Bourges, cathédrale Saint-Étienne

Bourges (Cher, Centre-Val de Loire)

Édifice : cathédrale Saint-Étienne


Bourges, cathédrale Saint-Etienne (plan dans Corpus vitrearum, 1981, p. 169)
  • Édifice d’origine : cathédrale romane (détruite).
  • Médium : sculpture.
  • Support : tympan.
  • Situation dans l’édifice : façade nord, portail du porche, tympan.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : cathédrale archiépiscopale, possession royale.
  • Datation : 1160, remonté à son emplacement actuel entre 1225-1230.
  • Intégration dans le programme iconographique : portail nord , tympan : Adoration des Mages , Annonciation , Visitation , Annonce aux Bergers (ajout du XVI e siècle) ; statues d’ébrasements : figures vétérotestamentaires.
  • identifiant Wikidata : Q207985
  • identifiant Mérimée : Pa00096656

Bourges, cathédrale Saint-Étienne, portail nord
(Giogo, 2016, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Description : Le portail de la Vierge de la cathédrale de Bourges, intégré sous le porche latéral nord construit au début du XIII e siècle, provient de l’ancienne cathédrale romane aujourd’hui disparue. S’il est possible de situer son élévation à son emplacement actuel entre 1225 et 1230, son exécution est bien antérieure, sans doute aux alentours de la décennie 1150-1160.

Le portail originel se compose d’un large tympan reposé sur un linteau décoré d’acanthes tournoyantes, encadré par quatre archivoltes finement ouvragées retombant sur deux statues-colonnes (deux figures féminines couronnées anonymes et six colonnes d’ébrasements). L’ensemble a été bûché durant les guerres de Religion en 1562 (le portail est notamment tronqué de la statue de la Vierge du trumeau) mais reste globalement lisible.

Bourges, cathédrale Saint-Étienne, portail nord, tympan
(Fab5669, 2017, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Au centre du tympan trône une Vierge à l’Enfant monumentale, inscrite sous un imposant dais architecturé composé d’un dôme élevé sur colonnettes et flanqué de deux tours d’angle ajourées de fenêtres. L’un des chapiteaux des colonnes du dais date du XIII e siècle (à droite), l’autre est une restauration XIX e . Marie est voilée et nimbée et, d’après la position de sa main, elle devait tenir un sceptre ou un fleuron indiquant sa double maternité. Le Christ est, quant à lui, trop endommagé pour être étudié.

Les autres figures du tympan sont étagées sur deux registres séparés par un motif ondulé. Dans la partie supérieure, deux anges adorateurs flanquent le trône de la Vierge. Derrière l’ange de droite, une Annonce aux Bergers a été ajoutée au XVI e siècle, peut-être en remplacement d’un relief originel semblable . Au registre inférieur, dans la partie gauche, se succèdent les trois Mages aujourd’hui acéphales. La tête du second mage a cependant été identifiée par Ann New-Smith (1973 et 1975) dans les collections du Musée du Berry. Aujourd’hui, une copie de la tête en question vient combler le manque du tympan. Les trois Mages sont vêtus de longs et riches manteaux et portent leurs offrandes dans leurs mains voilées. Immédiatement à droite du trône marial, une figure nimbée, vraisemblablement assise, a été arrachée. Il est fort probable que Joseph trouvait ici sa place. Enfin dans la partie droite se succèdent l’ Annonciation et la Visitation . Ainsi, le portail nord de Bourges construit une image glorieuse de Marie. La Vierge-Reine y apparaît comme le tabernacle pur du mystère de l’Incarnation, sens que développent Joseph (le mari d’une vierge et le descendant de Juda) et l’ Annonciation. De même, les deux figures féminines couronnées des ébrasements (sans doute deux reines vétérotestamentaires) préfigurent le statut royal de Marie. Or, celle-ci apparaît précisément comme une reine recevant, au registre supérieur, les louanges angéliques (comme sur le tympan de l’incarnation de Chartres), alors qu’au niveau inférieur, les Rois de la terre lui rendent hommage. La Vierge-Mère apparaît donc comme le trait d’union entre le ciel et la terre, transgressant la frontière établie dans l’image par le bandeau ondulé et établissant ainsi son règne sur les deux cités de Dieu. Le tympan construit donc une image ecclésiale achevée : la Vierge à l’Enfant y apparaît comme souveraine sur terre, gardienne du mystère du corps incarné qu’elle présente aux hommes venus l’adorer. Elle enfante le peuple chrétien et lui assure la promesse de son salut dans la Jérusalem future.

Le portail nord est la réplique exacte de celui du flanc sud. Il est consacré à la Majestas Domini et a été sculpté dans les mêmes années. Les deux ont sans doute été pensés pour dialoguer ensemble dans un programme commun. Il est néanmoins difficile d’avoir une idée de leur place originelle. L’hypothèse les replaçant sur une façade occidentale tripartite ne fait pas l’unanimité. Jean-Yves Ribault (1995) propose un positionnement sur les flancs de l’édifice roman, mais peut-être orienté différemment, vers l’occident.

Le portail de la Vierge a fait l’objet d’une restauration entre 2000 et 2005 qui est venue confirmer la présence de polychromies déjà observées par Ann New Smith (1975). Les peintures du portail nord sont sans doute l’œuvre de deux campagnes distinctes.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BRANNER Robert, « Les portails latéraux de la cathédrale de Bourges », B.M., 115, 1957, p. 263-270.
  • BRANNER Robert, « Les portails latéraux de la cathédrale de Bourges », Mémoires de l’Union des Sociétés Savantes de Bourges, 6, 1957, p. 31-39.
  • BRANNER Robert, La cathédrale de Bourges et sa place dans l’architecture gothique, Paris-Bourges, Tardy, 1962, p. 63, 132-136.
  • BRUGGER Laurence, CHRISTE Yves, Bourges : la cathédrale, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « Le ciel et la Pierre, 4 » , 2000, p. 177-183.
  • CHANCEL-BARDELOT Béatrice de, Dictionnaire de la cathédrale de Bourges, Dijon, Faton, 2008, p. 48-49, 154-155.
  • CROZET René, L’Art roman en Berry, Paris, E. Leroux, 1932, p. 303-316.
  • GAUCHERY Robert, BRANNER Robert, « La cathédrale de Bourges au XI e siècle », B.M., 111 (2), 1953, p. 105-123.
  • JENNINGS Margaret, KILCOYNE Francis P. , « Defacement : Practical Theology, Politics, or Prejudice : The Case of the North Portal of Bourges », Church history, 72, 2003, p. 276-303.
  • LAPEYRE André, Des façades occidentales de Saint-Denis et de Chartres aux portails de Laon : études sur la sculpture monumentale dans l’Île-de-France et les régions voisines au XIIe siècle, Mâcon, Protat frères, 1960, p. 153-160.
  • Les vitraux du Centre et des pays de la Loire, Comité français du Corpus vitrearum (Dir.), Paris, CNRS, coll. « Corpus vitrearum. France. Série complémentaire, Recensement des vitraux anciens de la France, 2 », 1981, p . 175, n° 34.
  • NEW-SMITH Ann, « Une tête de roi-mage du portail nord de la cathédrale de Bourges (XIIe siècle) retrouvée au Musée du Berry », Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, 35 , 1973, p. 14-22.
  • NEW-SMITH Ann, Twelfth-Centuty Sculpture at the Cathedral of Bourges, Ph.D, Boston University, Boston University, Ann Arbor, Xerox University Microfilms, 1976.
  • RIBAULT Jean-Yves, « Observations et hypothèses sur la cathédrale de Bourges, XIe-XIIe siecles », Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, 127, 1996, p. 4-16.
  • RIBAULT Jean-Yves, Un chef-d’œuvre gothique : la cathédrale de Bourges, Arcueil, Anthèse, 1995, p. 72, 94-98.
  • SAUERLÄNDER Willibald, La sculpture gothique en France, 1140-1270 , Paris, Flammarion, 1972, p. 45, 80-81.

Pour citer ce billet (Cite this article as) : Mathieu BEAUD, "Bourges, cathédrale Saint-Étienne," dans Ces Rois mages venus d'Occident, mis en ligne le 10/11/2021, consulté le 26/06/2022, https://epiphania.hypotheses.org/915.

Vous aimerez aussi...