Château-Gontier, église Saint-Jean-Baptiste

Château-Gontier (Mayenne, Pays de la Loire)

Édifice : église Saint-Jean-Baptiste


  • Médium : fresque.
  • Support : abside.
  • Situation dans l’édifice : mur est de l’absidiole nord.
  • Cycle des Mages : Voyage des Mages et Adoration des Mages (détruite).
  • Contexte de l’édifice : prieurale bénédictine et église paroissiale, possession de l’Abbaye Saint-Aubin d’Angers.
  • Datation : dernier quart du XIe s. (J. Mallet , 1984) ; 1er quart du XIIe s. (X. Barral i Altet , 1989).
  • Intégration dans le programme iconographique : Intégration dans le programme iconographique : transept , bras nord , mur nord : Déposition de Croix ; voûte : Création des Animaux , Création d’Adam , Création d’Ève , Interdiction divine , Tentation d’Ève , Expulsion du Paradis ; Cul-de-four de l’absidiole : Voyage et Adoration des Mages , Annonciation ?, Nativité ? ; transept , bras sud , mur sud : séparation des élus et des damnés ; voûte : Annonce du Déluge , Construction de l’arche de Noé , fin du déluge et Noé accueillant la colombe , Noé plantant la vigne , la famille de Loth emmenée en captivité ? ou la délivrance de Loth par Abraham vainqueur des rois de Sodome et Gomorrhe ? abside principale : Vieillards de l’Apocalypse , Christ en gloire ?
  • identifiant Wikidata : Q3581937
  • identifiant Mérimée : Pa00109484
Château-Gontier, église Saint-Jean-Baptiste (plan d’après R. GAUCHET, dans M. THIBOUT Marc, 1964, p. 283)

Description : L’imposante église Saint-Jean-Baptiste de Château-Gontier conservait un cycle peint très important. L’édifice a malheureusement souffert de la Révolution française et d’une restauration trop radicale en 1885. C’est lors du bombardement du 19 juin 1940 et de l’incendie qui s’en suivit que l’édifice a pris un intérêt nouveau. Les flammes décrochèrent, en effet, les badigeons appliqués en 1885 pour révéler un important cycle de peintures murales dont la qualité motiva une campagne de restauration entre 1941 et 1957.

L’essentiel du programme historié se concentre dans le chœur et dans les bras du transept (les murs de la nef ont, quant à eux, révélé de grandes compositions décoratives plus tardives). Les peintures sont très détériorées et notre vision du programme reste lacunaire.

Les Mages apparaissent sur le cul-de-four de l’absidiole nord, mais seul le Voyage des Mages nous est parvenu. Les trois Rois y apparaissent coiffés de couronnes rectangulaires, chevauchant vers la droite. Le premier étend le bras pour désigner l’étoile. Derrière eux s’élève une architecture crénelée vers laquelle se retourne le dernier Mage, indiquant que le cortège quitte le palais d’Hérode. Les autres scènes de l’absidiole sont trop effacées pour être déchiffrées. On reconnaît simplement un ange pouvant être celui de l’ Annonciation. La position des fresques laisse suggérer que le cycle de l’Enfance était originellement plus développé et intégrait une Adoration des Mages.

Château-Gontier, église Saint-Jean-Baptiste, fresque de l’absidiole nord, Voyage des Mages
(Romain Bréget, 2012, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Les peintures les mieux conservées ornent la voûte du bras septentrional du transept, sur laquelle se retrouvent, du nord au sud, les premiers épisodes de la Genèse ( Création des Animaux , Création d’Adam , Création d’Ève , Interdiction divine , Tentation d’Ève , Expulsion du Paradis ). Sur le mur nord du transept, une déposition de Croix est encore lisible. Dans ce contexte, les Mages s’intègrent à une thématique rédemptrice en figurant le rachat de la faute par les nations. Leur positionnement, près de l’autel, indique que ce rachat passe par le sacrement eucharistique, sens que confirme la déposition de Croix du mur nord.

Le cycle de la Genèse se poursuit dans le décor du croisillon sud par l’histoire de Noé ( Annonce du Déluge , Construction de l’Arche , fin du déluge , Noé accueillant la colombe et Noé plantant la vigne ) et par une scène relative à la délivrance d’Israël. Sur le mur sud se distingue encore la séparation des damnés et des élus du Jugement dernier. Les fresques de la croisée du transept restent, quant à elle, indéchiffrables. Dans l’abside principale, seuls trois Vieillards de l’Apocalypse (trois personnages couronnés et munis de coupes et de vièles), suggèrent la présence d’un Christ en gloire sur le cul-de-four.

Dans leur ensemble, la ressemblance des fresques avec celles de Saint-Savin-sur-Gartempe laisse suggérer une datation dans le dernier quart du XI e siècle, voire au début du XII e siècle au plus tard, bien cette date reste sujette à discussion.

Château-Gontier, église Saint-Jean-Baptiste, fresque de l’absidiole nord, Voyage des Mages, détail
(Romain Bréget, 2012, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)
Château-Gontier, église Saint-Jean-Baptiste, fresque de l’absidiole nord, Voyage des Mages, détail
(Romain Bréget, 2012, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Christian Davy (2004) a émis l’hypothèse d’un édifice dont le programme respectait la partition d’une église à la fois paroissiale et prieurale et conçoit donc ce programme comme exclusivement réservé aux clercs, organisé selon leur flux processionnel dans le transept, respectant ainsi une dynamique nord-sud.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BARRAL I ALTET Xavier, « Les peintures murales romanes de Saint-Jean-Baptiste de Château-Gontier », 303 : Arts, recherches et créations, 22, 1989, p. 8-17.
  • BIONNET KOUZNETZOFF M.-M., L’Église Saint-Jean-Baptiste de Château-Gontier, mémoire de maîtrise, Université de Paris X, Nanterre, 1983.
  • DAVY Christian, « Espace architectural et espace liturgique dans l’Ouest de la France : les cas d’Asnières-sur-Vègre, de Poncé-sur-Loir et de Château-Gontier », dans Shaping Sacred Space and Institutional Identity in Romanesque Mural Painting : Essays in Honour of Otto Demus, T. E. A. Dale et J. Mitchell (Éds.), London, The Pindar Press, 2004, p. 92-121.
  • DAVY Christian, « essai de lecture iconographique des peintures romanes du transept et des absidioles de la priorale Saint-Jean-Baptiste de Château-Gontier (Mayenne) », La Mayenne, archéologie, histoire, 13, 1990, p. 45-74.
  • DAVY Christian, « L’organisation décorative de la peinture monumentale romane dans les Pays de la Loire », dans Le rôle de l’ornement dans la peinture murale du Moyen Âge. Actes du colloque International de Saint-Lizier, 1-4 Juin, 1995 (Poitiers), Poitiers, CESCM, coll. « Civilisation médiévale, 4 », 1997, p. 93-101.
  • DAVY Christian, La peinture murale romane dans les Pays de la Loire : l’indicible et le ruban plissé, Laval , Société d’archéologie et d’histoire de la Mayenne, coll. « Mayenne. Supplément, 10 », 1999, (part. p. 245-265).
  • DAVY Christian, Les décors peints de l’Église Saint-Jean-Baptiste de Château-Gontier (Mayenne), D.E.A., CESCM, Université de Poitiers, 1987-1988.
  • DESCHAMPS Paul, THIBOUT Marc, La peinture murale en France : le haut Moyen Âge et l’époque romane, Paris, Plon : édition d’histoire de l’art, coll. « Ars et historia » , 1951, p. 86-88.
  • DESCHAMPS Paul, « Peintures murales préromanes et romanes récemment découvertes en France », CCM, 1, 1958, p. 188-191.
  • DEYRES Marcel, MAINE roman, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La nuit des Temps, 64 », 1985, p. 357-361, 381-383.
  • FERNÁNDEZ SOMOZA Gloria, Pintura románica en el Poitou, Aragón y Cataluña : la itinerancia de un estilo, Murcia, Nausícaä, coll. « Seminraio de Arte Medieval, 3 », 2004, p. 73-77.
  • MALLET Jacques, L’art roman de l’Ancien Anjou, Paris, Picard, 1984, p. 92.
  • THIBOUT Marc, « Découverte de peintures murales dans l’église Saint-Jean-Baptiste de Château-Gontier », B.M., 101, 1942, p. 5-40.
  • THIBOUT Marc, « L’église Saint-Jean-Baptiste de Château-Gontier », Caf : Anjou, 122, 1964, p. 282-288.
  • WETTSTEIN Janine, Les fresques romanes : la route de Saint-Jacques, de Tours à León. Études comparatives II, Paris, Arts et métiers graphiques, coll. « Bibliothèque de la société française d’archéologie, 9 », 1978, p. 50-51.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (17 novembre 2021). Château-Gontier, église Saint-Jean-Baptiste. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oghi


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search