Anzy-le-Duc, prieuré

Anzy-le-Duc (Saône et Loire,Bourgogne-Franche-Comté)

Édifice : Ancien prieuré


Prieuré d’Anzy-le-Duc et église abbatiale.
(capture OpenStreetMap, 01.06.2020)
  • Médium : sculpture.
  • Support : tympan.
  • Situation dans l’édifice : portail à l’angle sud-ouest de l’enceinte de l’ancien prieuré.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice :
  • Datation : Datation : 1ère moitié du XIIe s. (atelier de « Neuilly-en-Donjon » : 2ème quart du XIIe s).
  • Intégration dans le programme iconographique : tympan : La Chute (moitié droite), Adoration des Mages (moitié gauche) ; linteau : Jugement des âmes ; chapiteau des ébrasements : figuration de péchés ; corbeaux : affrontements zoomorphes et dévorations ; reliefs encastrés : joute équestre
  • identifiant Wikidata : Q18181302
  • identifiant Mérimée : Pa00113070

Anzy-le-Duc, portail de l’enceinte du prieuré (portail sud), vue générale (cliché M.B, 2004, CC BY-SA 4.0)

Description : Le programme sculpté du portail de l’enceinte d’Anzy-le-Duc, malgré l’érosion avancée des reliefs qui le composent, reste parfaitement lisible. L’Adoration des Mages et La Chute se partagent le tympan, de part et d’autre d’un axe traversant le portail en son centre. Sur toute la surface du linteau, le partage des âmes se partitionne horizontalement selon ce même axe. À l’extrême gauche, un petit édicule sous arcade abrite quatre élus alors qu’un ange repousse une âme emportée par le démon. Au centre du linteau, deux démons viennent jeter les damnés dans la gueule du Léviathan. Les circonvolutions d’une bête monstrueuse, emprisonnant plusieurs damnés enchaînés, occupent toute la partie droite du linteau. Enfin, à l’extrême droite, Michel psychopompe envoie les âmes déchues dans les anneaux de la bête alors qu’un personnage le supplie à genoux.

Portail, partie supérieure (cliché M.B, 2004, CC BY-SA 4.0)

Le tympan est doublé d’une unique archivolte végétale retombant sur deux chapiteaux historiés. Sur celui de gauche, deux personnages se battent. L’un est penché vers le sol et semble ramasser une pierre alors que l’autre le tient par les cheveux et lui assène un coup violent sur le crâne (la scène se retrouve presque à l’identique sur le chapiteau d’ébrasement droit du portail de Neuilly-en-Donjon, (voir article Neuilly-en-Donjon) et sur un chapiteau de Saint-Léger-sur-Vouzance, œuvres toutes attribuables à l’atelier de Neuilly-en-Donjon). Il pourrait s’agir d’une figuration de la discorde. Sur celui de droite, un homme est pendu par les pieds et les poignets alors qu’un autre s’enfonce un poignard dans la gorge (colère ?). Sur les corbeaux de la porte, deux reliefs très endommagés montraient des scènes de dévorations. Enfin, une plaque encastrée, à droite de la porte, décrit une joute de cavaliers.

Le programme met donc en opposition le péché originel et son rachat par l’Adoration des Mages dans un contexte eschatologique appuyé par le linteau, les chapiteaux d’ébrasements et les deux impostes. Dans la partie gauche du tympan, donc, les trois Rois mages se présentent, offrandes en mains, devant la Vierge à l’Enfant, couronnée, siégeant de profil sur un haut trône sous arcade. Le premier roi esquisse une génuflexion devant l’Enfant et semble lui baiser la main (le geste se retrouve sur le tympan de Neuilly-en-Donjon, (voir article Neuilly-en-Donjon). Le second roi est surélevé sur un monticule intrigant que Raymond Oursel (1995) interprète comme une montagne miniature. Il pourrait s’agir en effet d’un obstacle placé sur leur route pour figurer le voyage. Au-dessus d’eux, l’étoile fleurit sur un rinceau végétal qui épouse toute la courbure du tympan.

Tympan, Adoration des Mages (cliché M.B, 2004, CC BY-SA 4.0)

L’élément le plus intéressant de la composition reste le groupe de la Vierge à l’Enfant. Par sa position et par sa facture, la grande arcade en surplomb du trône rappelle celui de tympan de Neuilly-en-Donjon. Marie est placée de profil alors que l’arc du trône est, lui, conçu frontalement. Notons également que le premier mage se superpose au pilier de retombée de l’arc et que, ce même personnage, pose le pied sur la base de la colonne qu’il dépasse. Cela nous permet d’envisager le dais comme l’embrasure d’une porte, que figurent, à la fois, la Vierge et le trône. Dans la partie droite du tympan, Adam et Ève ont cueilli le fruit de l’Arbre de la connaissance, autour duquel s’enroule le serpent, alors qu’à l’extrême droite, le couple est expulsé du Paradis. Un lien s’établit ainsi entre deux instants de l’histoire humaine : La Chute et l’Incarnation . L’arbre de vie et le trône de la Vierge sont placés au plus près l’un de l’autre alors que la cime de l’arbre se confond avec le motif végétal qui court le long de l’intrados, formant ainsi une canopée luxuriante et paradisiaque. Notons également que c’est précisément de ce rinceau qu’éclot l’étoile (détail que l’on retrouve sur le portail de Chassenard, voir (voir l’article Chassenard). Ainsi, les portes scellées par la faute d’Ève sont ouvertes par la mère des chrétiens, bien que la Vierge soit ici la porte elle-même, ouverte sur l’Arbre de vie.

Ainsi, la ségrégation des âmes du linteau, les représentations des péchés des ébrasements et les dévorations des impostes (symboles de la résurrection des corps), prennent tout leur sens si l’on considère que les trois Rois figurent ici l’entrée des nations de l’Apocalypse dans le Royaume. Le tympan d’Anzy-le-Duc serait ainsi l’un des exemples d’une adaptation iconographique possible des versets eschatologiques de l’Apocalypse par l’image de l’Épiphanie. Rappelons enfin que si le portail est isolé de l’abbatiale, il se dressait sur le chemin conduisant à l’ancienne église paroissiale (détruite au XIXe siècle) et à son cimetière, offrant donc une réflexion sotériologique sur le chemin du fidèle.

Enceinte sur du prieuré et portail (photography taken by Christophe.Finot, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Remarque : Ce portail, contrairement au reste de la sculpture de l’abbaye Sainte-Croix d’Anzy-le-Duc, est attribuable à l’atelier de Neuilly-en-Donjon, identifié par Neil Stratford (1988) et actif en Brionnais dans le second quart du XIIe siècle. Le corpus d’œuvres attribuable à cet atelier comprend, outre le portail de Neuilly-en-Donjon, celui de Saint-Georges de Chassenard, les chapiteaux du chœur de Saint-Léger-sur-Vouzance, ceux de l’église de Bois Sainte-Marie, l’église disparue de Chenay-le-Châtel (détruite en 1868) et les sculptures de l’église paroissiale de Melay (détruite en grande partie dans la seconde moitié du XIX e siècle).


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ANGHEBEN Marcel, « L’iconographie du portail de l’ancienne cathédrale de Mâcon : une vision synchronique du Jugement Individuel et du Jugement Dernier », Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, 32, 2001, p. 73-86.
  • ANGHEBEN Marcel, Les chapiteaux romans de Bourgogne : thèmes et programmes, Turnhout, Brepols, 2003, p. 414-415, 459.
  • BEAUDEQUIN Gabriel, « Les représentations sculptées de l’Adoration des Mages dans l’ancien diocèse d’Autun à l’époque romane, étude descriptive et iconographique », Cahiers de civilisation médiévale, 3, 1960, p. 479-489.
  • HAMANN Matthias, Die burgundische Prioratskirche von Anzy-le-Duc und die romanische Plastik im Brionnais, Würzburg, Deut. Wissenschaf, 2000, vol. 1, p. 162-165, vol. 2, p. 104-106.
  • JACOBY Zehawa, « La sculpture à Cluny, Vézelay et Anzy-le-Duc : un aspect de l’évolution stylistique en Bourgogne », Storia dell’arte, 34, 1978, p.197-205.
  • MÂLE Émile, L’art religieux du XII e siècle en France, Paris, Armand Colin, 1998, (1 ère éd. Paris, 1922), p. 426-428.
  • OURSEL Raymond, « Le portail eschatologique du prieuré d’Anzy-le-Duc, Enfer et Paradis », Enfer et paradis : l’au-delà dans l’art et la littérature en Europe, Actes du colloque organisé par le CESCM, Conques, 22-23 avril 1994, Les Cahiers de Conques, 1, 1995, p. 103-110.
  • OURSEL Raymond, Les Églises Romanes de l’Autunois et du Brionnais (ancien grand archidiaconé d’Autun) : Cluny et sa région, Mâcon, Protat Frères, 1956, p. 156-157.
  • PENDERGAST Carol Stamatis, « New Romanesque Capitals from Anzy-Le-Duc », Gesta, 14, (2), 1975, p. 47-57.
  • PENDERGAST Carol Stamatis, The Romanesque Sculptures of Anzy-le-Duc, New York, Yale University, 1974, Ann Arbor UMI, 1976, p. 174-180.
  • SATTLER Johanna-Barbara, Ikonographische und psychologische Aspekte der “Seitigkeit” in der Kunst: dargestellt an ausgewahlten Beispielen der romanischen Plastik in Burgund, Thèse de doctorat, München, Ludwig-Maximilians-Universitat, 1983.
  • STRATFORD Neil, « Le portail roman de Neuilly-en-Donjon », Congrès archéologiques de France : Bourbonnais, 146, 1988, p. 311-338 (part. p.326-332).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (9 novembre 2021). Anzy-le-Duc, prieuré. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oggu


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search