Toulouse, Musée de Augustins

Toulouse (Haute Garonne, Occitanie)

Édifice : Musée des Augustins (n° d’inv . ME 38, 452 1, ra ; ME 91 ; ME 88)


  • Édifice d’origine : Toulouse, prieuré de la Daurade (disparu).
  • Médium : sculpture.
  • Support : statues-colonnes.
  • Situation dans l’édifice (d’origine) : entrée de la salle capitulaire, partie droite de la porte centrale ?
  • Cycle des Mages : Vierge à l’Enfant (n° d’inv. ME 38, 452 1,ra.) ; Rois à l’ampoule (n° d’inv ME 91) et roi anonyme (n° d’inv ME 88) provenant peut-être d’une Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : prieuré bénédictin clunisien, sous l’autorité de Saint-Pierre de Moissac.
  • Datation : 1165-1175.
  • Intégration dans le programme iconographique : portail de la salle capitulaire, statues-colonnes : prophète (dont Daniel ?), rois et reines de l’Ancien Testament (dont David, Salomon et la reine de Saba), saint anonyme, Vierge à l’Enfant, deux rois Mages (?) ; frise de chapiteau : rinceaux habités de figures humaines (dont acrobates et musiciens), motifs zoomorphiques et monstrueux.
  • identifiant Wikidata édifice actuel : Q2711480
  • Identifiant Mérimée édifice actuel : PA00094510
  • Identifiant Mérimée édifice d’origine : PA00094519
  • n° d’inv : ME 83 ; ME 88 ; ME 91
  • identifiant Wikidata édifice d’origine : Q21641394

Toulouse, cloître du prieuré de la Daurade, portail de la salle capitulaire
(reconstitution d’après S. MORALEJO, 1987)
Toulouse, Musée des Augustins, Vierge à l’Enfant (ME 83) et frise végétale habitée (ME 84)
(Cliché Daniel Martin © Ville de Toulouse – musée des Augustins)
Toulouse, Musée des Augustins, Roi à l’ampoule (ME 91) – Roi Mage ? – remonté sur base d’angle (ME 79) et chapiteau (ME 92)
(Cliché Daniel Martin © Ville de Toulouse – musée des Augustins)
Toulouse, Musée des Augustins, Roi tenant un attribue (ME 88) – Roi Mage ?) – remonté sur base d’angle (ME 76) et chapiteau (ME 89)
(Cliché Daniel Martin © Ville de Toulouse – musée des Augustins)

Description : Le prieuré de la Daurade de Toulouse était un établissement bénédictin clunisien fondé en 1077 et placé sous l’autorité de Saint-Pierre de Moissac. Il a aujourd’hui disparu : l’église Sainte-Marie fut détruite en 1760, pour laisser place à l’église néoclassique actuelle, et le cloître fut démoli entre 1811 et 1812. Toutefois, de nombreux fragments de la décoration de l’édifice sont aujourd’hui conservés au Musée des Augustins de Toulouse. Ces témoignages permettent de reconstituer trois campagnes de décoration successives. Un premier atelier travailla sur les chapiteaux des galeries du cloître dans la première décennie du XII e siècle, première intervention complétée par un second atelier intervenu entre 1120 et 1140. Enfin, une dernière compagne de travaux se consacra à l’édification du portail de la salle capitulaire, entre 1165 et 1175 (selon la reconstitution de K. Horste , 1992). C’est ce dernier portail qui nous intéresse ici. Selon l’hypothèse de K. Horste, ce portail se serait composé d’une porte principale, ornée de statues-colonnes figurant plusieurs prophètes et rois vétérotestamentaires. Ce premier niveau était coiffé d’une frise de chapiteaux ornés de rinceaux habités. Cette porte principale aurait été flanquée de deux baies à double arcature.

Le Musée des Augustins conserve de nombreux chapiteaux de la frise et treize statues-colonnes et plaques d’ébrasements, parmi lesquelles il est possible de reconnaître Salomon, David, la reine de Saba (?), Daniel (?) et une Vierge à l’Enfant. D’après Serafin Moralejo (1987), qui a tenté une reconstitution du programme sculpté du portail (Figure 372), plusieurs de ces statues-colonnes constituaient une Adoration des Mages , sur l’ébrasement droit de la porte (Figure 376). L’auteur place ainsi la Vierge à l’Enfant (Figure 373, n o d’inv . ME 38, 452 1,ra.) sur le jambage interne de la porte et reconnaît deux rois mages dans deux autres statues du musée (le Rois à l’ampoule , n o d’inv. ME 91, Figure 374 et une figure de roi anonyme, n o d’inv. ME 88, et Figure 375). Cette reconstitution est très convaincante, bien que le troisième roi soit manquant. Partant de la thèse de l’auteur, il faut ainsi relever le parallèle évident formé entre l’ Adoration des Mages et la rencontre de la reine de Saba et de Salomon, rapprochement encore relativement rare mais que l’on trouve particulièrement à la fin du XII e siècle. De même, relevons que ce groupe sculpté, placé à l’entrée de la salle du chapitre, serait l’un des témoins d’un usage fréquent de l’ Adoration des Mages à cet emplacement précis (cf. Anger, Agen, peut-être Saint-Remi de Reims, et Burgos de Osma dont les sculptures sont datées du XIII e siècle).


Localisation édifice actuel

Voir en plein écran

Localisation édifice d’origine

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • HORSTE Kathrin, Cloister Design and Monastic Reform in Toulouse. The Romanesque Sculpture of La Daurade, Oxford, Clarendon Press, coll. « Clarendon studies in the history of art », 1992, p. 201-212.
  • MORALEJO Serafin, « La fachada de la sala capitular de la Daurade de Toulouse. Datos iconográficos para su reconstrucción », Annuario de estudios medievale , 13, 1983, p. 179-204.
  • PALAZZO Éric, « Exégèse, liturgie et politique dans l’iconographie du cloître de Saint-Aubin d’Angers », dans Der mittelalterliche Kreuzgang : Architektur, Funktion and Programm , P. K. Klein (É d .) , Actes du colloque international, Der mittelalterliche Kreuzgang , 11-13 juin 1999, Tübingen , Regensburg, Schnell-Steiner, 2004, p. 220-240 (part. p. 230-231).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (5 décembre 2021). Toulouse, Musée de Augustins. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogju


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search