Chassenard, église Saint-Georges

Chassenard (Allier, Auvergne-Rhône-Alpes)

Édifice : église Saint-Georges


Chassenard, église Saint-Georges (plan D. MITTON, dans A. REGOND, 2001, p. 244)
  • Médium : sculpture.
  • Support : relief de l’ébrasement.
  • Situation dans l’édifice : portail de la façade sud, fragment de l’ébrasement gauche.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : église paroissiale, dépendance de Saint-Lazare d’Autun.
  • Datation : milieu du XIIe siècle, 1120 et 1140.
  • Intégration dans le programme iconographique : Intégration dans le programme iconographique : Majestas Domini (tympan), apôtre de l’ Ascension ? (linteau) et scène de joutes (reliefs encastrés dans le mur).
  • identifiant Wikidata : Q3581556
  • identifiant Mérimée : Pa03000012

Description : Le portail sud de Saint-Georges de Chassenard fut découvert en 2000, mais le relief des Mages et celui de la joute équestre, qui lui est solidaire, avaient été mis à jour dès 1925 et étudié pour la première fois par Neil Stratford en 1988 (N. Stratford , 1988). On pensait alors à des remplois, mais la découverte d’octobre 2000 a permis de mettre à jour l’ensemble du portail. L’ Adoration des Mages constitue la décoration d’une frise en surplomb des chapiteaux de l’ébrasement gauche du portail, à la base de l’archivolte, dans le prolongement du linteau.

Les chapiteaux des ébrasements sont très mutilés, mais l’on peut reconnaître une démonomachie angélique sur le chapiteau de droite qui reste le plus lisible. Toutes les autres scènes de l’autre ébrasement ou du linteau sont très mutilées (ce dernier pourrait accueillir un collège apostolique, peut-être celui de l’Ascension, comme sur le linteau de Monceaux l’Étoile).


Concernant le relief de l’Épiphanie, deux rois apparaissent debout, offrandes en mains, alors que le premier, très détérioré, s’incline devant une Vierge à l’Enfant, trônant de profil sur le revers interne de la frise. Au-dessus des deux premiers Mages, sur le premier claveau de l’archivolte, l’étoile brille sous la forme d’un gros fleuron à double corolle, éclos du cordon végétal qui orne l’archivolte (c’est un détail que nous retrouvons de façon plus prononcée à Anzy-le-Duc. Les Mages semblent avoir franchi un petit édicule ajouré de fenêtres, marquant leur entrée à Bethléem, édifice qui les sépare d’un monde extérieur et violent figuré par la joute équestre. Les Rois, en entrant ainsi dans la crèche, abandonnent cette violence derrière eux pour pénétrer dans un espace sacré. En ce sens, leur procession s’enroule autour du montant de la porte en direction de l’entrée bien réelle de l’église que synthétise la Vierge à l’Enfant.


Remarquons également l’intime relation entre l’Épiphanie évangélique de l’ébrasement et celle, universelle, du tympan, l’offrande des Mages s’adressant aussi bien au Christ enfant qu’au Christ en gloire (connexion que nous retrouvons au portail de Fleury-la-Montagne. L’aspect physique des Mages, tous trois figés, imberbes, coiffés de petites couronnes plates et vêtus de longues tuniques, ainsi que la forme de l’astre, renvoient directement au portail de Neuilly-en-Donjon et à celui d’Anzy-le-Duc, et donc à l’oeuvre de l’atelier du Donjon qu’identifiait Neil Stratford (N. STRATFORD, 1988), actif entre en Brionnais en 1120-1140. On intègre églement au corpus de cet atelier les chapiteaux du chœur de Saint-Léger-sur-Vouzance, ceux de l’église de Bois Sainte-Marie, l’église disparue de Chenay-le-Châtel (détruite en 1868) et les sculptures de l’église paroissiale de Melay (détruite en grande partie dans la seconde moitié du XIXe siècle).

Chassenard, église Saint-Georges, portail sud, état en 2006 avant restauration
(cliché M. B, 2006, CC BY-SA 4.0,)
Chassenard, église Saint-Georges, portail sud, état en 2019 après restauration
(Antoine Garnier, 2019, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)
Chassenard, église Saint-Georges, portail sud, ébrasement gauche, Adoration des Mages, état en 2006 avant restauration
(cliché M. B, 2006, CC BY-SA 4.0,)
Chassenard, église Saint-Georges, portail sud, ébrasement gauche, Adoration des Mages, état en 2019 après restauration
(Antoine Garnier, 2019, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)
Chassenard, église Saint-Georges, portail sud, ébrasement gauche, Adoration des Mages, état en 2019 après restauration
(Antoine Garnier, 2019, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • MAQUET Arlette, REGOND Annie, « Découverte d’un portail roman à Chassenard : Allier, France », HAM, 7, 2001, p . 225-230.
  • REGOND Annie, « Chassenard : découverte d’un tympan roman », B.M., 159, 2001, p. 243-246.
  • STRATFORD Neil, « Le portail roman de Neuilly-en-Donjon », Caf : Bourbonnais, 146, 1988, p. 311-338, repris et corrigé dans N. STRATFORD, Studies in Burgundian romanesque sculpture, London, Pindar Press, 1998, t. 1, p. 249-269.
  • STRATFORD Neil, « Un portail roman à Chassenard (Allier) » dans Sculptures médiévales en Auvergne : création, disparition et réapparition, A. Regond, P. Chevalier (Éds.) , Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, coll. « Études sur le Massif central », 2008, p. 89-102.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (17 novembre 2021). Chassenard, église Saint-Georges. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oghh


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search