Les Cluses, église Saint-Nazaire de l’Écluse-Haute

Les Cluses (Pyrénées-Orientales, Occitanie)

Édifice : église Saint-Nazaire de l’Écluse-Haute


Les Cluses, église Saint-Nazaire de l’Écluse-Haute (plan M. HERMITE, 1979, archives CMN)
  • Médium : fresque.
  • Support : cul-de-four.
  • Situation dans l’édifice : chœur, abside, registre supérieur.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Datation : 2nde moitié du XIIe s. (attribué au maître de Saint-Martin-de-Fenollar).
  • Intégration dans le programme iconographique : abside centrale, conque absidale : Majestas domini ; partie tournante : Adoration des Mages.
  • identifiant Wikidata : Q3585193
  • identifiant Mérimée : Pa00103993

Description : La petite église Saint-Nazaire de l’Écluse-Haute ne conserve que quelques fragments de peintures murales concentrés dans l’abside principale. Sur le cul-de-four subsiste encore la moitié supérieure du Christ en gloire dans sa mandorle. À sa gauche, proche de sa bouche, l’on distingue un chrisme aux branches duquel sont suspendus l’Alpha et l’Omega (Ap 1, 8 ; 21, 6 ; 22, 13), référence générale au signe du Fils de l’homme (Mt 24, 30). À droite, un ange porte un étrange instrument, semblable à un cierge, surmonté d’un croissant de lune, peut-être en référence aux astres se voilant devant la théophanie (Mt 24, 25). L’ange disparu qui lui faisait pendant tenait sans doute le même instrument surmonté du soleil. Sur l’arc triomphal subsistent encore deux éléments du tétramorphe (les symboles de Jean et de Luc) qui venaient compléter la Majestas Domini.

Les Cluses, église Saint-Nazaire de l’Écluse-Haute, abside,
(michelglaurent, 2007, Public domain, via Wikimedia Commons)

C’est en dessous de l’ange à la lune (à droite) que l’on trouve l’ Adoration des Mages séparée de l’espace pictural de la conque par une grecque. Seuls deux d’entre eux ont survécu alors que la Vierge à l’Enfant a disparu. Comme à Saint-Martin-de-Fenollar, les Mages portent leurs offrandes dans de larges plateaux (semblables aux images antiques), posés sur leurs mains voilées. En revanche, ils sont coiffés de hautes couronnes carrées serties de cabochons comme à Saint-Plancard. Les Mages s’intégraient sans doute dans un cycle de l’Enfance plus développé, dans la partie tournante de l’abside, comme cela est d’usage dans la peinture catalane et roussillonnaise, formant ainsi une prédelle à la vision glorieuse de la conque.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BARRAL I ALTET Xavier, L’art pre-romànic a Catalunya. Segles IX-X, Barcelone, Edicions 62, 1981, p. 263.
  • COOK Walter William Spencer, La pintura mural románica en Cataluña, Madrid, Instituto Diego Velázquez del Consejo Superior de Investigaciones Científicas, coll. « Arte y Artistas », 1956, p . 27-28.
  • DESCHAMPS Paul et THIBOUT Marc, La peinture murale en France : le haut Moyen Âge et l’époque romane, Paris , Plon : édition d’histoire de l’art, coll. « Ars et historia » , 1951 , p. 144-146.
  • DURLIAT Marcel, « La peinture romane en Roussillon et en Cerdagne », CCM, 4 (1), 1961, p . 1-14.
  • DURLIAT Marcel, « Les peintures murales romanes dans le Midi de la France de Toulouse et Narbonne aux Pyrénées », CCM, 26 (2), 1983, p. 117-139.
  • DURLIAT Marcel, Arts anciens en Roussillon, Perpignan, Marcel Durliat , 1954, p . 22-23.
  • PONSICH Pierre, « Le maître de Saint-Martin de Fenollar », CSMC , 5, 1974, p. 117-129.
  • SUREDA Joan, La pintura románica en Cataluña, Barcelone, Alianza, coll. « Alianza Forma, 17 », 1981, cat. n°41, p. 307.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (17 novembre 2021). Les Cluses, église Saint-Nazaire de l’Écluse-Haute. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oghn


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search