Cessac, église Saint-Romain

Cessac (Gironde, Nouvelle-Aquitaine)

Édifice : église Saint-Romain ( puis Saint Barthélemy )


Cessac, église Saint-Romain (plan d’après L DROUYN, dans J.-C. FOUCHER, P. Regaldo-Saint-Blancard, 1993, p. 42)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : arc triomphal, retombée sud.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages ?
  • Datation : 1130-1140.
  • Intégration dans le programme iconographique : Intégration dans le programme iconographique : arc triomphal , chapiteau nord : Michel terrassant le Dragon ; chapiteau sud : Adoration des Mages ?
  • identifiant Wikidata : Q3584287
  • identifiant Mérimée : Pa00083517

Description : La composition du chapiteau de l’église de Cessac est unique et nous ne pouvons assurer avec certitude son identification. Sur la face principale de la corbeille, trois personnages, arborant de curieuses coiffes, ne ressemblant ni à des couronnes, ni à des coiffes orientales, mais plus à des bonnets juifs, s’approchent du Christ seul, adulte, portant le nimbe crucifère. Entre le Christ et les premiers personnages se trouve une superposition de motifs ondulés rappelant les eaux du Baptême. Si les trois personnages ne sont pas les Mages, force est de constater qu’ils en reprennent la gestuelle. Tous trois portent leurs offrandes et le second désigne le Christ de l’index comme s’il s’agissait de l’étoile. Tout indique donc une Épiphanie si ce n’est l’absence de la Vierge. Seule entorse au comportement habituel des Mages, le geste du premier plaçant ses mains entre celles du Christ. Ce geste, aussi inhabituel soit-il, est tout à fait reconnaissable. Il s’agit de l’ immixtio manuum geste essentiel du rituel vassalique. Ainsi, ce chapiteau présenterait une image aberrante de l’ Adoration des Mages exaltant l’entrée des catéchumènes dans l’Église par le Baptême. Cette entrée serait alors comprise comme un serment féodal à l’égard du Christ.

Ce chapiteau a également été identifié comme une Multiplication des Pains (voir Léon Drouyn, 1993). Cette remarque est intéressante car la Multiplication à parfois été comprise comme une Épiphanie (Phagiphanie comme le propose Bède). Les coiffes juives côtelées semblent abonder en ce sens. Il est cependant indubitable que la gestuelle des Mages est ici appliquée.

Le chapiteau en vis-à-vis, placé sur la retombée nord de l’arc triomphal, présente une lutte de saint Michel avec le Dragon.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BONNET Pierrette, Sculpture romane en Gironde, mémoire de DESS, Paris IV, 1964.
  • FOUCHER Jean-Claude, REGALDO-SAINT-BLANCARD Pierre, Léo Drouyn et le canton de Targon : Notes archéologiques commentées, Targon, Association pour la sauvegarde du patrimoine et de l’environnement du canton de Targon (A.S.P.E.C.T), 1993, p . 41-42, 101-102.
  • LASSÈRE Sylvie, Les églises romanes de Cessac et de Courpiac, TER, Bordeaux III, 1990.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (15 novembre 2021). Cessac, église Saint-Romain. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oghb


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search