Aix-en-Provence, cathédrale Saint-Sauveur (cloître)

Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône, Provence-Alpes-Côte d’Azur)

Édifice : cathédrale Saint-Sauveur


Aix-en-Provence, cloître de la cathédrale (D. RONSSERAY, J. THIRION, 1985, p. 66)
  • Médium : sculpture .
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : cloître, galerie nord.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages (chap. n° 11), Mages devant Hérode (chap. n° 12). (d’après J. THIRION, 1985, p. 66).
  • Contexte de l’édifice : cathédrale.
  • Datation : fin XIIe siècle (1190-1210).
  • Intégration dans le programme iconographique : portail occidental, cordon d’archivolte : Intégration dans le cycle de l’Enfance : cloître, galerie nord : Annonciation, Nativité, Bain de l’Enfant (chap. n° 10) ; Adoration des Mages, Présentation au Temple (chap. n° 11) ; Mages devant Hérode, Fuite en Égypte ?, (chap. n° 12).
  • identifiant Wikidata : Q1539168
  • identifiant Mérimée : Pa00080981
Aix-en-Provence, cloître Saint-Sauveur, galerie nord, chapiteau de l’Adoration des Mages (cliché M. B, 2010, CC BY-SA 4.0)

Description : La galerie nord du cloître de Saint-Sauveur est composée de colonnes jumelées coiffées de doubles chapiteaux. Toutes les sculptures historiées de la galerie ornent les chapiteaux internes qui sont, pour la plupart, couplés avec des chapiteaux décoratifs. Les reliefs de celui de l’Adoration des Mages (chap. n° 11, THIRION, 1985, p . 66) sont très érodés mais laissent apparaître une composition encore lisible. Les faces est et nord accueillent les trois Rois mages. Les deux premiers, dont l’un montre l’étoile, apparaissent sur la première face (est) alors que derrière eux se dresse l’entrée de Bethléem, figurée par une porte étroite. Le premier Mage s’agenouille sur la face principale (nord) devant la Vierge à l’Enfant. Cette dernière siège de profil sur un haut trône au sommet duquel est suspendu un voile torsadé. La composition se poursuit, derrière le trône de la Vierge, sur la face occidentale, par la Présentation au Temple . Un horizon urbain richement ouvragé orne l’abaque, donnant à l’entrée des Mages à Bethléem une monumentalité remarquable. Enfin, le chapiteau décoratif, auquel l’Épiphanie a été jumelée, accueille sur ses quatre faces, des figures humaines emprisonnées dans de larges rinceaux végétaux en spirale.

L’audience au palais de Jérusalem apparaît sur le chapiteau suivant (chap. n° 12). Sur la face occidentale, les Rois mages se présentent devant Hérode, munis de longs bâtons de pèlerins. Derrière eux viennent se juxtaposer les trois chevaux au repos, comme sur le chapiteau du cloître arlésien (voir notice Arles, église Saint-Trophime, cloître). Hérode, malheureusement très dégradé, trône sur l’arête des faces nord-est. Il est suivi, sur la face orientale, d’une scène difficilement identifiable. Selon toute logique, on pourrait identifier la Fuite en Égypte (Joseph tient sur l’épaule son baluchon), mais l’âne, la Vierge et l’Enfant semblent absents. La figure (féminine ?) se dressant devant Joseph ne paraît donc pas être Marie, mais la sage-femme ou l’ange lui apparaissant en songe.

Aix-en-Provence, cloître Saint-Sauveur, galerie nord, chapiteau des Mages devant Hérode (cliché M. B 2010, CC BY-SA 4.0)

Sur le chapiteau de la colonne externe, couplé au chapiteau historié, se contorsionne un monstre reptilien, venant ainsi compléter la lecture de la scène évangélique. La bête vient rappeler la nature diabolique d’Hérode ainsi que le danger auquel sont exposés les Mages et que fuit Joseph.

Dans leur ensemble, les chapiteaux de la galerie nord du cloître, essentiellement consacrés à l’Enfance, construisent un cycle soumis à une dynamique ouest-est. Ainsi cheminons-nous de l’ Annonciation à l’ Adoration des Mages (pour l’Enfance) pour aboutir à la Crucifixion et à la Visite au Sépulcre des saintes-femmes. De même, comme pour la galerie orientale du cloître arlésien, les différents tableaux évangéliques sont agglomérés thématiquement et non chronologiquement. Par exemple, la rencontre d’Hérode intervient après l’Adoration pour mieux se combiner à la Fuite en Égypte qui, elle-même, aurait dû suivre l’Épiphanie dans la chronologie.

Jacques Thirion (1988, p. 72) n’exclut pas à ce sujet un remaniement non documenté. Il semble pourtant que la logique arlésienne ait été adoptée : exalter la victoire du Christ sur le mal dans le récit de l’Enfance et ce, avant la Passion et la Résurrection , pour construire un cycle christologique cohérent. Ainsi, l’ Adoration des Mages , présentée comme une entrée à Jérusalem, préfigure l’issue heureuse des événements. Les différentes thématiques du cycle, clairement distinguées à Arles, ont dû pourtant s’adapter aux petites dimensions du cloître de Saint-Sauveur et se condenser sur un nombre plus réduit de chapiteaux. Ces quelques remarques doivent cependant rester prudente, le cloître ayant subi, au cours des siècles, de lourdes réfections. Un remaniement de l’ordre des chapiteaux n’est donc pas à exclure.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • COSTE Pierre , GUILD Rollins et GUYON Jean, « Recherches archéologiques dans le cloître de Saint-Sauveur d’Aix-en-Provence : Bilan de quatre campagnes de fouilles (1976-1979) », Revue Archéologique de Narbonnaise , 13, 1980, p. 115-144.
  • FERNAND Benoît, « Aix-en-Provence : Cathédrale Saint-Sauveur », Congrès archéologiques de France : Aix-en-Provence, Nice , 95, 1932 (1933), p. 9-29.
  • GUILD Rollins, La cathédrale d’Aix-en-Provence : étude archéologique, Paris, CNRS, 1987, p. 165-174.
  • KLEIN Peter K., « Topographie, fonctions et programmes iconographiques des cloîtres : la galerie attenante à l’église » dans Der mittelalterliche Kreuzgang : Architektur, Funktion and Programm, P. K. Klein (Éd .), Actes du colloque international Der mittelalterliche Kreuzgang, 11-13 juin 1999, Tübingen , Regensburg, Schnell-Steiner, 2004, p. 113-131 (part. p. 126-130).
  • LASSALLE Victor, L’influence antique dans l’art roman provençal, Paris, Boccard, coll. « Revue Archéologique de Narbonnaise, Supplément, 2 », 1970 (rééd. Paris, 1983), p. 72, 83, 91.
  • THIRION Jacques, « Le cloître de Saint-Sauveur d’Aix », Congrès archéologiques de France : Pays d’Aix, 143, 1985 (1988), p. 65-102.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (9 novembre 2021). Aix-en-Provence, cathédrale Saint-Sauveur (cloître). Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oggr


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search