Montgauch, église

Montgauch (Ariège, Occitanie)

Édifice : église Saint-Michel


  • Médium : fresque.
  • Support : mur de l’abside.
  • Situation dans l’édifice : abside, partie tournante, registre inférieur.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Datation : second quart du XIIe siècle.
  • Intégration dans le programme iconographique : abside , cul de four : Christ en gloire, tétramorphe, chérubins et séraphins ; partie tournante , registre supérieur : Annonciation , Visitation , Songe de Joseph, Nativité , Adoration des Mages ; registre médian : Entrée à Jérusalem ; registre inférieur : Crucifixion , Flagellation , soldats endormis devant le Tombeau ; voûte du chœur : Jugement dernier.
  • identifiant Wikidata : Q3583994
  • identifiant Mérimée : Pa00093888

Montgauch, église Saint-Michel, fresques de l’abside
(Pierre Goujet, 2012; CC BY-SA 3.0)

Description : Le bâti de l’église de Saint-Pierre de Montgauch date de la fin du XI e siècle mais les absidioles et les bas-côtés ont été reconstruits au XIX e siècle. Les fresques de l’abside datent, quant à elles, du second quart du XII e siècle. Elles ont été découvertes en 1957 et restaurées au début des années 1980. Le cycle peint, concentré dans l’abside et sur la voûte du chœur, est daté par Marcel Durliat (1981 et 1983) et John Ottaway (1992), du second quart du XII e siècle. Mentionnons toutefois l’ajout dans la partie gauche de l’abside, sur deux registres, de deux compositions du XV e siècle décrivant les martyres de saint Pierre et saint Paul.

Un cycle christologique occupe, sur trois registres, la partie tournante de l’abside. Au niveau supérieur, au-dessus des trois fenêtres, se suit un récit de l’Enfance, du nord au sud ( Annonciation , Visitation , Songe de Joseph, Nativité , Adoration des Mages ). Les Mages surplombent ainsi la partie gauche de la fenêtre sud . Les peintures sont à cet endroit très endommagées et il ne subsiste qu’un seul des trois Mages en adoration.

Au registre médian se reconnaît encore une Entrée à Jérusalem très endommagée (il n’en reste qu’un fragment à gauche de la fenêtre nord. Enfin, au registre inférieur subsistent quelques scènes de la Passion et de Pâques dont la Crucifixion , un morceau de la Flagellation et les gardes endormis devant le Tombeau.

Un Christ en gloire vient couronner l’ensemble, alors que sur la voûte du chœur s’étend une autre théophanie, celle du Jugement.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • DURLIAT Marcel, « Les peintures murales d’Ariège », MHF, 115, 1981, p. 59-64.
  • DURLIAT Marcel, « Les peintures murales romanes dans le Midi de la France de Toulouse et Narbonne aux Pyrénées », CCM, 26 (2), 1983, p. 117-139, part, p. 126.
  • OTTAWAY John, « Quelques observations sur les peintures murales de la région du Nord-Est des Pyrénées aux XIe et XIIe s. », Revue d’Auvergne, 106, 1992, p. 225-242.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (20 novembre 2021). Montgauch, église. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogii


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search