Faye-la-Vineuse, ancienne collégiale Saint-Georges

Faye-la-Vineuse (Indre-et-Loire, Centre-Val de Loire)

Édifice : ancienne collégiale Saint-Georges


  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : crypte, chapiteau du déambulatoire.
  • Cycle des Mages : Voyage des Mages , Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : collégiale.
  • Datation : XIIe siècle.
  • identifiant Wikidata : Q3581567
  • identifiant Mérimée : Pa00097750

Faye-la-Vineuse, chapiteau de la crypte, Adoration des Mages
(Gudiol, © Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, diffusion RMN-G)

Description : La collégiale Saint-Georges de Faye-la-Vineuse a vu son architecture profondément remaniée lors de restaurations successives en 1873-1877 et en 1888. Cependant, la crypte consacrée à sainte Marie-Madeleine demeure relativement intacte. C’est là que se trouvent deux curieux chapiteaux du déambulatoire relatifs à l’histoire des Mages. Sur le premier, les Mages sont en adoration. La composition est classique : les trois Rois sont regroupés sous une même arcade, sur la face principale, et s’orientent vers la Vierge à l’Enfant trônant de profil, sous une seconde arcade, sur la face latérale.

Faye-la-Vineuse, chapiteau de la crypte, Voyage des Mages
(Gudiol, © Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, diffusion RMN-G)

Le second chapiteau est en revanche beaucoup plus singulier. Les Mages à cheval portent, à la place de leurs offrandes, de longues croix hastées. Le motif est rare mais se trouve sur les fresques de Saint-Martin-de-Fenollar, sur lesquelles les Mages retournent dans leur patrie, munis de longues lances cruciformes, signes de leur conversion. Il apparaît également sur les fresques de Saint-Pierre-les-Églises où les Mages chevauchent cette fois vers la Vierge, munis des mêmes attributs. Jean-Jacques Bourrassé (1845) identifiait ce chapiteau comme la chevauchée de croisés vers la Terre sainte. La remarque est intéressante et l’on pourrait être face à l’un des rares exemples utilisant les Mages dans l’optique d’une promotion des croisades . Il pourrait cependant s’agir plus simplement du voyage de retour des Mages, comme à Saint-Martin-de-Fenollar, les croix renvoyant alors à la conversion des trois Rois. Remarquons cependant que d’autres chapiteaux de l’église supérieure décrivent des combats entre soldats chrétiens et infidèles. Leur authenticité serait toutefois à confirmer et, malheureusement, la datation très imprécise des sculptures nous invite à la plus grande prudence quant à la portée historique du motif.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BOURRASSÉ Jean-Jacques, « Notice archéologique et historique sur Faye-la-Vineuse », Mémoires de la Société archéologique de Touraine, 3, 1845, p. 161-175.
  • DURET MOLINES Patricia, La Sculpture de la vallée de la Loire moyenne entre 1120 et 1160 : les derniers développements du roman, Thèse de doctorat, Université de Poitiers, 1996. Labande-Mailfert Yvonnes, Poitou roman , Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 5 », 1972 (1 ère éd. 1957), p. 35.
  • RANJARD Robert, « Faye-la-Vineuse », caf : Poitiers, 109, 1951 (1952), p. 280-286.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (18 novembre 2021). Faye-la-Vineuse, ancienne collégiale Saint-Georges. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oght


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search