Eschau, musée de l’Oeuvre Notre-Dame de Strasbourg

Strasbourg (Bas-Rhin, Grand Est)

Édifice : Eschau, musée de l’Œuvre Notre-Dame de Strasbourg

n° d’inv. MOND 367 (2) ; 8 (2) (Cat. BEYER sculptures) ; 45 (N° récol.) ; 12011 (Inv. SCMHA) ; 22.954.1.7 (Nouveau numéro) ; S.367-2 (Ancien inventaire MBA)


  • Édifice d’origine : Eschau (Bas-Rhin), cloître de l’église Saint-Trophime.
  • Médium : sculpture.
  • Support : tailloir.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages , Mages devant Hérode.
  • Contexte de l’édifice : ancienne abbaye de moniales.
  • Datation : 1130-1140 , 1150-1175.
  • Intégration dans le cycle de l’Enfance : Annonciation, Nativité Annonce aux Bergers (sur un seul tailloir) ; Adoration des Mages et Mages devant Hérode ( idem ), Baptême du Christ et Présentation au Temple ( idem ).
  • Intégration dans le programme iconographique : d’autres scènes de la Passion et du ministère du Christ ont disparu mais sont connues par les inscriptions sur les sommiers découverts sur place mentionnant la Résurrection de Lazare, la Multiplication des pains, la Descente aux Limbes, les saintes-femmes au Tombeau mais aussi la Parabole du mauvais riche et du pauvre Lazare. Plusieurs autres éléments sont purement décoratifs ou portent des scénettes allégoriques.
  • identifiant Wikidata : Q847007
  • n° d’inv. : MOND 367 (2) ; 8 (2) (Cat. BEYER sculptures) ; 45 (N° récol.) ; 12011 (Inv. SCMHA) ; 22.954.1.7 (Nouveau numéro) ; S.367-2 (Ancien inventaire MBA)

Strasbourg, musée de l’œuvre Notre-Dame, chapiteau du cloître d’Eschau, Mages devant Hérode
(cliché 2009, © Strasbourg, musée de l’Oeuvre Notre-Dame)
Strasbourg, musée de l’OEuvre Notre-Dame, chapiteau du cloître d’Eschau, Adoration des Mages
(cliché 2009, © Strasbourg, musée de l’Oeuvre Notre-Dame)

Description : Seuls quelques chapiteaux du cloître disparu de l’abbatiale Saint-Trophime d’Eschau (détruite à la fin du XIII e siècle) ont été retrouvés sur place entre 1866 et 1917 et remontés en une galerie factice au Musée de l’Œuvre Notre-Dame de Strasbourg. L’abaque consacré à l’Épiphanie surplombe un chapiteau cubique orné de motifs décoratifs végétaux portés par une colonne simple (d’autres chapiteaux du cloître sont montés sur des colonnes jumelées et coiffées d’abaques couplés). Le cycle des Mages se répartit sur les deux faces longitudinales accueillant respectivement l’audience devant Hérode et l’Adoration. Sur la première, les Mages se présentent devant Hérode. Ils sont tous trois couronnés et munis de bâtons de pèlerins à larges pommeaux. Le premier désigne l’étoile qui le sépare du souverain, mise en image habile du sujet de son interrogation. Face à lui, Hérode trône frontalement et porte un sceptre trilobé. Derrière lui se tient son conseiller, armé d’une large épée. Sur la seconde face, les Mages sont en adoration. Ils se tiennent debout l’un à la suite de l’autre, toujours munis de leurs bourdons devant la Vierge à l’Enfant, nimbés, trônant de profil. Sur la première face transversale (celle vers laquelle s’orientent les Mages en adoration), une cigogne terrasse un serpent. La scénette semble évoquer une victoire contre le mal sans que nous puissions en préciser le sens. Sur l’autre face latérale (celle vers laquelle s’orientent les Mages face à Hérode), un réseau de rinceaux végétaux et de palmettes semble dessiner une croix. Il convient de ne pas apporter crédit à l’inscription du sommier dont la place originelle n’est pas garantie. L’insistance portée aux Rois mages pèlerins sur cette sculpture est notable dans le cloître d’une abbaye qui conservait les reliques de sainte Sophie (et celle de ses filles présumées: Fides , Spes et Caritas ) et qui jouissait ainsi d’une importante dévotion populaire


Localisation actuelle

Voir en plein écran

Localisation d’origine

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BEYER Victor, La sculpture médiévale du musée de l’œuvre Notre-Dame, Strasbourg, édition des Musées de la Ville, 1963 (1ère éd. Strasbourg, 1956), cat. n°8.
  • FORRER Robert, « Les sculptures romanes de l’ancien cloître d’Eschau du XIIe siècle et les traces d’un fanum romain d’après les nouvelles découvertes », Cahier d’archéologie et d’histoire d’Alsace, 19-20, 1928-1929, n° 69-72, p. 190-211.
  • GROSS Joseph, Eschau : L’abbatiale Saint-Trophime et l’ancienne abbaye Sainte-Sophie : un haut lieu de l’art roman ottonien et de la Sagesse, Eschau, Groupement des sociétés d’Eschau, 1996, p. 30-34.
  • GROSS Joseph, « L’histoire de l’abbaye Sainte-Sophie d’Eschau », Bulletin de liaison et d’information. Commune d’Eschau-Wibolsheim (supplément), 1986-2005, 6, 1993, p. 73-126.
  • MEYER Jean-Philippe, « Eschau, église Saint-Trophime », Caf : Strasbourg et Basse-Alsace, 162, 2004, p . 27-32.
  • WILL Robert, Alsace romane, Saint-Léger-Vauban , Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 22 », 1982 (1 ère éd. 1965), p. 63-72.
  • WILL Robert, Répertoire de la sculpture romane de l’Alsace, Paris, F. X. Le Roux, coll. « Publications de l’Institut des hautes études alsaciennes, 13 » , 1955, p. 83.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (18 novembre 2021). Eschau, musée de l’Oeuvre Notre-Dame de Strasbourg. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://epiphania.hypotheses.org/959


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search