Étampes, église Notre-Dame

Étampes (Essonne, Île-de-France)

Édifice : église Notre-Dame


Étampes, église Notre-Dame (plan E. CHAULIAT, av 1987, CESCM)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : portail sud, frise de chapiteaux des ébrasements, ébrasement occidental, chapiteaux extérieurs.
  • Cycle des Mages : Voyage des Mages , Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : collégiale royale.
  • Datation : 1140-1155.
  • Intégration dans le programme iconographique : Intégration dans le programme iconographique : portail sud , ébrasement occidental (de l’intérieur vers l’extérieur) : Annonciation , Visitation , Songe de Joseph , Nativité , Bain de l’Enfant , Voyage des Mages , Adoration des Mages , Hérode et ses scribes , Massacre des Innocents ; ébrasement oriental (de l’extérieur vers l’intérieur) : Entrée à Jérusalem , la Cène , Visite au Sépulcre , Noli me tangere ; chapiteau des jambages , jambage oriental : Péché originel et Expulsion du Paradis ; jambage occidental : les deux premières tentations du Christ ; statues-colonnes , à gauche : Melchisédech, Moïse, Esther ; à droite : David, Salomon, reine de Saba ; tympan : Ascension du Christ ; archivoltes : deux voussures internes , Vieillard de l’Apocalypse ; voussure externe : prophètes ; écoinçons supérieurs du portail : ange porteur d’une coupe (à gauche), ange porteur d’un livre (à droite).
  • identifiant Wikidata : Q2002352
  • identifiant Mérimée : Pa00087892

Étampes, église Notre-Dame, portail méridional
(GO69, 2011, CC0, via Wikimedia Commons)

Description : L’église collégiale de Notre-Dame-d’Étampe n’est pas une fondation royale mais elle fut édifiée sous l’impulsion de Robert le Pieux avec les fonds de la couronne de France, ce qui conforta aux Capétiens une autorité certaine sur son collège de chanoines. Le portail est relativement bien conservé dans son état originel mais il est à déplorer la mutilation de toutes les têtes des personnages ainsi que la disparition d’un tronçon de la frise de chapiteaux, à l’extérieur de l’ébrasement oriental, tronqué par l’ajout du mur occidental du transept sud.

Étampes, église Notre-Dame, portail méridional, chapiteau d’ébrasement
GFreihalter, 2012, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons
)

Les Mages apparaissent dans la partie occidentale de la frise de chapiteaux déployant sur les deux ébrasements un ample cycle christologique. Le segment occidental se consacre au récit de l’Enfance. Ce dernier se lit chronologiquement de droite à gauche, à savoir, de la porte vers l’extérieur. S’y succèdent ainsi l’ Annonciation , la Visitation , le premier Songe de Joseph (sur le premier chapiteau), la Nativité , le Bain de l’Enfant (sur le second chapiteau), l’ Adoration des Mages (sur le troisième chapiteau) suivie du Voyage des Mages (sur la frise du mur sud de la façade). Le cycle se conclut par le Massacre des Innocents et Hérode consultant ses Scribes. Sur les chapiteaux coiffant le jambage occidental de la porte se suivent deux tentations du Christ.

Concernant les Mages, ils apparaissent durant leur voyage au nombre de trois, à pied, couronnés et vêtus de longues tuniques gonflées par le vent. Le second se retourne vers le troisième pour lui montrer l’étoile. Ce dernier lui répond en présentant les paumes de ses mains. Sur le chapiteau suivant, ils ne sont plus que deux. La Vierge trône frontalement sur le revers, nimbée et présentant l’Enfant de profil alors que Joseph se tient en retrait.

Étampes, église Notre-Dame, chapiteau d’ébrasement, Voyage et adoration des Mages
(GFreihalter (détail), 2012, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Kathleen Nolan (1989) a justement remarqué que, si la chronologie des scènes suit un ordre de lecture de droite à gauche, la dynamique de chaque tableau et de leur enchaînement propose un sens de lecture inverse (de l’extérieur vers l’intérieur du portail). Les Mages suivent ainsi une procession cohérente durant leur voyage et leur adoration, s’orientant vers la Nativité (l’Incarnation du verbe) et, plus généralement, vers l’entrée de l’édifice. Il convient également de dresser un parallèle avec le cycle de la Passion et de Pâques construit en miroir sur l’ébrasement opposé. Nous remarquons ainsi plusieurs connexions thématiques entre les deux portions de frise. Au plus près de la porte, l’ Annonciation fait, par exemple, pendant aux saintes-femmes au Tombeau devant l’ange, dressant un parallèle entre l’annonce angélique de la Naissance et celle de la Résurrection (renaissance) du Christ. De même, la Nativité se réfère très exactement à La Cène , sur la portion opposée, mettant en exergue le sacrement eucharistique par le parallèle entre le dernier repas et la crèche « Domus panis ».

Dans cette logique, nous remarquons que le Voyage et l’ Adoration des Mages se réfèrent directement à l’Entrée du Christ à Jérusalem. Les deux épisodes exaltent la royauté du Christ et sont une réflexion sur la Cité sainte. Les premiers Mages, en présentant leurs offrandes à la Vierge-Église, préfigurent l’entrée des nations dans la Jérusalem céleste alors que, le Christ et ses disciples, en entrant dans la Jérusalem historique, préfigurent l’instauration du Royaume du Christ. Ainsi, les deux segments de frise construits en parallèle impriment une dynamique centripète au programme sculpté en convergeant vers l’intérieur du portail, donc vers l’entrée de l’édifice.

Le parallèle entre l’ Adoration des Mages et l’ Entrée à Jérusalem est fréquent depuis l’enluminure franque des X e -XI e siècles et nous la retrouvons dans quelques exemples significatifs de la sculpture du XII e siècle (sur façade de Saint-Gille-du-Gard, sur le portail de l’église de Pompierre. Il n’est cependant pas rare de voir les deux scènes cohabiter de façon plus discrète dans plusieurs autres décors.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • AUBERT Marcel, « Le Portail royal et la façade occidentale de la cathédrale de Chartres », B.M., 100, 1941, p. 194-196.
  • GROSSET Charles, « Les sculptures du portail sud de Notre-Dame d’Étampes », CCM, 7, 1964, p. 53-61.
  • KATZENELLENBOGEN Adolf, The Sculptural Programs of Chartres Cathedral : Christ, Mary, Ecclesia, New York, Norton, coll. « The Norton library, 233 », 1968 (1ère éd. New York, 1959), p . 40-41.
  • LAPEYRE André, Des façades occidentales de Saint-Denis et de Chartres aux portails de Laon : études sur la sculpture monumentale dans l’Île-de-France et les régions voisines au XIIe siècle, Mâcon, Protat frères, 1960, p. 53-66.
  • LEFÈVRE Eugène Louis, « Le portail royal d’Étampes et la doctrine de saint Irénée sur la Rédemption : IIe et XIIe siècles », Bulletin de la Commission départementale des Antiquités de Seine-et-Oise, 35, 1915, p. 55-74.
  • LEFÈVRE Eugène Louis, Le Portail royal d’Étampes : portail méridional de l’église Notre-Dame, XIIe siècle, Paris, Picard, 1908 (1ère éd. Paris, 1906).
  • NOLAN Kathleen, « Narrative in the Capital Frieze of Notre-Dame at Étampes », A.B., 71, 1989 (2), p. 166-184.
  • NOLAN Kathleen, The Early Gothic Portal of Notre-Dame in Etampes, Ph.D., Columbia University, 1985, Ann Arbour, Michigan, UMI, 2007.
  • PRACHE Anne, Île-de-France romane, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La nuit des temps, 60 », 1983, p. 369-373.
  • SAUERLÄNDER Willibald, La sculpture gothique en France, 1140-1270, Paris, Flammarion, 1972, p. 79-80.
  • STODDARD Withney S., Sculptors of the West Portals of Chartres Cathedral : their Origins in Romanesque and their Role in Chartrain sculpture, New-York, Norton, 1987, p. 170-177.
  • STODDARD Withney S., The West Portals of Saint-Denis and Chartres : Sculpture in the Île de France from 1140 to 1190, theory of origins, Cambridge, Harvard University Press, 1952, p. 26-31.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (18 novembre 2021). Étampes, église Notre-Dame. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oghs


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search