Verona, basilique San Zeno

Verona (Veneto, Verona)

Édifice : église San Zeno


Verona, basilique San Zeno (plan dans G. SUITNER NICOLINI, 1991, p. 306)
  • Médium : sculpture.
  • Support : relief.
  • Situation dans l’édifice : façade occidentale, portail, écran sculpté nord.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages, Mages devant Hérode.
  • Contexte de l’édifice : Basilique, abbatiale urbaine bénédictine.
  • Datation : Sans doute produit lors d’une première campagne en 1138, et remployé au moment du réagencement de la façade en 1178. Inscription sur l’écran sculpté sud reprenant ces dates : a restvra/tioe vero ipivs capanil’ cflvxerat ani lviii a renovatione avt et eccle avgmtatione avt et eccle avgmtatione xl . Les sculptures sont attribuées à Niccolò, mais sont signé Guglielmus.
  • Intégration dans le programme iconographique : écrans sculptés , écran nord (de bas en haut) : 1 er registre : joutes de cavaliers et de fantassins et diverses figures féminines (dont une légendée matalina) ; 2 ème registre : Annonciation , Visitation et Nativité , Annonce aux Bergers (pastores) et Mages devant Hérode ; 3 ème registre : Adoration des Mages et Présentation au Temple (jesvs offertvr) et Songe de Joseph (tale pvervm) ; 4 ème registre : Fuite en Égypte et Baptême du Christ ; 5 ème registre : Arrestation du Christ et Crucifixion ; registre supérieur : Dextre divine , Agnus Dei et atlantes ; écran sud (de bas en haut) : La chasse du roi Théodoric, Création des animaux et Création d’Adam , Création d’Ève et Péché originel , Chute et Châtiment d’Adam et Ève ; lunettes supérieures : centaure à la flûte et animal à la harpe ; architraves du portique : calendrier avec occupations des mois ; tympan : saint Zénon évêque réunissant les troupes de la cité. architraves : hagiographie de saint Zénon.
  • identifiant Wikidata : Q1763642

Verona, basilique San Zeno, portail de la façade occidentale
(cliché M.B., CC BY-SA 4.0, 2018)

Description : L’actuelle façade occidentale de San Zeno de Vérone est le résultat de plusieurs campagnes de construction et de plusieurs remaniements étendus entre le XI e siècle et les premières décades du XIII e siècle, et pose en cela de réels problèmes d’analyse. Ce que nous connaissons des premiers travaux subsiste sur les portes de bronze et la dizaine de panneaux datés du XI e siècle, avant que ceux-ci soient complétés ultérieurement (cf. Verona, San Zeno, portes de bronze). La partie inférieure de la façade accueillant un vaste portique résulte des travaux de la première moitié du XII e siècle. Enfin, la partie supérieure de la façade, et notamment la rose centrale figurant la Roue de la Fortune , est le résultat des travaux engagé par Brioloto et Adami da San Giorgio actifs dans la cité entre 1217 et 1225. Cette attribution est confirmée par une inscription à l’intérieur de l’édifice : quisque briolotum laudet quia dona meretur Sublimis habet, artificem commendat opus tam rite politum. Sum ( ?) notat esse peritum. Hic Fortune fecit rotam si e Cuius precor tene notam…

Les difficultés résident dans l’analyse du portique et de son décor. Ce dernier accueille un portail composé d’un tympan sur lequel les troupes de la cité de Vérone (les Pedes et les Milites ) se rejoignent autour de la figure centrale de saint Zénon, en tenue d’évêque, foulant aux pieds le démon. Sur deux architraves factices se déploient une hagiographie du saint sous arcade et une succession de motifs végétaux et zoomorphiques. L’ensemble repose sur le véritable linteau, nu celui-là, portant encore quelques traces de polychromies. Sur la voussure interne au tympan se déploie un rinceau d’acanthes en spirale habitées et, sur le bandeau supérieur se lit encore la signature de Niccolò. Le front de la canopée est orné des deux saints Jean, de l’ Agnus Dei et de la Dextre divine. Sur l’architrave de la canopée se répartissent les travaux des mois, de chaque côté de la porte. Les parties supérieures et inférieures de la colonnade sont respectivement soutenues par des atlantes et des lions stylophores. De part et d’autre de la porte, deux écrans sculptés ont été plaqués, décrivant, au nord, un cycle christologique et au sud, un cycle de la Genèse. Enfin, le portail encadrait les célèbres portes de bronze, toujours en place aujourd’hui, mais tournées vers l’intérieur de l’édifice.

Plusieurs inscriptions attestent de l’activité de Niccolò : sur la voussure interne au tympan artificem gnarvm qvi scvlpserit hec nicolavm + omnes lavdemus cristvm. dnm q rogemus + celorv regnvm sibi donet vt ipse svp(per)nv , sur l’un des lions du porche : scvlpsit…s dogmate clarvs (inscription mutilée) et sur l’écran sculpté sud, h[nc] exe[m]pla tra[h]i possv[n]t la[v]d[i]s nicolai. Ces trois inscriptions confirment la présence du sculpteur dans la cité. Ce dernier y est appelé sans doute dès 1120, travaille sur la façade de San Zeno en 1138 et sur la façade de la cathédrale en 1139.

Cependant une inscription sur l’écran sculpté nord mentionne le sculpteur Guglielmo, habituellement identifié comme l’un des élèves de Niccolò : de nombreuses autres inscriptions attestent d’autres chantiers et mentionne un second sculpteur, au dessus de la Crucifixion de l’écran sculpté nord : q[vi] legis ista [pie natvm placato marie salvet i-[n] eternv q[vi] scvlp[se] rit ista gvillelmvm intrantes concti [sv] cvrrant hvic perivnti.

Verona, basilique San Zeno, portail de la façade occidentale, écran sculpté nord
(cliché M.B., CC BY-SA 4.0, 2018)

L’édifice primitif a dû connaître d’importants dommages lors du tremblement de terre de 1117, nécessitant une reconstruction, notamment celle du cloître en 1123 (attesté par un cartulaire) et une nouvelle campagne de construction lors de l’agrandissement de la partie occidentale de l’édifice. Ceci est confirmé par une inscription sur le campanile se reportant à la date de 1178 pour évoquer un chantier quarante ans auparavant : a restauratione vero ipsius campanilis confluxerant anni lviii a renovatione autem et ecclesie augmentatione xl. Enfin interviennent les remaniements tardifs de Brioloto au début du XIII e siècle.

Tout porte donc à croire que le chantier le plus important a eu lieu lors de la présence de Niccolò à Vérone, en 1138, et qu’il s’est concentré sur le portique et son portail.

Les premiers auteurs à s’intéresser au portail y ont vu le résultat d’une seule campagne, les débats se cristallisant sur sa date : devait-ont y voir l’œuvre de Niccolò lui-même (D. Robb , 1932, A. Da Lisca , 1956, L. Magagnato , 1962) ou un ensemble tardif contemporain de la rose supérieure.

Plus tard, plusieurs chercheurs ont contesté la cohérence archéologique et plastique du portail pour proposer une longue période de remaniement entre 1138 et 1178 d’une part et à partir de 1200 d’autre part.

Cependant, l’hypothèse maîtresse restait la suivante : l’ensemble des sculptures devait être attribué à Niccolò et à son élève Guglielmo (avec quelques ajustements jusqu’en 1178, point principal de discorde pour les auteurs), mais le portique actuel était le résultat des remaniements réussis des divers éléments sculptés en 1138 par Brioloto en 1200 (W. Arslan , 1939, A. M. Romanini , 1964, L. Puppi , 1966, E. Kain , 1986 et F. Zuliani , 1990 en partant de l’observation de A. Boëker , 1931), la date exacte de ce dernier chantier restant flou : 1178, 1186, 1200 ou après 1200). Cependant, une campagne de restauration a permis une analyse minutieuse de chaque élément du portail. La monographie de Giovanna Valenzano (1993), résultant de ces derniers relevés, propose de passer outre l’hypothèse d’un remaniement entre 1138 et 1178, pour considérer chaque sculpture de la façade comme le fruit d’un projet initial respecté et proche de la façade actuelle. Ces problèmes affectent directement l’analyse des deux écrans sculptés latéraux puisque plusieurs auteurs ont contesté l’idée d’une intégration de ces deux éléments dans le programme initial. Ils proviendraient soit d’un jubé, soit d’un autre édifice et auraient été scellés aux côtés de la porte par Brioloto, au moment d’un éventuel agrandissement de la porte. Cependant, la majorité des auteurs sont d’accord pour attribuer ces sculptures à Niccolò et à son atelier (dont fait partie Guglielmo). Il paraît toutefois préférable, dans l’état actuel des recherches, de restreindre l’analyse à ces seules pièces tant que la chronologie de la façade n’aura pas été totalement élucidée.

Il ne fait aucun doute que les deux panneaux ont été conçus pour fonctionner en diptyque, faisant dialoguer un cycle de la Genèse, sur l’écran sud et un cycle christologique, sur l’écran nord. Sur ce dernier, les épisodes de la vie du Christ sont répartis dans des cadres agencés par deux, de part et d’autre d’un montant central, sur lequel croît un arbre. Les Mages interviennent une première fois au second registre, dans le cadre de droite, lors de la visite à Hérode. Le groupe a été compacté pour pouvoir s’insérer sous une seule arcade alors que, derrière, sous deux arcs, l’ange apparaît aux Bergers. Les trois Rois se tiennent donc devant le souverain de Jérusalem. Deux sont couronnés alors que le dernier semble porter une coiffe conique. Le premier mage se tient le coude pour signifier son incapacité à trouver son chemin. Hérode se dresse devant eux, perché sur un trône curule muni d’un sceptre et pointant son index vers le premier mage. Il est beaucoup plus petit que ses visiteurs sans doute pour déprécier le personnage.

Le cortège des Rois mages apparaît une seconde fois, au troisième registre, sur le panneau de gauche. La scène se répartit sous trois arcades. Sur la gauche, la Vierge à l’Enfant, voilée et nimbée, trône de profil. Elle maintient l’Enfant sur ses genoux et adresse un geste d’accueil à ses visiteurs alors que l’Enfant, nimbé, les bénit. Au-dessus de lui brille l’étoile végétale. Une colonne nue sépare le groupe marial du premier roi. Ce dernier, vraisemblablement le plus vieux, s’est agenouillé et présente son offrande dans un large vase clos. Une colonne torse le sépare de ses compagnons, placés en retrait. Ces derniers sont en position d’attente. L’un d’entre eux est imberbe alors que le dernier est barbu. Enfin, au-dessus de la composition, on peut lire : l’inscription : ecce venivnt ad d(omi)n(v)m.

Verona, basilique San Zeno, écran sculpté nord, cycle de l’Enfance
(cliché M.B., CC BY-SA 4.0, 2018)
Verona, basilique San Zeno, écran sculpté nord, Mages devant Hérode
(cliché M.B., CC BY-SA 4.0, 2018)
Verona, basilique San Zeno, écran sculpté nord, Adoration des Mages
(cliché M.B., CC BY-SA 4.0, 2018)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ARSLAN Wart, L’architettura romanica veronese, Vérona, La Tipografica, 1939, p. 192-195.
  • BOECKLER Albert, Die Bronzetuer von Verona, Marburg, Verlag des Kunstgeschichtlichen Seminars der Universität Marburg, 1931, p. 54 et ss.
  • BORNSTEIN Christine Verzár, « Matilda of Canossa , papal Rome ant the earliest Italian porch portals », dans Romanico padano, romanico europeo, A. C. Quintavalle (Dir .), Convegno internazionale di studi, Modena, Parma, 26 ottobre-10 novembre 1977, Parma, Università degli studi di Parma, 1982, p. 143-158.
  • BORNSTEIN Christine Verzár, « Nicholaus’s Sculptures in Context », dans Nicholaus e l’arte del suo tempo, S. M. Romani (Dir.), Atti del Seminario Internazionale di Studi, Ferrara, 21-24 sett. 1981, Ferrara, Corbo, 1985, vol. 1, p. 331-373.
  • BORNSTEIN Christine Verzár, Portals and Politics in the Early Italian City-State : the Sculpture of Nicholaus in context, Parma, Istituto di storia dell’arte, Universita di Parma, 1988, part. p. 137-158.
  • CALZONA Arturo, « Niccolò a Verona : la facciata e il protiro di San Zeno », dans, Nicholaus e l’arte del suo tempo, S. M. Romani (Dir.), Atti del Seminario Internazionale di Studi, Ferrara, 21-24 sett. 1981, Ferrara, Corbo, 1985, vol. 2, 441-491.
  • DA LISCA Alessandro, La basilica di San Zeno in Verona , Verona, Vita veronese, coll. « Collana grandi monografie, 2 », 1956 (1ère éd. Verona, 1941), part. p. 41-52.
  • FLORES D’ARCAIS Francesca, « Aspetti dell’ architettura chiesastica a Verona tra alto e basso Medioevo » dans Chiese e monasteri a Verona, G. Borelli , Verona, Banca Popolare di Verona, 1980, p. 372-374.
  • GANDOLFO Francesco, « Il protiro romanico : nuove prospettive di interpretazione », Arte Medievale, 2, 1984 (1985), p. 67-76.
  • GLASS Dorothy F., « Civic Pride and Civic Responsability in Italia Romanesque Sculpture », dans Le vie del medioevo, A. C. Quintavalle (Dir.), Atti del Convegno internazionale di studi, Parma, 28 sett.-1 ott. 1998, Milano, Electra, 2000, p. 183-192.
  • HÜLSEN-ESCH Andrea von, Romanische Skulptur in Oberitalien als Reflex der kommunalen Entwicklung im 12. Jahrundert : Untersuchungen zu Mailand und Verona, Berlin, Akademie Verlag, coll. « Artefact, 8 », 1994, p. 119-208.
  • JULLIAN René, L’éveil de la sculpture italienne : la sculpture romane dans l’Italie du nord, Paris, Van Oest, 1945, p. 116-120, 277-278.
  • KAIN Evelyn, «The Marble Reliefs on the Façade of S. Zeno, Verona», A.B., 63 (3), 1981, p. 358-374.
  • KAIN Evelyn, The Sculpture of Nicholaus and the Development of a North Italian Romanesque Workshop, Wien, Böhlau, coll. « Dissertationen zur Kunstgeschichte, 24», 1986.
  • KRAUTHEIMER-HESS Trude, « Die figurale Plastik der Ostlombardei von 1100 bis 1178 » , Marburger Jahrbuch für Kunstwissenschaft, 4, 1928 , p. 255-284.
  • KRAUTHEIMER-HESS Trude, « The Original Porta dei Mesi at Ferrara and the Art of Niccolò », A.B., 26 (3), 1944, p. 152-174.
  • PERONI Adriano, « Alcuni aspetti architettonici di Nicholaus », dans Nicholaus e l’arte del suo tempo, S. M. Romani (Dir.), Atti del Seminario Internazionale di Studi, Ferrara, 21-24 sett. 1981, Ferrara, Corbo, 1985 , p . 269-285.
  • PUPPI Lionello, « San Zeno », dans Tesori d’Arte Cristiana, S. Bottari, C. Pelloni (Éds.), vol. 1, Dal paleocristiano al romanico , Bologna, Officine grafiche poligrafici il Resto del Carlino, 1966, p. 477-504.
  • QUINTAVALLE Arturo Carlo, « Le origini di Nicolò e la Riforma Gregoriana », Storia dell’arte, 50-52, 1984, p. 95-118.
  • QUINTAVALLE Arturo Carlo, « Nicholaus, la chevalerie e l’idea di crociata », dans Medioevo mediterraneo : l’Occidente, Bisanzio e l’Islam, A. C. Quintavalle (Dir.), Atti del convegno internazionale di Studi, Parma, 21-25 sett. 2004, Milano, Electa, coll. « I convegni di Parma, 7 », 2007, p. 546-568.
  • QUINTAVALLE Arturo Carlo, Romanico padano, civiltà d’Occidente, Firenze, Marchi-Bertolli, coll. « Raccolta pisana di saggi e studi, 25 », 1969.
  • ROBB David M., «Niccolò : A North Italian Sculptor of the Twelfth Century» , A.B., 12 (4), 1930, p. 374-420
  • ROMANINI Angiola Maria, « L’arte romanica » dans Verona e il suo territorio. 2 (3), Verona medioevale, Verona, Istituto per gli studi storici veronesi, 1964, p. 583-777 (part. p. 679-683).
  • SUITNER NICOLINI Giana, Vénétie romane, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, N. Vaillant trad ., « coll. La Nuit des Temps, 76 », 1991, p. 305-318.
  • VALENZANO Giovanna, La Basilica di San Zeno in Verona : Problemi architettonici, Vicenza, N. Pozza, coll. « Ars et fabrica, 1 », 1993, part. p. 127-153.
  • ZULIANI Fulvio, « La porta bronzea di San Zeno a Verona », dans Le porte di bronzo : dall ‘ antichità al secolo XIII, S. Salomi (Dir.), Atti del convegno internazionale di studi Trieste, 1987, Roma, Istituto della enciclopedia italiana, coll. « Acta encyclopaedica, 15 », 1990 (rééd. Roma, 1992), vol. 1, p. 407-420, vol. 2, pl. 375-407.

Pour citer ce billet (Cite this article as) : Mathieu BEAUD, "Verona, basilique San Zeno," dans Ces Rois mages venus d'Occident, mis en ligne le 23/04/2022, consulté le 26/06/2022, https://epiphania.hypotheses.org/431.

Vous aimerez aussi...