône de Sagesse que vers le fiat de la vierge au moment de l’ Annonciation , confirmé par la Visitation . La colonne sud, quant à elle, est coiffée du chapiteau de l’ Entrée à Jérusalem au-dessus de laquelle on lit exeunes de ierlm pueri hebrei q viaer.

Ainsi, l’Entrée du Roi des juifs dans sa ville, accompagné de ses disciples, construit un sens processionnel symétrique à celui des Mages. Les deux scènes externes composent donc une dynamique convergeant vers le centre de l’abside et, donc, vers l’autel : les Mages se dirigent vers le Baptême en rappelant l’agrégation des nations à l’Église alors que le Christ, en entrant à Jérusalem, chemine vers la Crucifixion . Les deux scènes extérieures encadrent donc les deux piliers sacramentels fondamentaux de l’Église : le Baptême et l’Eucharistie, exaltés tous deux au-dessus de l’autel. De plus, l’espace sacré ainsi délimité, ce dernier est séparé du transept par les chapiteaux des piles occidentales sur lesquelles s’affrontent griffons et basilics.

Les faces des chapiteaux donnant sur le déambulatoire construisent, en revanche, une réflexion sur la vocation sacrificielle du corps du Christ. En effet, du nord au sud, se succèdent la Nativité , la Présentation au Temple, la Cène, l’ Arrestation de Christ et les Tentations au désert.

Remarque : Les sculptures de Saint-Léonard sont attribuées au sculpteur « Denis », dont la signature a été retrouvée près du chevet sur un bloc bûché (aujourd’hui dans l’absidiole nord). On peut rapprocher de l’œuvre de ce sculpteur ou de son atelier les sculptures du transept de la collégiale Saint-Ours de Loches et celles de l’ancienne abbatiale Saint-Pierre de Preuilly-sur-Claise.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • CROZET René, « Chapiteaux berrichons en Touraine et en Poitou », B.M., 94, 1935, p. 237-240.
  • CROZET René, « Les chapiteaux de l’ancien prieuré Saint-Léonard de l’Île-Bouchard (Indre-et-Loire) », B.M., 101, 1942, p. 95-108.
  • CROZET René, « L’Île Bouchard », Caf : Tours, 106, 1948 (1949), p. 302-313.
  • DURET MOLINES Patricia, La Sculpture de la vallée de la Loire moyenne entre 1120 et 1160 : les derniers développements du roman, Thèse de doctorat, Université de Poitiers, 1996, vol. 1, p. 86-94, p. 106-112, vol. 2, p. 528-548.
  • FLEURY Gérard , Denis , un sculpteur roman et son entourage artistique en Touraine au XIIe siècle : les œuvres attachées à son vocabulaire et son style, Monts, Hugues de Chivré, 2009, part. p. 29-52).
  • GARNIER François, « Note sur un chapiteau du prieuré Saint-Léonard de l’Île-Bouchard », Cahiers de Rencontre avec le Patrimoine religieux, 7, 1997, p. 91-93.
  • LAINÉ Martine, L’Île-Bouchard et la vallée de la Vienne, Lyon, Lieux Dits, coll. « Images du patrimoine, 238 », 2006, p. 34-39, fig. 224.
  • LELONG Charles, Touraine Romane, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 6 », 1977.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (18 novembre 2021). L’Île-Bouchard, église Saint-Léonard. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oghz


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search