Chartres, cathédrale Notre-Dame, fenêtre de l’Enfance

Chartres (Eure-et-Loire, Centre-Val de Loire)

Édifice : cathédrale Notre-Dame


Chartres, cathédrales, premières travées occidentale (plan S. C. PÉGARD, dans E. VIOLLET-LE-DUC, 1856, vol. 2, p. 315)
  • Médium : vitrail.
  • Support : fenêtre.
  • Situation dans l’édifice : nef, mur occidental, fenêtre centrale (fenêtre de l’Enfance), 2ème et 3ème registre en partant du bas (baie no 50 d’après Comité français du Corpus vitrearum, 1981).
  • Cycle des Mages : Mages devant Hérode , Voyage et Adoration des Mages , Retour des Mages.
  • Contexte de l’édifice : cathédrale.
  • Datation : 1145-1155.
  • Intégration dans le cycle de l’Enfance : fenêtre de l’Enfance (de bas en haut et de gauche à droite) : Annonciation, Visitation, Nativité (1 er registre), Annonce aux Bergers, Hérode et ses scribes, Adoration des Mages (2 nd registre), Voyage des Mages à Bethléem et Adoration, Retour des Mages (3 ème registre), Présentation au Temple, Songe des Mages (4 ème registre), Massacre des Innocents (5 ème registre), Fuite en Égypte, Entrée de la Sainte Famille à Sotine (6 ème registre), Chute des idoles, Baptême du Christ, Songe de Joseph (7 ème registre), Entrée à Jérusalem (8 ème registre), Vierge en Majesté (lance de la fenêtre).
  • Intégration dans le programme iconographique : Passion (verrière de gauche), Arbre de Jessé (Verrière de Droite).
  • identifiant Wikidata : Q180274
  • identifiant Mérimée : Pa00096993

Chartres, cathédrale Notre-Dame, revers du mur occidental de la nef (verrière de l’Enfance au centre, celle de la Passion à gauche et celle de l’ Arbre de Jessé à droite)
(Vassil, 2009, Public domain, via Wikimedia Commons
)

Chartres, cathédrale Notre-Dame, verrière de l’Enfance
(Photo by PtrQs, 2015, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : La verrière de l’Enfance de Chartres s’intègre dans un groupe de trois fenêtres conservées in situ sur le mur occidental de la nef, toutes datées du milieu du XII e siècle. Dans leur ensemble, les panneaux composant le triptyque de verre ont connu peu de modifications majeures, malgré plusieurs restaurations, et présentent encore aujourd’hui un visage proche de leur aspect originel. Placée au centre, la fenêtre de l’Enfance est la plus importante des trois baies et se trouve complétée, à gauche, par la verrière de la Passion , et à droite, par celle de l’ Arbre de Jessé. Les premières restaurations datent du XIII e et du XV e siècle (on dénombre plusieurs remplacements sur cette période) mais la plus importante intervient entre 1894 et 1904. L’ensemble des trois baies a été nettoyé et consolidé une première fois entre 1973 et 1976 et subissent actuellement une nouvelle campagne de nettoyage dans le vaste programme de restauration de la cathédrale (2009-2014).

Distribué sur trois sections verticales, le cycle de la vie du Christ se lit chronologiquement de bas en haut et de gauche à droite (sauf exception). Chaque étape de la vie du Christ y est conçue en triptyque autour d’une scène centrale, l’ensemble de ces tableaux nodaux s’étageant dans la section centrale pour former le tronc de la verrière.

L’histoire des Mages occupe pas moins de sept cadres dans l’ensemble du cycle. Par étage, de bas en haut, le cycle débute par l’ Annonciation , la Visitation (médaillon central) et la Nativité . À l’étage supérieur, après l’ Annonce aux Bergers , Hérode apparaît sur le panneau central, trônant sous une double arcature, accompagné de ses scribes. Devant lui, sur le médaillon de gauche, les trois Rois mages viennent le consulter. Ces derniers sont couronnés et munis de bâtons de pèlerins. Notons que les deux panneaux sont en grande partie restaurés : le dernier Mage se détournant d’Hérode et le scribe de droite sont sans doute des remplacements postérieurs.

Annonciation, Visitation, Nativité, Annonce aux Bergers, Mages devant Hérode (Michelet-密是力 (d) 06:53, 6 November 2016 (UTC), Public domain, via Wikimedia Commons)

Au registre supérieur, l’action se compose de part et d’autre du médaillon central accueillant la Vierge à l’Enfant et surplombant Hérode. Marie, nimbée et voilée, trône frontalement sous un dais flanqué de deux architectures urbaines. Elle porte un imposant sceptre bourgeonnant dans sa main droite. L’Enfant, nimbé, placé sur les genoux de sa mère, adresse un signe de bénédiction à ses visiteurs. Sur le cadre de gauche, en partie restauré (la tête du premier mage et les vêtements du troisième sont des remplacements modernes), les trois Rois cheminent vers Bethléem en suivant l’étoile, toujours munis de leurs bâtons et portant cette fois leurs offrandes. Sur ce cadre fusionnent ainsi les moments du Voyage et de l’Adoration. Sur le panneau de droite, symétrique au précédent, les trois Rois s’éloignent du médaillon central, chacun présentant la paume de sa main grande ouverte en signe d’acceptation du message christique.

Offrande, retour et songe des Mages, Purification et Présentation au Temple (Michelet-密是力 (d) 06:55, 6 November 2016 (UTC), Public domain, via Wikimedia Commons)

Les deux cadres intégrant les Rois construisent ainsi une procession quasi liturgique autour du médaillon de la Vierge à l’Enfant, Trône de Sagesse . Les panneaux du registre supérieur viennent appuyer cette dynamique. Ce dernier se compose autour de la Présentation au Temple (cadre central), autour de laquelle se répartissent, à gauche, trois officiantes portant de longs cierges sur l’autel et, à droite, les Mages endormis . Cette procession de femmes voilées rappelle la bénédiction de la Chandeleur, motif qui existait vraisemblablement à l’identique sur la verrière de l’Enfance de Saint-Denis. Or, sur les deux fenêtres (Chartres et Saint-Denis) la scène de l’offrande des cierges par les officiantes est en connexion directe avec l’offrande des Mages , superposant ainsi deux Épiphanies conçues comme deux donations liturgiques. Sur le médaillon de droite, l’ange apparaît aux trois Rois mages endormis, panneau apparaissant comme une incohérence dans la chronologie du récit, puisque les Mages semblaient déjà opérer leur retour précédemment. Cela confirmerait la compréhension de l’acte d’offrande comme un acte liturgique, en dépit de la narration des évènements.

Sur les registres suivants se superposent le Massacre des Innocents puis la Fuite en Égypte et l’arrivée à Sotine. Vient ensuite un registre disparate composé du Baptême du Christ (au centre), de la Chute des idoles (à gauche) et du troisième Songe de Joseph à droite. Sur le dernier registre narratif, le Christ entre à Jérusalem, accompagné de ses disciples, sur trois panneaux. Enfin, dans la partie lancéolée de la fenêtre, une Vierge à l’Enfant, immense, nimbée et couronnée, inscrite dans une mandorle et flanquée de deux anges, coiffe l’ensemble du programme. Elle tient dans chaque main une tige végétale au sommet de laquelle éclot une fleur.

L’ensemble des trois verrières construit ainsi un triptyque cohérent guidé par les réflexions sur l’Incarnation des natures divine, humaine (Enfance) et royale ( Arbre de Jessé ) et la destination sacrificielle du corps incarné (fenêtre de la Passion). Les verrières de l’Enfance et de l’ Arbre de Jessé ont souvent été mises en relation avec celles du chœur de Saint-Denis. Elles leur sont en effet de peu postérieures et leur bon état de conservation permet de mieux comprendre le programme dionysien.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • AUBERT Marcel, CHASTEL André, GRODECKI Louis…, Vitrail français, Musée des Arts décoratifs de Paris (Dir.), Paris, 2 Mondes, 1958, p. 106-107.
  • COTHREN Michael W., « The Infancy of Christ Window from the Abbey of St.-Denis : A Reconsideration of Its Design and Iconography », A.B., 68 (3), 1986, p. 398-420.
  • DELAPORTE Yves, Les vitraux de la cathédrale de Chartres, Chartres, É. Houvet, 1926, vol. 1, p. 149-155, vol 2, pl. I-IV-VII.
  • DURAND Paul, Monographie de la Cathédrale de Chartres, Paris, Imprimerie nationale, « Collection de documents inédits sur l’histoire de France », 1867-1881, p. 138-141, pl. 48-52.
  • GRODECKI Louis, Études sur les vitraux de Suger à Saint-Denis (XII e siècle). II , C. Grodecki (Éd.), Paris, Presses Universitaire de Paris-Sorbonne, coll. « Corpus vitrearum. France. Études, 3 », 1995, p. 42-43, notes n° 91-92.
  • GRODECKI Louis, Le Vitrail roman, Paris, Éditions Vilo, 1977 (rééd. Paris, 1983), 107-112, cat. n° 46, p. 280.
  • Les vitraux du Centre et des pays de la Loire, Comité français du Corpus vitrearum (Dir.), Paris, CNRS, coll. « Corpus vitrearum. France. Série complémentaire, Recensement des vitraux anciens de la France, 2 », 1981, p. 25-45 (part. cat. n° 49-51, p. 35-36), p. 194.
  • MANHÈS-DEREMBLE Colette, Les vitraux narratifs de la cathédrale de Chartres : études iconographique, Comité français du Corpus vitrearum (Dir.), Paris, Le Léopard d’or, coll. « Corpus vitrearum . France. Études, 2 », 1993, part. cat n o 50, p. 376-377.
  • PERROT Françoise, « Étude archéologique des vitraux de la façade occidentale de la cathédrale de Chartres », MHF, 1, 1977, p. 37-51.
  • POPESCO Paul, La cathédrale de Chartres, Paris, La Bibliothèque des arts, coll. « Chefs d’œuvre du vitrail européen », 1970, p. 121-132.
  • VIOLLET-LE-DUC Eugène, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, Paris, A. Morel, 1867, 9 vol, vol. 2, p. 315.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (17 novembre 2021). Chartres, cathédrale Notre-Dame, fenêtre de l’Enfance. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oghg


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search