Dreux, Musée d’Art et d’histoire et Yale University Art Gallery

Dreux (Eure-et-Loir, Centre-Val de Loire)

Édifice : Musée d’Art et d’Histoire Marcel Dessal (n° d’inv. 950.009.002)

Édifice : Yale University Art Gallery (n° d’inv. 1938.103)


  • Édifice d’origine : ancienne collégiale Saint-Étienne de Dreux.
  • Médium : sculpture.
  • Support :  chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : partie orientale de la nef centrale ?
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages , Mages devant Hérode ?
  • Contexte de l’édifice : collégiale royale.
  • Datation : 1130-1150.
  • identifiant Wikidata : Q23498495
  • n° d’inv. : 950.009.002
  • n° d’inv. : 1938.103

Description : Le fragment du chapiteau de l’Adoration des Mages , conservé au Musée d’Art et d’histoire de Dreux, fait partie des rares témoignages de la sculpture figurée de l’ancienne abbaye royale Saint-Étienne de Dreux (entièrement détruite en 1798). Parmi les vestiges du décor sculpté, évoquons également les chapiteaux de la Nativité (intégrant la Visitation et de l’ Annonce aux Bergers ) et celui de la Mise au Tombeau, tous deux conservés au musée de Dreux, mais aussi celui de la Visite au Sépulcre, converti en bénitier dans l’église Saint-Pierre de Dreux.

Dreux, Musée d’Art et d’histoire Marcel Dessal, chapiteau de l’Adoration des Mages (cliché d’après W. CAHN, 1974, fig. 7, p. 17)
Dreux, Musée d’Art et d’histoire Marcel Dessal, chapiteau de l’Adoration des Mages, Vierge allaitant (Cliché Darrasse, 1991, © Musée d’Art et d’Histoire Marcel Dessal – Dreux)

Walter Cahn (1974) a rapproché avec succès un relief conservé à la Yale University Art Gallery (Figure 68) du fragment de l’Adoration. Il a ainsi prouvé que les deux fragments correspondaient parfaitement et ne formaient donc qu’une seule pièce. L’auteur a ainsi identifié la figure royale de Yale comme celle d’Hérode.

Yale University Art Gallery, fragment de chapiteau, Hérode (cliché Yale University Art Gallery, University Purchase Aug-Sept 1938, Crosby)

Le chapiteau de l’Épiphanie ainsi reconstitué présente de nombreuses anomalies. Sur le fragment de Dreux, seuls deux Rois mages sont conservés. Ils sont couronnés, le second tient un bâton de pèlerins et ils sont tous deux auréolés d’un nimbe perlé, détail tout à fait exceptionnel au XII e siècle. Ils cheminent vers la Vierge à l’Enfant, également couronnée, trônant frontalement sur l’arête du chapiteau. Sur la face latérale, derrière la Vierge, se tient une Virgo lactans, relativement rare à cette époque. À ce groupe doit être ajouté la figure d’Hérode du fragment de Yale, couronné, trônant, armé d’une imposante épée et, plus surprenant, gratifié du même nimbe perlé que celui des Mages. Le fragment à été retaillé, mais d’après d’anciennes photos publiées par Walter Cahn (1974, fig. 3 et 4, p. 75) un dernier nimbe tronqué apparaissait à sa droite, sans doute celui du troisième mage aujourd’hui disparu (fragment de nimbe en partie visible sur le fragment de Dreux : Figure 67). Ce chapiteau se trouve être le seul exemple, à notre connaissance pour une époque aussi haute, de Mages nimbés, mais plus surprenant encore, la seule image d’Hérode auréolé. Ce chapiteau exalte donc la figure royale d’une façon inédite, dans une collégiale extrêmement importante pour la famille capétienne. L’abbaye, possession du roi de France depuis le début du XII e siècle se trouve sous l’autorité de Robert de Dreux, frère de Louis VII, depuis 1137. De plus, l’édifice se trouvait à la frontière des duchés de Normandie et du domaine royal. L’étrange iconographie de la scène soulève donc d’intéressantes questions quant au statut royal des Mages, seule raison apparente du nimbe (nous sommes avant 1150, bien avant la découverte des reliques à Milan et il n’existe alors aucun indice d’un culte aux trois Rois). Elle pose également la question de la figure d’Hérode qui, malgré sa négativité évidente (il porte l’épée du massacre, les Mages s’en détournent pour se diriger vers la Vierge-Mère), se voie honoré d’une auréole que seul un profond respect pour la fonction royale semble expliquer.


Localisation actuelle

Voir en plein écran

Localisation d’origine

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • CAHN Walter, « A King from Dreux », Yale University Art Gallery Bulletin, 34 (3), 1974, p. 14-29.
  • GARDNER Stephen, « The Church of Saint-Etienne in Dreux and its Role in the Formulation of Early Gothic architecture », The journal of the British Archaeological Association, 137, 1984, p. 86-113.
  • PRACHE Anne, Île-de-France romane, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La nuit des temps, 60 », 1983, p. 399-401.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (17 novembre 2021). Dreux, Musée d’Art et d’histoire et Yale University Art Gallery. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oghp


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search