Chauvigny, église Saint-Pierre-en-Haute

Chauvigny (Vienne, Nouvelle-Aquitaine)

Édifice : église Saint-Pierre-en-Haute


Chauvigny, église Saint-Pierre-en-Haute (plan d’après J. BIDAUT, dans Y. LABANDE-MAILFERT, 1972, p. 99)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : déambulatoire, arcade centrale, chapiteau de la colonne sud.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : église collégiale.
  • Datation : fin XIe-déb. XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : rond-point du chœur (de la pile nord à la pile sud) : chapiteau n° 1 : Adoration de l’Antéchrist ; chapiteau n° 2, 3 et 4 : scènes monstrueuses et dévorations ; chapiteau n° 5 : Épiphanie , Annonciation , Présentation au Temple , première tentation du Christ ; chapiteau n° 6 : monstres et dévoration ; chapiteau n° 7 : Annonce aux Bergers , personnification de Babylone, Michel psychopompe, adorateur de Babylone ?
  • identifiant Wikidata : Q3583843
  • identifiant Mérimée : Pa00105413

Chauvigny, église Saint-Pierre-en-Haute, rond-point du chœur
(Jochen Jahnke, 2008, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Description : L’ordonnancement du rond-point du chœur de Chauvigny rappelle celle de l’église de l’Île-Bouchard. L’ensemble comporte peu de chapiteaux mais tous sont très imposants et iconographiquement riches. En revanche, les Mages sont utilisés différemment à Chauvigny. Le chapiteau de l’Épiphanie fait, en effet, partie des deux seuls chapiteaux du rond-point à être décorés de scènes évangéliques.

Chauvigny, église Saint-Pierre-en-Haute, chapiteau du rond-point du chœur, Adoration des Mages
(GFreihalter, 2018, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)
Chauvigny, église Saint-Pierre-en-Haute, chapiteau du rond-point du chœur, Adoration des Mages et Présentation au Temple
(GFreihalter, 2018, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Les Mages occupent la face principale du chapiteau le plus proche de l’autel et forment ainsi une véritable image thématique annihilant la procession des trois Rois au profit d’une composition statique visible de la nef. Les mages sont ainsi disposés de part et d’autre de la Vierge à l’Enfant (la composition est rare, et ne se retrouve que dans les fresques d’absidales catalanes), concentrant ainsi l’adoration sur la face principale du chapiteau, alors que la dynamique processionnelle épousait le virage du déambulatoire dans le chœur de l’Île-Bouchard. La Vierge trône frontalement au centre de la composition. Elle est voilée et nimbée et présente l’Enfant au fidèle. Le Christ arbore un nimbe crucifère perlé et adresse un signe de bénédiction aux deux visiteurs approchant à sa droite alors qu’il reçoit, de la main gauche, l’offrande du troisième placé à sa droite. Les trois Rois sont couronnés et portent de longues tuniques couvertes de longs manteaux. Leurs offrandes sont singulières puisque les habituels vases, coffrets ou cassettes, sont remplacés par deux coupes que porte chacun des Mages. L’étoile à huit branches brille dans la partie gauche de la composition alors que la dextre divine lui fait pendant (ce chapiteau donne le seul exemple connu de ce détail). Au-dessous de l’abaque du chapiteau, un espace de la corbeille a été aménagé pour l’inscription : godfridus me fecit .

Chauvigny, église Saint-Pierre-en-Haute, chapiteau du rond-point du chœur, Présentation au Temple
(GFreihalter, 2018, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)
(Martpan,2012, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Sur la face latérale de droite intervient l’ Annonciation et sur la gauche, la Présentation au Temple. La face donnant sur le déambulatoire montre la première tentation du Christ (le diable brandit une grosse pierre et demande au Christ de la changer en pain).

Chauvigny, église Saint-Pierre-en-Haute, chapiteau du rond-point du chœur, Tentation du Christ
(GFreihalter, 2018, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Le chapiteau s’intègre dans un programme d’ensemble extrêmement violent. Vu de la nef, le chapiteau est immergé au milieu de monstres et de chimères androphages que seules l’Épiphanie et l’ Annonce aux Bergers viennent rompre. Côté déambulatoire, c’est le diable qui règne sur l’ensemble des chapiteaux décrivant, du nord au sud, sa puissance, son ascension et sa défaite. Ainsi, sur la pile nord, des démons apportent quelques âmes au diable. Suivent, sur les trois autres colonnes, des sphinx et des dévorations, puis vient le chapiteau de l’Épiphanie (et de la Tentation côté déambulatoire). Après un autre chapiteau monstrueux vient celui de la victoire sur la dernière colonne.

Ce dernier décrit, côté chœur, l’annonce de Gabriel ( gabriel angel ) aux Bergers . L’ange est inhabituellement grand, flanqué de deux Bergers ( pastores et pastor bonus ) et de quatre brebis dans une composition identique à celle de l’ Adoration des Mages . Au-dessus de ses ailes, on peut lire : Dixit gloria in excelsis deo . Sur la face côté déambulatoire, c’est Michel psychopompe ( Michael arc(h)ange ) qui apparaît exactement dans la même posture que Gabriel. Sur la première face latérale, une figuration de Babylone en grande prostituée ( magna meretrix babilonia ) tient les coupes auxquelles les rois des nations viennent s’abreuver du vin de la colère (Ap 14, 8). Sur la face opposée, une personnification masculine de Babylone ( babilonia…deserta ) reste assise, exclue du jugement de Michel. Il s’agit sans doute d’un adorateur de Babylone se lamentant et se tenant à distance de son jugement (Ap 18, 9-10).

L’Annonce aux Bergers est donc assimilée ici au rassemblement des élus, dans une optique de Jugement final, et intervient en conclusion de la démonomachie étendue à l’ensemble du programme, tant côté chœur que côté déambulatoire. Or, c’est dans un tel programme à visée eschatologique que s’intègre l’ Adoration des Mages . Il est par ailleurs possible d’isoler quelques thématiques courantes dans la peinture absidale catalane, telle que l’importance donner aux deux Archanges « avocats ». L’ Adoration des Mages s’oppose donc rigoureusement à celle de l’Antéchrist (sur la pile nord) et à Babylone abreuvant les rois (pile sud) et évoque le rassemblement des nations que figure, à la conclusion du cycle, l’ Annonce aux Bergers .

Toutefois, le chapiteau de l’Épiphanie développe un programme autonome à visée eucharistique. En effet, l’ Annonciation est l’instant théologique de l’incarnation du corps christique, mais la croix que tient l’ange Gabriel rappelle la vocation sacrificielle de ce corps. Sur la face opposée, le Christ exposé au-dessus de l’autel du Temple insiste sur ce point.

Plus généralement, la place du chapiteau, en surplomb de l’autel, laisse peu d’ambigüité quant à son interprétation. Nous pensons donc judicieux de comprendre les deux coupes que tiennent les Mages comme une évocation des deux espèces du corps du christ et d’ainsi comprendre leur adoration comme une offrande eucharistique. L’offrande s’oppose ainsi aux coupes remplies du vin de la colère que Babylone distribue aux nations. De même, la dextre divine perçant les nuées, au-dessus du Christ incarné, fait de ce dernier le corps sacramentel exposé sur l’autel et pourrait être une évocation du mystère eucharistique et, plus précisément, de la présence réelle lors de la conversion des espèces. Elle s’oppose en cela à la face côté déambulatoire présentant la première tentation au désert lors de laquelle le diable ordonne au Christ à changer les pierres en pain. Plus généralement, pour le fidèle placé dans la nef, l’Épiphanie vient rompre avec la succession de monstres androphages qui, dans un tel contexte, semblent se rapporter au Psaume 21, 22 « De ore leonis libera me Domine », chant indissociable de l’Offertoire. L’offrande des Mages apparaît donc ici clairement comme une offrande eucharistique.

Remarque : les peintures dont sont actuellement recouverts les chapiteaux datent de la restauration de 1856.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BARBIER Christian, La collégiale Saint-Pierre de Chauvigny, Chauvigny, Société de Recherches Archéologiques du Pays Chauvinois, coll. « Cahiers du Pays chauvinois, 4 », 1996.
  • CAMUS Marie-Thérèse, CARPENTIER Élisabeth et AMELOT Jean-François, Sculpture romane du Poitou, Paris, Picard, 2009 (rééd. Paris, 2011), p. 64, 146-150.
  • COATANOAN Nicole, Chapiteaux de Saint-Pierre de Chauvigny en Poitou, Monaco, Éditions du Rocher, 1959.
  • CROZET René, « Chauvigny et ses monuments : étude archéologique », Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest et des musées de Poitiers, 4. s. 3, 1958 (1959), p. 1-51.
  • CROZET René, « Chauvigny », Caf : Poitiers, 109, 1951 (1952), p. 245-255.
  • CROZET René, L’art roman en Poitou, Paris, Henri Laurens, 1948.
  • LABANDE-MAILFERT Yvonnes, Poitou roman, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 5 », 1972 (1 ère éd. 1957), p. 95-123.
  • MAUPOIX Michel, « Les chapiteaux de Saint-Pierre de Chauvigny », Art sacré : cahiers de Rencontre avec le Patrimoine Religieux, 16, 2002, p. 56-99.
  • MCDOUGALL Dorothy, « The choir capitals of S. Pierre-en-haute, Chauvigny (Poitou) », The Burlington Magazine, 36, 1920, p. 11-18.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (17 novembre 2021). Chauvigny, église Saint-Pierre-en-Haute. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oghj


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search