Dijon, ancienne abbatiale Saint-Bénigne

Dijon (Côte-d’Or, Bourgogne-Franche-Comté)

Édifice : abbatiale Saint-Bénigne ( détruite en 1794 )


  • Médium : sculpture.
  • Support : archivolte et linteau.
  • Situation dans l’édifice : portail occidental, archivolte et linteau.
  • Cycle des Mages : Mage devant Hérode (base de l’archivolte gauche), Voyage des Mages (linteau), Adoration des Mages (linteau), Songe des Mages (linteau).
  • Contexte de l’édifice : abbatiale bénédictine.
  • Datation : 1150-1160.
  • Intégration dans le programme iconographique : portail occidental (d’après la gravure d’Urbain dom Plancher), tympan : Majestas domini, deux séraphins et personnifications de l’Église et de la Synagogue ; linteau : Voyage, Adoration et Songe des Mages, Annonce aux Bergers et Nativité ; archivoltes, base nord : Mages devant Hérode ; base sud : Annonciation et Visitation ; voussure interne : anges thuriféraires ; voussure médiane : Fuite en Égypte et Massacre des Innoncents ; voussure externe : Vieillards de l’Apocalypse ; statues-colonnes : huit personnages en pied dont saint Paul, Moïse, trois figures couronnées, la reine de Saba ; trumeau : personnages en habit pontificaux (saint Bénigne ?).
  • identifiant Wikidata : Q2820362
  • identifiant Mérimée : Pa00112249

Dijon, ancienne abbatiale Saint-Bénigne, portail occidental, gravure publiée par dom U. PLANCHER en 1739 (source Gallica.fr, f. 571, domaine public)

Description : Le portail principal de l’ancienne abbatiale Saint-Bénigne de Dijon fut entièrement détruit en 1794. Il reste connu par une gravure, aujourd’hui disparue, mais dont nous gardons la trace grâce à sa publication par dom Urbain Plancher en 1739. Ce document est le seul témoignage permettant d’avoir une connaissance générale du programme sculpté de la façade. La description suivante repose donc exclusivement sur ce document avec toutes les réserves que cela implique.

Dijon, ancienne abbatiale Saint-Bénigne, portail occidental, linteau, gravure publiée par dom U. PLANCHER en 1739 (détail)
(source Gallica.fr, f. 571, domaine public)

Le portail s’organise autour d’un Christ en gloire sans mandorle, encadré du tétramorphe, flanqué, au niveau supérieur, de deux séraphins et, au niveau inférieur, des personnifications de l’Église et de la Synagogue. Sur le pourtour du tympan s’écoule le Fleuve de Vie auquel s’abreuve un agneau dans la partie droite.

Dijon, ancienne abbatiale Saint-Bénigne, portail occidental, sommiers gauche de l’archivolte, gravure publiée par dom U. PLANCHER en 1739 (détail)
(source Gallica.fr, f. 571, domaine public)

Sur un large linteau s’organise un cycle de l’Enfance sans cohérence chronologique, étendu aux parties inférieures de l’archivolte. Le récit commence à gauche, au voussoir inférieur des quatre archivoltes. À gauche, un personnage (nimbé ?) prend soin des trois chevaux (ceux des Mages). Deux Rois mages apparaissent sur le second voussoir (la gravure nous les montre nimbés) et se présentent devant Hérode en trône sur le voussoir suivant, accompagné de l’ Armiger agenouillé et présentant un codex ouvert à son souverain (en référence à la prophétie de Miché ?). Derrière le trône d’Hérode, sur le dernier voussoir, se tiennent deux figures, peut-être deux scribes ou deux serviteurs du roi. Sur la gauche du linteau, l’histoire se poursuit avec la chevauchée des Mages suivie de l’Adoration (ils ne sont à ce moment plus nimbés et l’on peut sans doute attribuer l’auréole à une erreur du graveur). Les trois Rois ont pénétré dans un édifice palatial et on laissé leurs montures sur le seuil à l’une des servantes de Marie. Le premier mage s’est agenouillé devant une très imposante Vierge à l’Enfant couronnée, débordant largement des limites de l’édifice stylisé et du cadre du linteau. Le récit des Mages se conclut à droite par l’épisode du Songe : les trois Mages sont juxtaposés sur trois paillasses projetées à la verticale, face au spectateur, alors qu’un ange apparaît à celui placé le plus à gauche. Dans la partie droite du linteau, le cycle de l’Enfance est complété par l’ Annonce aux Bergers , la Nativité et, sur les bases de l’archivolte sud, par la Visitation et l’ Annonciation . Le récit se conclut par la Fuite en Égypte et par une version très développée du Massacre des Innocents , sur toute la voussure médiane. Ce dernier épisode devient une scène quasi-apocalyptique (les martyrs d’Ap 6, 9 ?), cernée par un cortège d’anges thuriféraires (voussure interne) et par les Vieillards de l’Apocalypse (voussure externe), alors que le cordon extérieur est orné d’une végétalité paradisiaque.

Le linteau était complété par un registre inférieur, déjà manquant lors de la production de la gravure. Nous apercevons deux personnages sous arcades à chaque extrémité. Cette partie a été supprimée au moment de l’ajout au XIV e siècle du dais surplombant la statue de saint Bénigne sur le trumeau (XII e siècle). Aux retombées des archivoltes étaient élevées huit statues-colonnes réparties en deux groupes de quatre autour de la porte. Il est possible de reconnaître saint Pierre et saint Paul, Moïse, trois rois (dont Salomon ?), la reine de Saba (figure affublée d’un pied d’oie, la rapprochant de la mythique reine Pédauque) et une figure en habits pontificaux.

Ce portail a souvent été identifié comme l’ancien portail occidental qui aurait été flanqué par les portes des collatéraux ( P. Quarré , 1957 , A.-C. Doherty , 1980, W. Sauerländer, 1972 ) dont l’une était décorée du tympan du martyre de saint Bénigne (également disparu mais connu par une gravure publié par dom Plancher). Cette théorie a été invalidée par Neil Stratford (1997), invitant à plus de prudence. Rien en effet ne permet de confirmer une telle hypothèse.

La datation du portail est incertaine. Plusieurs auteurs on proposé une dation haute, avant le milieu du XII e siècle ( P. Quarré , 1957 , L. Grodecki , 1959, A.-C. Doherty , 1980, N. Stratford , 1994).

Remarque : quatre tympans de l’abbatiale Saint-Bénigne nous sont connus. Deux sont conservés au Musée archéologique de Dijon (celui de la Majestas Domini et celui de La Cène ), un troisième représentant le martyre de Saint-Bénigne nous est connu par une gravure publiée par dom Plancher (1739). Plusieurs fragments de sculptures provenant du portail principal sont actuellement conservés au Musée archéologique de Dijon, dont la tête du saint Bénigne du trumeau, celle de saint Pierre et deux violes appartenant aux Vieillards de l’archivolte. Seules les bases des statues-colonnes des ébrasements sont encore conservées in situ.

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • AUBERT Marcel, « Dijon : Église Saint-Bénigne », Caf : Dijon, 91, 1928 (1929), p. 16-38.
  • DOHERTY Anne-Claire, Burgundian Sculpture in the Middle of the Twelfth-Century : its Relationship to Sculpture in the Ile-de-France and Neighboring Provinces, Ph.D, Wisconsin University, 1980, Ann Arbor, Michigan, UMI, 1983.
  • GRODECKI Louis, « La première sculpture gothique. Wilhelm Vöge et l’état actuel des problèmes », B.M., 117, 1959, p . 285-289.
  • LAPEYRE André, Des façades occidentales de Saint-Denis et de Chartres aux portails de Laon : études sur la sculpture monumentale dans l’Île-de-France et les régions voisines au XIIe siècle , Mâcon, Protat frères, 1960, p. 101-108.
  • MÂLE Émile, L’art religieux du XIIe siècle en France, Paris, Armand Colin, 1998 (1 ère éd. Paris, 1922), p. 395-396.
  • PLANCHER Urbain dom, Histoire générale et particulière de Bourgogne avec des notes, des dissertations et les preuves justificatives, Dijon, A. de Fay, 1748-1781, 4 vol., vol. 1, 1748, f. 571 [en ligne], Gallica.fr, URL : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb453334991 (consulté le 19.11.2021).
  • QUARRÉ Pierre, « La sculpture des anciens portails de Saint-Bénigne de Dijon », GBA, s. 6, 99, 1957, p. 177-194.
  • SAUERLÄNDER Willibald, La sculpture gothique en France, 1140-1270, Paris, Flammarion, 1972, p. 71-73.
  • STRATFORD Neil, « Remarques sur les quatre tympans du XII e siècle de Saint-Bénigne de Dijon », Caf : Côte-d’Or, Dijon, La Côte et le Val-de-Saône , 152, 1994 (1997), p. 205-237.
  • VÖGE Wilhelm, Die Anfange des monumentalen Stiles im Mittelalter. Eine Untersuchung über die erste Blütezeit französischer Plastik, Strasbourg, Heitz, 1894, p. 335-336.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (17 novembre 2021). Dijon, ancienne abbatiale Saint-Bénigne. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogho


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search