Treviso, Museo diocesano, cathédrale San Pietro

Treviso, Museo Diocesano (Veneto, Treviso)

Édifice : cathédrale San Pietro


  • Édifice d’origine : portail de l’ancienne cathédrale (détruite)
  • Médium : sculpture.
  • Support : jambage droit.
  • Situation dans l’édifice : ancien portail.
  • Cycle des Mages : Mages apercevant l’étoile, Adoration des Mages, Songe des Mages, Retour des Mages.
  • Datation : moitié du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : portail occidental, cordon d’archivolte : jambage gauche (de bas en haut) : Annonciation, Visitation, Nativité, préparation du Bain de l’Enfant ?, Annonce aux Bergers, Songe de Joseph ; jambage droit (de bas en haut) : Mages apercevant l’étoile, Adoration des Mages, Présentation au Temple, offrande des tourterelles, Songe des Mages, Retour des Mages.
  • identifiant Wikidata actuel : Q914107
  • identifiant Wikidata édifice d’origine : Q51149

Description : L’ancien portail roman de la cathédrale San Pietro de Trévise, entièrement reconstruite en style néoclassique au XVIII e siècle, est aujourd’hui conservé dans le musée diocésain de la ville. Seuls les deux jambages nous sont connus. Sur les deux pièces se développe un cycle de l’Enfance en continu et très détaillé, sur un total de douze cadres répartis de part et d’autre de la porte. À gauche se succèdent ainsi l’ Annonciation , la Visitation , la Nativité , une scène ambigue pouvant évoquer la préparation du bain de l’Enfant, l’ Annonce aux Bergers et le Songe de Joseph . À droite, en parralèle, sont étagés les Mages apercevant l’étoile et leur Adoration, la Présentation au Temple , l’offrande des tourterelles, le Songe des Mages et leur Retour. Les deux segments du récit, symétriquement répartis sur chaque jambage, suivent tous deux un sens de lecture ascendant.

Ces deux jambages ont la particularité de développer certains épisodes sur deux cadres : c’est le cas de la Nativité , sur le jambage gauche, montrant, dans un premier cadre, la Vierge allongée au-dessus de l’Enfant dans la mangeoire alors qu’en surplomb intervient une seconde scène difficilement identifiable, faisant intervenir Joseph et la sage-femme, portant une coupe et un flacon. Ainsi pourraient être superposées la Naissance proprement dite et la préparation du Bain de l’Enfant. Il en va de même pour la Présentation au Temple sur le jambage droit : alors que Syméon et Marie, dans un premier cadre, présentent l’Enfant sur l’autel du Temple, au-dessus, dans un second caisson, Joseph apporte le couple de tourterelles pour la Purification . Or, chaque épisode du cycle des Mages fonctionne sur ce principe. En bas du jambage droit, nous voyons deux mages se montrant mutuellement l’étoile alors qu’au-dessus leur compagnon adore seul la Vierge à l’Enfant. La triade des Mages est ainsi scindée temporellement pour présenter deux épisodes distincts. De même, dans les deux derniers caissons supérieurs du même jambage, le Songe ne fait intervenir qu’un seul mage endormi, averti par l’ange (il s’agit ici bien d’un mage, coiffé de son bonnet conique et non de Joseph, tête nue dans tout le cycle), alors que ses deux compagnons sont déjà sur le chemin du retour dans le dernier caisson.

Concernant l’apparence des Mages, elle respecte les canons tardo-antiques orientaux tels que nous les trouvions sur l’ambon Solonique (V e siècle) : ils sont imberbes (sauf celui du Songe et de l’Adoration) et vêtus de tuniques courtes à la façon byzantine (sauf encore une fois le premier qui porte une tunique longue dans le Songe et l’Adoration). Ces détails témoignent des influences grecques propres à la sculpture vénitienne du XII e siècle. De même, le traitement de la vision de l’étoile, scène ne se trouvant qu’en Italie médio-septentrionale au XII e siècle, rappelle ce respect de l’héritage antique. Cependant, l’intégration du Songe et du Retour témoigne bien des recherches contemporaines sur le sujet.

Treviso, Museo diocesano, ancien portail de San Pietro, Mages apercevant l’étoile
(cliché d’après L. COLETTI, 1954, fig. 54)
Treviso, Museo diocesano, ancien portail de San Pietro, Adoration des Mages
(cliché d’après L. COLETTI, 1954, fig. 55)
Treviso, Museo diocesano, ancien portail de San Pietro, Retour des Mages ?
(cliché d’après L. COLETTI, 1954, fig. 59)
Treviso, Museo diocesano, ancien portail de San Pietro, Retour des Mages ?
(cliché d’après L. COLETTI, 1954, fig. 58)

Édifice actuel

Voir en plein écran

Édifice d’origine

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • COLETTI Luigi (Dir.), Treviso, Roma, Libreria dello stato, coll. « Catalogo delle cose d’arte e di antichità d’Italia , 7 », 1935, p. 173-177.
  • COLETTI Luigi, « Intorno a qualche scultura romanica nel Veneto : I-storie della vita della Vergine e della infanzia di Gesù nel Duomo di Treviso », Arte veneta, 8, 1954 (1955), p. 61-76.
  • GUBITOSI Roberta, Il Duomo di Treviso nel XII secolo : ricostruzione della fisionomia architettonica, Treviso, Zoppelli, 2001, p. 47-49.
  • MANZATO Eugenio, « Architettura pittura e scultura nel Medioevo trevigiano : secoli 11-14 », dans Il Medioevo , D. Rado , G. M. Varanini , E. Brunetta (Dirs.) , Venezia, Marsilio, 1991, p. 420-444.
  • SUITNER NICOLINI Gianna, Le Venezie, Milano, Jaca Book, coll. « Italia romanica, 12 », 1991, 81-82.

Pour citer ce billet (Cite this article as) : Mathieu BEAUD, "Treviso, Museo diocesano, cathédrale San Pietro," dans Ces Rois mages venus d'Occident, mis en ligne le 23/04/2022, consulté le 26/06/2022, https://epiphania.hypotheses.org/423.

Vous aimerez aussi...