Brinay, église Saint-Aignan

Brinay (Cher, Centre-Val de Loire)

Édifice : église Saint-Aignan


  • Médium : fresque.
  • Support : mur.
  • Situation dans l’édifice : chœur, mur nord, registre supérieur.
  • Cycle des Mages : Voyage des Mages (vers Jérusalem), Mages devant Hérode , Adoration des Mages (effacée), Retour des Mages.
  • Contexte de l’édifice : Contexte de l’édifice : église paroissiale, possession bénédictine.
  • Datation : milieu du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : chœur, mur nord, registre supérieur (de gauche à droite) : Annonciation, Visitation, Nativité, Annonce aux Bergers, Voyage des Mages ; registre inférieur (de gauche à droite, d’après M. KUPFER, 1993) : Mages devant Hérode (endommagé), Hérode consultant les scribes (effacée), Adoration des Mages (effacée), Songe des Mages (effacée), Retour des Mages ; mur est, registre supérieur (de gauche à droite) : Hérode donnant l’ordre du Massacre et Massacre des Innocents, registre inférieur : Présentation au Temple, chevalier et clerc (montants de la fenêtre centrale), Songe de Joseph ; mur sud, registre supérieur : Baptême du Christ, Noces de Cana ; registre inférieur (de gauche à droite) : Chute des idoles, Tentation du Christ, anges adorant le Christ ; mur ouest, registre supérieur : quatre prophètes (en couple de part et d’autre de l’entrée), archer et sa victime ; registre inférieur : quatre saints (de part et d’autre de l’entrée) ; intrados de l’arc de séparation du chœur : travaux des mois.
  • identifiant Wikidata : Q3580800
  • identifiant Mérimée : Pa00096744
Brinay, église Saint Aignan (plan d’après M. KUPFER, dans ID., 1993, p. 156)

Brinay, église Saint Aignant, vue du chœur, mur nord et est
(Cliché, Roy, Lucien, 1913, © Dépôt de la Société française d’archéologie, Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, diffusion RMN-GP)

Description : Comme le plan de l’église Saint-Martin de Vicq, celui de Saint-Aignan de Brinay marque une rigoureuse séparation entre le cœur et la nef par un mur ajouré d’un arc plein cintre. Les fresques, découvertes en 1913, se concentrent dans le chœur, ce qui n’exclut pas une ornementation de la nef aujourd’hui disparue.

Le programme, essentiellement christologique, se déploie sur les quatre murs du chœur et se lit de gauche à droite à partir du mur nord. C’est sur ce dernier mur que s’étire un important cycle de l’Épiphanie : sur dix tableaux placés sur ce mur, six sont consacrés aux Mages (les quatre autres apparaissent en début de cycle et sont l’Annonciation , la Visitation, la Nativité et l’Annonce aux Bergers ).

Brinay, église Saint Aignant, chœur, mur nord, cycle de l’Enfance
(cliché Jacques, Jean-Claude, 1984 © Inventaire général, ADAGP)

Ainsi, le cycle des Mages débute à l’extrême droite du registre supérieur (au plus près du mur oriental du chœur). Les trois Rois apparaissent en premier lieu sur leurs chevaux richement harnachés lors de leur voyage vers Jérusalem. Tous trois sont couronnés et pointent l’étoile du doigt. Le premier et le troisième sont âgés alors que le second paraît plus jeune.

Brinay, église Saint Aignant, Voyage des Mages vers Jérusalem
(cliché Jacques, Jean-Claude, 1984 © Inventaire général, ADAGP)

Le cycle se poursuit à l’extrême gauche du registre inférieur du même mur par les Mages devant Hérode en grande partie disparus. On distingue encore les trois Rois se présenter face à Hérode inscrit sous un dais et, vraisemblablement, accompagné de son conseiller ou d’un scribe consultant un phylactère. La scène suivante, irrémédiablement perdue, ne pouvait-être que l’Adoration (d’après M. Kupfer , 1993). Enfin, à l’extrême droite du mur, le cycle se conclut par le Retour des Mages , composé de manière similaire au Voyage vers Jérusalem , placé exactement au-dessus. Relevons que le seul détail distinguant les deux chevauchées est la lance que tient le premier mage lors du Retour (détail que nous retrouvons sur les fresques de Saint-Martin-de-Fenollar, et sur celle de San Pietro in Valle de Ferentillo)

Brinay, église Saint Aignant, Mages devant Hérode
(cliché Jacques, Jean-Claude, 1984 © Inventaire général, ADAGP)
Brinay, église Saint Aignant, Retour des Mages
(cliché Jacques, Jean-Claude, 1984 © Inventaire général, ADAGP)

Nous concernant, le principal intérêt du programme de Saint-Aignan de Brinay est de décliner l’Épiphanie selon les trois épisodes de la vie du Christ reconnus comme tels et fêtés le 6 janvier, à savoir la Visite des Mages , le Baptême du Christ et les Noces de Cana (ces deux derniers épisodes occupant tout le registre supérieur du mur sud). Marcia Kupfer à bien mis en valeur la relation qu’entretiennent les peintures avec la célébration des plus importantes fêtes du temps de Noël, en identifiant un programme fortement modelé par la liturgie dont les clercs bénédictins (responsables de l’édifice et de son fonctionnement) ont la charge pour le fidèle laïc.

En ce sens, l’auteur voit dans l’importance du cycle des Mages et du tableau de l’audience au palais, une opposition entre deux royautés, celle du Christ et celle du souverain de Jérusalem. Saint-Aignan étant est en effet une église paroissiale, possession de l’archevêque de Bourges et, donc, proche du pouvoir royal. Elle est cependant située sur le territoire d’un prieuré bénédictin et les clercs en revendiquent la gérance. Dans le programme pictural du chœur, uniquement accessible au clergé, les prieurs auraient ainsi exalté la frontière entre Regnum et Sacerdotium , sens que reprennent les figures du chevalier et du clerc peintes sur les montants de la fenêtre axiale. La négativité du pouvoir terrestre atteindrait ainsi son apogée dans l’importance sans égale que prend le Massacre des Innocents sur le mur est.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ANTHONY Edgar Waterman, Romanesque frescoes , Princeton, Princeton University Press, 1951, p. 150-151.
  • BANCHEREAU Jules, « Fresques découvertes dans l’église de Brinay (Cher) », Bulletin de la Société historique et archéologique de l’Orléanais, 16 (204), 1913, p . 351-353.
  • CHRISTE Yves, « À propos des peintures de Saint-Aignan de Brinay : les Innocents du mur est », dans L’emplacement et la fonction des images dans la peinture murale du Moyen Âge, Actes du 5e Séminaire international d’art mural, 16-18 sept. 1992, Saint-Savin, Saint-Savin, Centre international d’art mural, coll. « Cahier, 2 », 1992, p. 25-33.
  • CROZET René, L’art roman en Berry, Paris, Leroux, coll. « Études d’art et d’archéologie », 1932, p. 72-74, 350-359.
  • DESCHAMPS Paul, THIBOUT Marc, La peinture murale en France : le haut Moyen Âge et l’époque romane, Paris, éditions d’histoire d’art : Plon, coll. « Collection Ars et historia », 1951, p. 102-104.
  • DESHOULIÈRES François, « Brinay », Caf : Bourges, 94, 1931 (1932), p. 346-352.
  • DUPRAT Clémence-Paul, « Enquête sur la peinture murale en France à l’époque romane, I-III. », B.M., 101, 1944, p. 167-169.
  • FAVIÈRE Jean, Berry roman, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La nuit des temps, 32 », 1986 (1 ère éd. 1970), p . 266-267.
  • GABORIT Françoise, « Observations sur l’ensemble peint de l’église Saint-Aignan à Brinay (Cher) : la mise en place des peintures murales », Congrès national des Sociétés Savantes, Poitiers : archéologie et histoire, 111, 1986 (1987), p . 125-146.
  • GRABAR André, NORDENFALK Carl, La peinture romane, Genève, Skira, coll. « Les Grands siècles de la peinture », 1958, p . 97-98.
  • HUMBERT André, « Les fresques de Brinay », GBA, 56 (2), 1914, p. 217.
  • KUPFER Marcia, « L’église peinte comme auto-représentation institutionnelle au XIIe siècle : le cas du centre de la France », dans L’emplacement et la fonction des images dans la peinture murale du Moyen Âge, Actes du 5e séminaire international d’art mural, 16-18 sept. 1992, Saint-Savin, Saint-Savin, Centre international d’art mural, coll. « Cahier, 2 », 1992, p. 71-87.
  • KUPFER Marcia, Romanesque Wall Painting in Central France : The Politics of Narrative, New Haven, Conn, London, Yale University Press, coll. « Yale publications in the history of art », 1993, part. p. 98-120, 155-157, ill. 14-33.
  • MAUPOIX Michel, « Les fresques de Brinay ou comment lire un récit… », dans Comptes-rendus : Rencontre avec le Patrimoine Religieux, 1, 1991-92, p. 63-69.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (15 novembre 2021). Brinay, église Saint-Aignan. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogh9


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search