Fleury-la-Montagne, église Saint-Barthélemy

Fleury-la-Montagne (Saône-et-Loire, Bourgogne-Franche-Comté)

Édifice : église Saint-Barthélemy


  • Médium : sculpture.
  • Support : linteau.
  • Situation dans l’édifice : portail occidental, linteau.
  • Cycle des Mages : Voyage des Mages , Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : église paroissiale, possession de la cathédrale de Mâcon.
  • Datation : première moitié du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : Intégration dans le programme iconographique : portail occidental , tympan : Christ en gloire ; linteau : Adoration et Voyage des Mages ; chapiteaux d’ébrasements : chèvre musicienne (à gauche), combat de vices et de vertus (à droite).
  • identifiant Wikidata : Q11746585
  • identifiant Mérimée : Pa00113279

Description : L’église de Fleury-la-Montagne, construite sous le vocable de Saint-Barthélemy au XII e siècle, a vu son plan et son bâti profondément remaniés au XV e , au XVIII e puis au XIX e siècle. Quelques parties du chevet et du clocher restent romanes ainsi que l’intégralité du portail occidental. Ce dernier se compose d’une archivolte nue unique, retombant sur deux colonnes d’ébrasements coiffées de chapiteaux pourvus d’imposants tailloirs. Les scènes sculptées qu’encadre l’archivolte se distribuent sur un tympan reposé sur un linteau lui-même soutenu par deux corbeaux nus.

Fleury-la-Montagne, église Saint-Barthélemy, portail occidental
(cliché M. B., 2006, CC BY-SA 4.0)

C’est au linteau que s’étend la procession des Mages, selon une composition synthétique étonnante. À chaque extrémité apparaissent deux importants médaillons entièrement crénelés, occupant toute la hauteur de l’espace sculpté. L’intérieur du premier (à droite) trône la Vierge à l’Enfant, de profil, sur une volute végétale. Les trois chevaux des Mages traversent le second médaillon (à gauche). Deux des montures sont au repos et une figure, en partie arrachée, les tient par la bride (sans doute un écuyer des Mages). Entre ces deux motifs circulaires se suivent les trois Rois. L’un d’entre est encore à cheval et figure le Voyage alors que ses deux compagnons sont déjà en adoration face à l’étrange mandorle circulaire accueillant la Vierge. Les détails du costume des Mages rendent compte d’une distinction temporelle au sein du cortège : le premier, à cheval porte une tunique courte adaptée à la chevauchée alors que ses deux compagnons, en adoration, portent de riches manteaux. Concernant leurs vêtements, notons les étranges coiffes qui ne se rapprochent ni de couronnes, ni de bonnets orientaux, mais plus de heaumes coniques aux arêtes ferrées (Gabriel Beaudequin, 1960 voulait y voir des mitres épiscopales). Dans le fond de la composition, un réseau de larges palmettes d’acanthe forme un troisième médaillon que traversent les visiteurs.

La scène du tympan est plus complexe à interpréter car elle réunit plusieurs éléments apparemment incompatibles. Au centre, un Christ debout dans sa mandorle porte dans sa main gauche la Croix et présente la paume de sa main droite. L’Alpha et l’Oméga sont gravés de part et d’autre de son nimbe crucifère. À gauche, une figure féminine porte un vase. Derrière elle se dresse un petit édicule à large ouverture en berceau. Il faut sans doute identifier ici Marie Madeleine portant le vase d’onguent devant le tombeau vide de la Résurrection. Le personnage lui faisant pendant est nimbé, assis sur un large trône et porte un codex dans sa main voilé. Le personnage est inidentifiable, mais l’on peu soupçonner un évangéliste, peut-être Jean, d’après la nature de la vision centrale. La présence de Marie Madeleine, témoin de la Résurrection nous fait donc penser que le Christ central se rapporte à une vision deutéroparousiaque. Il est porteur de l’instrument de la Passion comme le ferait un Christ du Jugement dernier. De même, sa main levée, paume tournée vers le spectateur, s’apparente plus à une monstration des plaies ou à un signe de jugement qu’à une bénédiction.

Il nous faut donc revenir à l’ Adoration des Mages et la comprendre dans un tel contexte eschatologique. Le premier arceau crénelé qu’ont traversé les visiteurs et dont les chevaux marquent encore le seuil, s’apparente à l’entrée de la Jérusalem céleste, figurée par la Vierge inscrite dans un motif semblable. Le médaillon végétal central, développement sans précédent de l’étoile, se rapporterait ainsi à la lumière de l’agneau qui irrigue la cité céleste. L’ Adoration des Mages de Fleury-la-Montagne prend ainsi valeur d’entrée des nations dans la Jérusalem céleste (Ap 21, 24-26). Cela confirmerait en Bourgogne un usage eschatologique récurent de l’Épiphanie, que nous retrouvons, par exemple à Neuilly-en-Donjon, à Anzy-le-Duc et, de façon plus modérée, à Saint-Georges de Chassenard.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ANGHEBEN Marcel, Les chapiteaux romans de Bourgogne : thèmes et programmes, Turnhout, Brepols, 2003, p. 415, 483.
  • BEAUDEQUIN Gabriel, « Les représentations sculptées de l’Adoration des Mages dans l’ancien diocèse d’Autun à l’époque romane, étude descriptive et iconographique », CCM, 3, 1960, p. 479-489.
  • DUVERNOY R. D r , « Remarque sur le portail de Fleury-la-Montagne », B.M., 101, 1943, p. 291-297.
  • HAMANN Matthias, Die burgundische Prioratskirche von Anzy-le-Duc und die romanische Plastik im Brionnais, Würzburg, Deut. Wissenschaf, 2000, vol. 2, p. 56-61.
  • OURSEL Raymond, L’Art en Bourgogne, Paris, Arthaud, 1953.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (18 novembre 2021). Fleury-la-Montagne, église Saint-Barthélemy. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oghu


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search