Verona, cathédrale Santa Maria

Verona (Veneto, Verona)

Édifice : cathédrale Santa Maria Matricolare


Verona, cathédrale (plan d’après M. SANMICHELI, XVIIIe s, cliché Bibliotheca Hertziana)
  • Médium : sculpture.
  • Support : tympan.
  • Situation dans l’édifice : façade occidentale, portail, tympan.
  • Cycle des Mages : Voyage des Mages , Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : cathédrale.
  • Datation : 1139, attribué à l’atelier de Niccolò (inscription sur l’architrave supérieur du portique : arteficem gnarvm qvi scvlpserit hec nicolavm hvnc concvrrentes lavdant per secvla gentes ).
  • Intégration dans le programme iconographique : portail occidental , tympan : Annonce aux Bergers , Voyage des Mages et Adoration , linteau : trois vertus théologales ; ébrasement : dix personnages vétérotestamentaires , gauche (de gauche à droite) : Malachie, David, Jérémie, Isaïe ; droit (de droite à gauche) : Aggée, Zacharie, Michée, Joël ; jambage , gauche (face interne) : Daniel ; droit : Habacuc ; jambage externe : Paladins : Roland, Olivier ; frise extérieure : histoire du Rois Arthur ; portique , colonnade : lions stylophores, atlantes ; canopée : voûte : rinceaux habité, tétramorphe, Arbre de vie, Dextre divine, buste humain, aigle ; arc : saint Jean et saint Jean-Baptiste, Agnus Dei (centre), second niveau de la canopée : lion stylophores.
  • identifiant Wikidata : Q2713844

Verona, Duomo Santa Maria, portail occidental
(cliché M.B. 2018, CC BY-SA 4.0)

Description : Niccolò est appelé à Vérone entre 1120 et 1138 pour le plus important chantier de sa carrière alors même qu’il travaille encore sur la façade de Ferrara. Durant cette période, il exécute les façades de l’abbatiale San Zeno et celles de la cathédrale Santa Maria.

Le portail occidental de la cathédrale est précisément daté de 1139 par l’inscription courant le long de l’architrave de la canopée inférieure : ARTEFICEM GNARVM QVI SCVLPSERIT HEC NICOLAVM HVNC CONCVRRENTES LAVDANT PER SECVLA GENTES. Le chantier est ainsi attribué sans doute possible à Niccolò.

L’ensemble de la façade a connu quelques remaniements, notamment l’ouverture de deux grandes fenêtres latérales gothiques. Cependant, le portique à double étages et son portail sont restés intacts.

Verona, tympan du portail occidental, Adoration des Mages, Annonce aux Bergers
(cliché M.B. 2018, CC BY-SA 4.0)

Le portail se compose d’un tympan consacré à l’Épiphanie reposant sur un linteau sur lequel se succèdent trois personnifications des vertus théologales (FIDES, CA[RIT]AS, SPES). L’ensemble est encadré d’une archivolte à quatre voussures végétales entre lesquelles s’intercalent quatre tores torsadés. L’archivolte retombe sur des ébrasements composés de colonnettes torses et de bandeaux verticaux ornés de motifs végétaux et zoomorphiques. Sur ces derniers, ainsi que sur les faces internes des deux jambages, se succèdent dix figures vétérotestamentaires (neuf prophètes et le roi David), tous identifiables aux inscriptions de leurs phylactères. Sur les deux ébrasements externes, derrière les colonnes soutenant la canopée, sont intégrées deux figures de paladins : Roland écrasant un serpent à gauche (DVRINDARDA) et Olivier à droite. Deux frises latérales composées de scènes issues du Roman d’Arthur venaient compléter le sens de ces deux figures. Le portique en lui-même comporte divers lions stylophores (deux soutenant la canopée inférieure et deux au registre supérieur) ainsi que deux figures d’atlantes au sommet des deux premières colonnes. Comme à Ferrara et à Piacenza, les deux saints Jean répartis autour de l’Agnus Dei ornaient le front du portique. À Vérone, la voûte de la canopée présente également une décoration : les symboles des quatre évangélistes répartis par couple de part et d’autre d’un arbre de vie à la base et trois médaillons contenant la Dextre divine, un buste humain et un aigle à la clef.

Le décor du tympan de la cathédrale de Vérone se compose en triptyque. La Vierge à l’Enfant occupe la section centrale et c’est autour d’elle que s’articulent les deux autres épisodes : l’Annonce aux Bergers et l’Adoration des Mages. La Vierge ne correspond plus ici au modèle romain. C’est un Trône de Sagesse, pour la première fois adapté sur un tympan en Italie du nord et peut-être pour la première fois combiné à l’Épiphanie en Europe. Elle siège hiératiquement, voilée, auréolée d’un motif floral. À gauche, un ange apparaît aux Bergers sculptés avec un soin naturaliste. Ils sont tous trois vêtus de tuniques courtes et deux sont coiffés de bonnets juifs. Nous remarquons que l’un est un vieillard à la barbe blanche, l’autre d’âge mûr alors que celui du milieu est un jeune homme. Les deux plus âgés se servent de leur houlette comme d’une béquille sans doute pour évoquer le handicap de leur Judaïsme. Au registre inférieur se répartissent leurs troupeaux et leurs chiens. Au-dessus, un ange en buste surgit d’une étoile végétale.

À droite s’approchent les Rois mages dans une scène synthétisant le Voyage et l’Adoration. En effet, trois chevaux au galop sont juxtaposés, mais ne sont montés que par deux cavaliers. Le troisième a posé un pied à terre et a retiré sa couronne pour venir s’agenouiller devant le Christ. Les deux autres montent de grands chevaux richement harnachés. Nous remarquons le même luxe de détail dans la tenue du cavalier placé au premier plan et son manteau marqué de ses armes (des fleurons végétaux en forme d’étoile). Notons également, tout comme pour le groupe des Bergers, une distinction des trois âges de la vie chez les Bergers.

Au centre, la Vierge à l’Enfant monumental siège sur un imposant trône surmonté de fleurons. Elle est voilée et coiffée du nimbe végétal. L’Enfant, placé de profil, porte le livre et adresse un geste de bénédiction à ses visiteurs. Sur la droite, un fleuron inscrit dans un disque figure l’étoile.

Le tympan ayant gardé une grande part de ses polychromies, relevons que la scène évolue sur un fond du même bleu que celui de la tunique de la Vierge. Le long de la voussure interne au tympan court l’inscription : HIC DOMINVS MAGNVS LEO CHRISTUS CERNITVR AGNVS.

Concernant l’Épiphanie, le principal intérêt de ce tympan réside dans la mise en parallèle claire entre les trois Rois et les trois Bergers. Or, un tel dialogue des deux groupes de part et d’autre de la Vierge-mère est rare au XIIe siècle, pour ne pas dire inexistant. Il faut remonter au VIe siècle pour en retrouver la trace, sur les Ampoules de Monza produites en Terre sainte. Le modèle ainsi réutilisé sur ce tympan paraît témoigner des contacts artistiques entre le monde grec et la Vénétie et l’on peut sans nul doute y déceler la même problématique de l’union des deux Églises autour de la Theotokos, devenue ici Sedes sapietiae. L’image rappelle donc la christologie augustinienne centrée sur le Christ « Pierre angulaire ». Pourtant, la conception de l’édifice ecclésial composé du judaïsme des Bergers et de la gentilité des Mages n’est pas applicable à Vérone et il semble que la mise en parallèle de ces deux groupes identiques réponde à une volonté de distinguer deux catégories sociales, celle aristocratique des trois Rois et celle, plus modeste, des Bergers. Le tympan de la cathédrale de Vérone semble ainsi répondre à celui de l’abbatiale de San Zeno, sur lequel les milites et les pedes se répartissent autour du saint patron de la cité.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ARSLAN Edoardo, La pittura e la scultura veronese dal secolo VIII al secolo XIII, Milan, Bocca, 1943, p. 93-114.
  • BARTOLI Alberta, « il complesso romanico », dans La cattedrale di Verona nelle sue vicende edilizie dal secolo IV al secolo XVI. P. Brugnoli (Dir.), Venezia, Arsenale, 1987, p. 99-165.
  • BORNSTEIN Christine Verzár, « Matilda of Canossa , Papal Rome and the Earliest Italian Porch Portals », dans Romanico padano, romanico europeo, A. C. Quintavalle (Dir .), Convegno internazionale di studi, Modena, Parma, 26 ott-10 nov. 1977, Parma, Università degli studi di Parma, 1982, p. 143-158.
  • BORNSTEIN Christine Verzár, « Nicholaus’s sculptures in context », dans Nicholaus e l’arte del suo tempo, S. M. Romani (Dir.), Atti del Seminario Internazionale di Studi, Ferrara, 21-24 sett. 1981, Ferrara, Corbo, 1985, vol. 1, p. 331-373.
  • BORNSTEIN Christine Verzár, Portals and Politics in the Early Italian City-State : the Sculpture of Nicholaus in Context, Parma, Istituto di storia dell’arte, Universita di Parma, 1988, part. p. 121-136.
  • GANDOLFO Francesco, « Il protiro romanico : nuove prospettive di interpretazione », Arte medievale, 2, 1984 (1985), p. 67-76.
  • GLASS Dorothy F., « Civic Pride and Civic Responsability in Italia Romanesque Sculpture », Le vie del medioevo, A. C. Quintavalle (Dir.), Atti del Convegno internazionale di studi, Parma, 28 sett.-1 ott., 1998, Milano Electra, 2000, p. 183-192.
  • JULLIAN René, L’éveil de la sculpture italienne : la sculpture romane dans l’Italie du Nord, Paris, Van Oest, édition d’art et d’histoire, 1945, vol. 1, p. 116-122.
  • LOMARTIRE Saverio, « Appunti su alcune componenti nicoliane dell’apparato plastico del duomo di Piacenza », Bollettino storico piacentino, 86, 1991, p. 197-222.
  • PIETROPOLI Fabrizio, « Il restauro del protiro del Duomo in Verona », dans Il Prato della Valle e le opere in pietra calcarea collocate all’aperto : esperienze e metodologie di conservazione in area veneta, S. Borsella (Éd.), Atti della giornata di studio, Padova, 6 aprile 1990, Padua, Assessorato alla cultura e beni culturali, Padova, Libreria Progetto, 1990, p. 169-173.
  • PORTER Arthur Kingsley, Lombard Architecture, New Haven, Yale University Press, 1915-17, 3 vol. (rééd. New York, 1967), vol. 3, 1917, p. 466-479.
  • QUINTAVALLE Arturo Carlo, « Le origini di Nicolò e la Riforma Gregoriana », Storia dell’arte, 50-52, 1984, p. 95-118.
  • QUINTAVALLE Arturo Carlo, « Nicholaus, la chevalerie e l’idea di crociata », dans Medioevo mediterraneo : l’Occidente, Bisanzio e l’Islam, A. C. Quintavalle, Atti del convegno internazionale di Studi, Parma, 21-25 settembre 2004, Milano, Electa, coll. « I convegni di Parma, 7 », 2007, p. 546-568.
  • ROBB David M., «Niccolò : A North Italian Sculptor of the Twelfth Century», A. B, 12 (4), 1930, p. 374-420.
  • ROMANINI Angiola Maria, « L’Arte romanica », dans Verona e il suo territorio , Verona, Istituto per gli studi storici veronesi, 1960-2003, 7 vol., vol. 2, 1964, p. 714-720.
  • ROMANINI Angiola Maria, « Per una interpretazione della cattedrale di Piacenza », dans Il duomo di Piacenza (1122-1972), Atti del Convegno di studi storici in occasione dell’850 anniversario della fondazione della Cattedrale di Piacenza, Piacenza, Stabilimento tipografico piacentino, 1975, p. 21-52.
  • SUITNER NICOLINI Gianna, Le Venezie, Milano, Jaca Book, coll. « Italia romanica, 12 », 1991, p. 352-358.

Pour citer ce billet (Cite this article as) : Mathieu BEAUD, "Verona, cathédrale Santa Maria," dans Ces Rois mages venus d'Occident, mis en ligne le 23/04/2022, consulté le 26/06/2022, https://epiphania.hypotheses.org/429.

Vous aimerez aussi...