Bourges, cathédrale Saint-Étienne, crypte

Bourges (Cher, Centre-Val de Loire)

Édifice : cathédrale Saint-Étienne, crypte


  • Édifice d’origine : cathédrale Saint-Étienne
  • Médium : vitrail.
  • Support : panneau, fragment.
  • Situation dans l’édifice (actuelle) : chœur, collatéral sud, 1ère baie.
  • Situation dans l’édifice (d’origine) : nef, baie n°34 ? (selon Corpus Vitrearum France).
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : cathédrale archiépiscopale, possession royale.
  • Datation : 1160.
  • Intégration dans le cycle de l’Enfance : Annonciation, Adoration des Mages.
  • identifiant Wikidata : Q207985
  • identifiant Mérimée : Pa00096656

Bourges, fragment de vitrail, Adoration des Mages (cliché L. GIRAUDON dans L. GRODECKI, 1977, fig. 69, p. 89)

Description : Ce fragment de vitrail fut découvert dans une fenêtre haute de la nef (baie n o 34 d’après le Corpus Vitrearum France, 1981) en 1845 alors qu’il servait de bouche-trou. Restauré par Thévenot, il fut remonté dans une baie de la crypte puis installé à son emplacement actuel (collatéral sud du chœur) après la Seconde Guerre mondiale. Il est impossible de préciser sa localisation originelle.

Aujourd’hui, il côtoie un fragment de l’ Annonciation , sans que l’on puisse affirmer que les deux panneaux communiquaient originellement. Le fragment des Mages est datable de la seconde moitié du XII e siècle, mais de nombreux remaniements ont dénaturé son aspect originel (plombs refaits au XIX e siècle, réutilisation de verre des XV e et XVI e siècles, grisaille du XX e siècle).

La composition d’ensemble est cependant conservée. Les trois Rois mages, portant de larges couronnes, sont tous trois à genoux devant la Vierge à l’Enfant. Deux sont barbus, le dernier est imberbe. Le premier mage montre l’étoile. Une série de trois arcades surplombe la scène, auxquelles est suspendu un voile rouge occupant tout l’arrière-plan, et situant l’Adoration en intérieur.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • AUBERT Marcel, CHASTEL André, GRODECKI Louis…, Vitrail français, Musée des Arts Décoratifs de Paris (Dir.), Paris, 2 Mondes, 1958, p. 104-105, fig. 63 p. 93.
  • CAHIER Charles, MARTIN Arthur, Monographie de la cathédrale de Bourges, Première partie, Vitraux du XIIIe siècle, Paris, Poussielgue-Rusand, 1841-1844, vol. 1, p. 300, pl. 28.
  • CHANCEL-BARDELOT Béatrice de, Dictionnaire de la cathédrale de Bourges, Dijon, Faton, 2008, p. 206.
  • GRODECKI Louis, Le Vitrail roman, Paris, Éditions Vilo, 1977 (rééd. Paris, 1983), p. 88-90, fig. 69, cat n° 38, p. 277-278.
  • Les vitraux du Centre et des pays de la Loire, Comité français du Corpus vitrearum (Dir.), Paris, CNRS, coll. « Corpus vitrearum. France. Série complémentaire, Recensement des vitraux anciens de la France, 2 », 1981, p . 175, n° 34.
  • MÉLOISES Albert des, « Notes sur un très ancien vitrail de la cathédrale de Bourges », Mémoires de la Société des antiquaires du Centre, 4, 1870-1872, p . 193-210.

Pour citer ce billet (Cite this article as) : Mathieu BEAUD, "Bourges, cathédrale Saint-Étienne, crypte," dans Ces Rois mages venus d'Occident, mis en ligne le 10/11/2021, consulté le 26/06/2022, https://epiphania.hypotheses.org/45.

Vous aimerez aussi...