Autun, cathédrale Saint-Lazare

Autun (Saône-et-Loire, Bourgogne-Franche-Comté)

Édifice : Cathédrale Saint-Lazare


Autun, cathédrale Saint-Lazare, chœur et transept (plan dans R. OURSEL, 1986, p. 176)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : salle capitulaire.
  • Situation originale : chœur, bas-côté nord, deuxième travée, pile nord-ouest, chapiteaux du pilastre engagé oriental (Songe), nord (Hérode) et mur nord, pilastre occidental (Adoration) (d’après le plan de D. GRIVOT, 1990, p. 137, pl.VI).
  • Cycle des Mages : Mages devant Hérode, Adoration des Mages, Songe des Mages.
  • Contexte de l’édifice : cathédrale (non construite à cet effet)
  • Datation : 1ère moitié XIIe siècle (attribué à Gislebert) 1125-1135.
  • Intégration dans le programme iconographique : chapiteaux du chœur, côté nord (d’est en ouest) : quatre rivières de Paradis (in situ retombée nord de l’arc triomphal), voyage et repas à Emmaüs (in situ), Luxure ? (in situ), Fuite en Égypte (salle capitulaire), Songe des Mages (salle capitulaire), Mages devant Hérode (salle capitulaire), Adoration des Mages (salle capitulaire) ; côté sud : d’est en ouest : Feuillage (In situ, retombée sud de l’arc triomphal), première tentation de Christ (in situ en partie restauré), sirènes et onocentaures (in situ), Constantin à cheval ? (salle capitulaire), homme chevauchant un oiseau (salle capitulaire), oiseau tricéphale (salle capitulaire).
  • identifiant Wikidata : Q611944
  • identifiant Mérimée : Pa00113073

Description : Parmi les chapiteaux des pilastres cannelés du chœur de Saint-Lazare d’Autun, trois se consacrent au cycle de l’Épiphanie, tous concentrés dans le bas-côté nord. Comme nombre d’autres chapiteaux de la cathédrale, ils sont aujourd’hui exposés dans la salle capitulaire et on été remplacés dans l’édifice par des copies au XIX e siècle.

Adoration des Mages, chapiteau de la cathédrale Saint-Lazare d’Autun, ancien chapiteau du chœur (actuellement salle capitulaire) © Bildarchiv Foto Marburg, 1925-26

Le premier est celui de l’Adoration. Les trois Rois y apparaissent couronnés et vêtus du costume nobiliaire franc (très proche de ceux du tympan de Vézelay). Le premier, agenouillé, présente son offrande à l’Enfant qui tente d’en soulever le couvercle. En retrait, le mage le plus jeune tient un vase clos, semblable à celui de son compagnon, et porte la main à sa couronne pour la retirer. Le troisième, en retrait par rapport aux deux premiers, porte un codex scellé en guise d’offrande, en référence à la prophétie de Balaam (détail courant dans la sculpture bourguignonne, à Vézelay, Neuilly-en-Donjon, et Chassenard). Notons par ailleurs qu’à Autun, Balaam sur sa mule orne l’un des chapiteaux exposés dans la salle capitulaire (son emplacement d’origine reste incertain). Face aux trois Rois, la Vierge à l’Enfant, nimbée et voilée, s’inscrit sous un dais architecturé flanqué de deux colonnes crénelées et ajourées de fenêtres. L’étoile végétale, quant à elle, a été placée sur la tour élevée à gauche du dais. Sur la face latérale de droite, Joseph s’inscrit sous une seconde arcature. Barbu et coiffé du bonnet juif, il est assis sur un haut trône reposant sur le même coussin strié que celui de la Vierge. Malgré son apparence éveillée, ses jambes croisées, la main qu’il porte à sa hanche et à son visage, sont autant de détails nous confirmant qu’il est en plein songe. Par ailleurs, la posture de Joseph songeant est l’exacte réplique du portrait anonyme d’un roi endormi que l’on trouve sur la face latérale du chapiteau de la donation de l’église (salle capitulaire).

Mages devant Hérode, chapiteau lacunaire de la cathédrale Saint-Lazare d’Autun, ancien chapiteau du chœur (actuellement salle capitulaire)
Bildarchiv Foto Marburg / Foto: unbekannt; Aufn.-Datum: 1925/1926 – Rechte vorbehalten)

Le second chapiteau est celui de l’audience devant Hérode. Il est gravement mutilé et la plupart des têtes sont manquantes. Celle d’Hérode existait encore en 1925 et celle du second mage était visible jusqu’en 1949 (Figure 21), mais ont toutes deux été volées. Celle du mages était conservée au château de Larochelambert près du Puy, et a aujourd’hui regagné sa place. Le chef d’Hérode a, en revanche, définitivement disparu (aussi, selon la date des clichés, l’apparence de ce chapiteau peu changer, voir par exemple D. Grivot et G. Zarnecki , 1990, pl. 10a, 10b et 10c). Malgré ces mutilations, il est évident que la physionomie des Mages diffère du chapiteau de l’Adoration. Le second mage a retiré sa couronne alors que, derrière lui, le troisième en est encore coiffé. Le roi le plus proche d’Hérode est, quant à lui, acéphale. Ce dernier présente au souverain de Jérusalem sa main droite voilée de son manteau en signe d’incapacité et d’erreur. Toutefois, ce personnage amorce un mouvement de retrait, indiquant que tout en questionnant Hérode, il tente de s’en détourner. Sur la face latérale de droite, l’un des chevaux des Mages a survécu (on peut penser que les montures étaient présentes sur le chapiteau de l’Adoration, sur la face latérale mutilée). Hérode fait face aux Mages, perché au sommet d’un trône démesuré, vêtu d’un très riche costume brodé et perlé. Derrière le trône se tient l’ Armiger , l’écuyer d’Hérode, portant le glaive royal.

Songe des Mages, chapiteau de la cathédrale Saint-Lazare d’Autun, ancien chapiteau du chœur (actuellement salle capitulaire)
(© Bildarchiv Foto Marburg, 1925-26hiv Foto Marburg, 1925-26)

Le troisième chapiteau se consacre au Songe des Mages. Seule la face principale est intacte. Les trois Rois y sont superposés sur une même couche, recouverts d’une même couverture, leurs couronnes encore posées sur leur tête. Un ange apparaît au pied du lit et pose son index sur la main du premier mage pour lui insuffler la vision du songe, vision qu’il mime en désignant l’étoile de l’autre main (l’astre est habituellement absent de cette scène). Contrairement au chapiteau de l’audience au palais d’Hérode, les trois Rois mages sont ici les mêmes que sur le chapiteau de l’Adoration.

Les trois chapiteaux complétaient s’intégraient un cycle de l’Enfance dans la partie nord du chœur. Concrètement, le chapiteau de l’Adoration et celui de la visite à Hérode s’opposaient littéralement sur deux pilastres à l’entrée du bas côté nord. Il faut également envisager le chapiteau du Songe dans la continuité de celui d’Hérode, tous deux placés sur la même pile. L’audience au palais, qui insiste sur l’erreur des Mages est, ainsi, associée à la finalité heureuse de l’histoire : le retour par le chemin du Christ. Il est cependant difficile de proposer une analyse cohérente de l’ensemble du programme iconographique du chœur en y intérgant l’Épiphanie. Plusieurs auteurs ont remarqué l’opposition entre le cycle de l’Enfance au nord et les scènes de combats au sud (dont celui du Christ contre Satan lors des Tentations au désert ). William J. Travis (1999) propose ainsi une lecture eschatologique de l’ensemble des chapiteaux, en complément du grand tympan de la façade.

La plupart des auteurs situent la campagne de décoration de la cathédrale (dans son intégralité) sur une période relativement courte (1120-1140). Les travaux ayant commencé par le chevet, on peut considérer que les chapiteaux du chœur furent exécutés entre 1125-1135. L’abbé Grivot (D. Grivot, 1965 et 1990) considère que toutes les sculptures du chantier sont à attribuer au sculpteur Gislbertus, qui aurait signé son œuvre sous le grand tympan. L’auteur ajoute au corpus de ce sculpteur les trois chapiteaux des Mages. Francis Salet (F. Salet, 1961) a émis des réserves stylistiques vis-à-vis de cette thèse en attribuant les chapiteaux de l’Enfance à une autre main, celle du maître de l’Enfance.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ANGHEBEN Marcel, Les chapiteaux romans de Bourgogne : thèmes et programmes, Turnhout, Brepols, 2003, p. 440-441, 460-462.
  • BEAUDEQUIN Gabriel, « Les représentations sculptées de l’Adoration des Mages dans l’ancien diocèse d’Autun à l’époque romane », CCM, 3, 1960, p. 479-489.
  • BERRY Walter, « Le recours à l’Antique à Saint-Lazare d’Autun », CSMC, 39, 2008, p. 249-264.
  • GRIVOT Denis et ZARNECKI Georges, Gislebertus, sculpteur d’Autun, Paris, Trianon, 1965 (1ère éd. 1960), part. p. 60-61.
  • GRIVOT Denis, La sculpture du XIIe siècle de la cathédrale d’Autun, Ingersheim, SAEP, 1990 (rééd. 2000), part. p. 42-44.
  • MAURICE-CHABARD Brigitte, SAPIN Christian, Autun : prémices et floraison de l’art roman, Musée Rolin (Éd.), Catalogue de l’exposition au musée Rolin, 25 juin-29 septembre 2003, Autun, Musée Rolin, 2003.
  • OURSEL Raymond, Bourgogne romane, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La nuit des temps, 1 », 1986 (1 ère éd. 1954), p. 230.
  • OURSEL Raymond, Les églises romanes de l’Autunois et du Brionnais (ancien grand archidiaconé d’Autun) : Cluny et sa région, Macon, Protat Frères, 1956, p. 162.
  • PERNOUD Régine et GRIVOT Denis, L’histoire des rois mages selon l’évangile de saint Matthieu (et telle que l’imagina dans la pierre Gislebertus … ), Paris, Édition Trianon, 1964.
  • SALET Francis, « La sculpture romane en Bourgogne, à propos d’un livre récent », B.M, 119, 1961, p. 325-343, p. 325-343.
  • SAUERLÄNDER Willibald, « Gislebertus von Autun : ein Beitrag zur Entstehung seines künstlerischen Stils », Romanesque art, 1, 2004, p. 325-349 et 881-882.
  • SEIDEL Linda, Legends in Limestone. Lazarus, Gislebertus, and the Cathedral of Autun, Chicago, The University of Chicago Press, 1999, part. p. 123-126, 135-136.
  • TERRET Victor, La sculpture bourguignonne au XIIe et XIIIe siècle : ses origines et ses sources d’inspiration, t. 2, Autun, 1925, (1ère éd. 1914), vol. 1 p. 85-89 et vol. 2, p. 37-42.
  • TRAVIS William J, « The iconography of the choir capitals at Saint-Lazare of Autun and the Anagogical Way in Romanesque sculpture », Konsthistorisk tidskrift , 68, 1999, p. 220-249.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (9 novembre 2021). Autun, cathédrale Saint-Lazare. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oggx


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search