Clermont-Ferrand, Église Notre-Dame-du-Port

Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes)

Édifice : Église Notre-Dame-du-Port


Clermont-Ferrand, église Notre-Dame-du-Port (plan dans M. AUBERT, 1924, p. 35)
  • Médium : sculpture.
  • Support : linteau.
  • Situation dans l’édifice : façade du transept sud, portail, linteau (partie droite).
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : collégiale.
  • Datation : 1er tiers du XIIe s. (1130-1140).
  • Intégration dans le programme iconographique : Intégration dans le programme iconographique : portail du transept sud , linteau : Adoration des Mages , Présentation aux Temple , Baptême du Christ ; tympan : Majestas Domini.
  • identifiant Wikidata : Q770459
  • identifiant Mérimée : Pa00091988

Description : Le portail sud de la collégiale Notre-Dame-du-Port de Clermont-Ferrand se compose d’un arc légèrement outrepassé encadrant un tympan reposé sur un linteau pentagonal (en bâtière).

Clermont-Ferrand, église Notre-Dame-du-Port, portail sud
(cliché M. B., 2010, CC BY-SA 4.0)

Le tympan accueille une Majestas Domini. Le Christ en gloire y est encadré du tétramorphe (seuls le bœuf et le lion ont survécu aux iconoclastes révolutionnaires) et flanqué de deux séraphins et de l’Alpha et de l’Omega, mêlant ainsi les visions d’Ezéchiel (Éz 1, 4-20), de l’Apocalypse (Ap 1, 8 et 4, 8) et d’Isaïe (Is 6 1-4).

Le trône du Christ repose sur le faîte du linteau sur lequel se succèdent, de gauche à droite, trois scènes de l’Enfance : l’ Adoration des Mages , la Présentation au Temple et le Baptême du Christ . Une inscription recouvre la totalité de la bordure du linteau : en haut à gauche, ecce magi nato deportant mvnera regi , en bas à gauche hethereo regi tres dant tria dona sabei (« Voici les Mages. Ils portent les présents au Roi né. Au Roi, les trois apportent les trois offrandes de Saba ») en haut au centre, in templo domino pver offertur maternvs , en bas à droite, hic pver excipitvr in vlnis a simeone (« Dans le Temple du Seigneur, l’Enfant de sa Mère est présenté ; Syméon prend cet Enfant dans ses bras »), sous le Christ du Baptême, jhesus , puis baptizat prolem d[omi]ni (« baptise le Fils de Dieu ») puis baptista jo[hannes] .

Deux reliefs plaqués de part et d’autre des montants de la porte figurent, à gauche, Isaïe, piétinant un démon et tenant un rameau dans la main (Is 11, 1 annonçant l’étoile des Mages), et à droite, Jean-Baptiste. Deux autres reliefs, situés de part et d’autre du tympan montrent, à gauche, la Visitation et à droite, la Nativité .

Sur le linteau, à gauche, le premier mage est agenouillé alors que ses deux compagnons sont en attente. Derrière eux, les trois chevaux sont au repos, regroupés tête-bêche en un groupe compact (détail que nous retrouvons à l’identique sur le tympan d’Authezat). La Vierge à l’Enfant siège de trois quarts sur un trône monumental. Marie et le Christ sont nimbés, mais leur visage ayant été bûchés, il est impossible de savoir s’ils étaient couronnés (il en est de même pour les Mages). Nous remarquons l’étoile prenant la forme d’un fleuron, sous la corniche supérieure du linteau, suspendue au-dessus du Christ. Le centre de la composition est occupé par le Temple de la Présentation, prenant la forme d’un tabernacle au centre duquel l’autel est surmonté d’une lampe. À droite, Siméon reçoit l’Enfant des mains de Marie alors qu’en arrière-plan, un quatrième personnage, apparemment non nimbé, porte les tourterelles dans les plis de son manteau (Joseph ou une servante). Enfin, dans la partie droite intervient le Baptême du Christ : Jésus y est immergé à mi-corps dans les ondées du Jourdain, baptisé par Jean à gauche, alors qu’à droite, un ange s’agenouille pour présenter une tunique au Christ.

En nous attachant simplement à l’ Adoration des Mages , remarquons la corrélation entre la Vierge à l’Enfant et le Temple de Présentation, les Mages s’approchant de la Vierge pour entrer dans le temple, image de l’église réduite à sa plus simple expression (autel, lampe du sanctuaire, écrin maçonné). Le Baptême du Christ renvoie, quant à lui, au sacrement baptismal permettant l’agrégation des nations au corps ecclésial.

Notre-Dame-du-Port, portail sud, linteau (détail), Adoration des Mages
(cliché M. B., 2010, CC BY-SA 4.0)

Ainsi, si l’agencement des tableaux du linteau répond à une certaine cohérence, remarquons que l’ensemble se structure autour de la vision du tympan. Les séraphins acclamant Dieu (Is 6, 3 et Ap 4, 8) se réfèrent au Sanctus chanté lors de la deuxième oraison de la messe ( sanctus sanctus Dominus exercituum plena est omnis terra gloria eius ) . Or, cette liturgie céleste s’opère au-dessus du temple-tabernacle, préfiguration du sacrifice du Christ et lieu du sacrifice eucharistique. Dans ce contexte, les Mages, en plus de leur adoration du Dieu incarné, accomplissent une offrande à l’autel. Ainsi, le linteau exalte les deux fondements sacramentels de l’Église : le Baptême et l’Eucharistie, la conversion et le devoir du chrétien à l’autel. Le temple-tabernacle est par ailleurs repris sous la même forme, dans l’église, sur deux chapiteaux du déambulatoire, sans doute contemporains des sculptures du portail : l’ Annonce à Zacharie et le dévoilement de la Jérusalem céleste.

Notre-Dame-du-Port, portail sud, linteau (détail), Présentation au Temple
(cliché M. B., 2010, CC BY-SA 4.0)

Ici l’Adoration revêt donc bien un sens sotériologique puisqu’elle s’adresse autant à la vision universelle du tympan qu’à la Vierge-Église du linteau, mais c’est par le sacrement que ce salut est accessible, passant par l’offrande et l’adoration partout exaltées : les Mages offrant leurs présents à l’Enfant, l’ange présentant la tunique au Christ dans le Jourdain, Marie offrant le Christ au Temple et l’adoration céleste des séraphins du tympan. Le linteau de Notre-Dame-du-Port doit en ce sens être rapproché des deux autres linteaux auvergnats faisant un même usage de l’offrande des Mages : celui de Saint-Ignat et celui d’Authezat.

Notre-Dame-du-Port, portail sud, linteau (détail), Baptême du Christ
(cliché M. B., 2010, CC BY-SA 4.0)

Les sculptures de la porte sud de Notre-Dame-du-Port ont longtemps été datées de la fin du XIIe siècle, attribuées à une campagne de décoration tardive. Laurence Cabrero-Ravel (1996) a prouvé que toutes les sculptures de la collégiale avaient été produites lors d’une seule campagne de construction, en proposant de reculer la date des sculptures de la façade entre 1130 et 1140.

Remarque : plusieurs éléments du portail gardent des traces de polychromies, principalement le linteau et le tympan ayant conservé un fond azur semé d’étoiles. Le christ porte une robe rouge et un manteau vert. Les auréoles de tous les personnages étaient couvertes de feuilles d’or.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • AUBERT Marcel, « Notre-Dame du port », Caf : Clermont-Ferrand, 87, 1924 (1925), p. 27-59.
  • CABRERO-RAVEL Laurence, « Clermont-Ferrand, l’église Notre-Dame du Port », Caf : Grande Limagne, 158, 2000, p.159-177.
  • CABRERO-RAVEL Laurence, Notre-Dame du Port et la sculpture ornementale des églises romanes d’Auvergne, les chapiteaux corinthiens et leurs dérivés (fin XIe et XIIe siècles), Thèse de doctorat, Université de Franche-Comté, Besançon, Lille, ANRT, 1996, p. 114-115.
  • Corpus des inscriptions de la France médiévale, 18, Allier, Cantal, Loire, Haute-Loire, Puy-de-Dôme, R. Favreau, J. Michaud , B. Mora (Éds .), Poitiers, CNRS, 1995, p. 191-192.
  • COURTILLÉ Anne, « Essai sur les portails des églises romanes en Auvergne et en bourbonnais », Annales du centre régional de documentation pédagogique de Clermont-Ferrand, 1, 1979, p. 27-46.
  • CRAPLET Bernard, Auvergne romane, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 2 », 1972, (1 ère éd. 1958), p. 85-129.
  • DU RANQUET Henri, DU RANQUET Emmanuel, L’église Notre-Dame-du-Port de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, Imprimerie générale de Bussac, 1932.
  • FORSYTH Ilene H., « Magi and Majesty : A Study of Romanesque Sculpture and Liturgical Drama », A.B., 50 (3), 1968, p. 215-222.
  • ROUX Caroline, Les portails romans des églises de Haute Auvergne. Architecture, sculpture et orientations, Thèse de Doctorat, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, Lille, ANRT , 2001, vol. 1, p. 226-227, 292-297.
  • SAUNIER Bruno, « Le portail roman de Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand et sa polychromie », Revue d’Auvergne, 106, 1992, p. 315-322.
  • ŚWIECHOWSKI Zygmunt, Sculpture romane d’Auvergne, Clermont-Ferrand, G. de Bussac, coll. « Le Bibliophile en Auvergne, 16 », 1973, p. 111-124.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (17 novembre 2021). Clermont-Ferrand, Église Notre-Dame-du-Port. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oghm


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search