Roma, église Sant’Urbano alla Caffarella

Roma (Lazio, Roma)

Édifice : église San Urbano alla Caffarella


Roma, église San Urbano alla Caffarella (plan d’après G. FENTANA, cliché Bibliotheca Hertziana)
  • Médium : fresque.
  • Support : mur.
  • Situation dans l’édifice : nef, mur nord, partie orientale registre supérieur
  • Cycle des Mages : Monstration de l’étoile , Adoration des Mages.
  • Datation : XIe siècle (1011-1090). Inscription au-dessus de la porte d’entrée : bonizo frt / a. xpi.mxi (l’authenticité de l’inscription ne fait pas l’unanimité).
  • Intégration dans le programme iconographique : mur occidental : cycle de saint Urbain, Christ bénissant flanqué de Pierre et Paul et de deux anges ; mur nord , (de gauche à droite) : Martyre de sainte Cécile (4 tableaux) ; registre supérieur : Annonciation , Nativité , Annonce aux Bergers , Mages apercevant l’étoile , Adoration des Mages ; registre inférieur : Nativité , Songe de Joseph , Fuite en Égypte , Massacre des Innocents ; mur oriental (de gauche à droite) : Visite au Sépulcre , Noli me tangere , Mise au Tombeau , Descente aux Limbes , Crucifixion , Jésus devant Pilate et Flagellation , Arrestation du Christ et portement de Croix , registre inférieur : portrait de trois saints (effacé) ; mur sud , registre supérieur (de gauche à droite) : Entrée à Jérusalem , Résurection de Lazare , Martyre de saint Laurent , Martyre de Sixte II , conversion et baptême de Valérien , registre inférieur : Lavement des pieds , La Cène , deux scènes de martyre, Conversion et Baptême de Tiburce.
  • identifiant Wikidata : Q3672882

Roma, église Sant’Urbano alla Caffarella, mur nord, et oriental
(cliché M.B., 2011)

Description : L’église de Sant’Urbano alla Caffarella, située sur la via Appia Pignatelli, à quelques centaines de mètres des catacombes Saint-Calixte, conserve un important cycle peint daté de la fin du XI e siècle (K. Noreen, 2001 et 2004) , recouvrant la Cella d’un ancien temple à Cérès et Faustine, reconverti en église au IX e siècle. Les peintures ont été lourdement restaurées à partir du XVII e siècle (vraisemblablement en 1637), sans doute après le tremblement de terre de 1634. Plusieurs relevés aquarelles, exécutés par Antonio Eclissi, à l’initiative du cardinal Franscesco Barberini, avant les restaurations opérées sous le pontificat d’Urbain VIII (1623-1644), permettent d’avoir une idée globale du programme avec toutes les réserves qu’imposent les libertés prises par l’artiste. Ces estampes sont aujourd’hui conservées à la Biblioteca Apostolica Vaticana (ms. Barb. lat. 4402, f. 1-18 et Barb. lat. 4408) et sont en partie éditées par A. Busuioceanu, 1924, H. Kessler 2003, et K. Noreen, 2001) . Ainsi, nombre de panneaux (dont ceux consacrés aux Mages) portent les stigmates de ces interventions modernes.

Le décor se développe dans la partie haute de l’édifice et organise son programme en une succession de cadres étagés sur deux registres, autour de deux grandes visions christiques : le Christ flanqué d’anges, de Paul et de Pierre, sur le mur occidental (au-dessus de l’autel) et la Crucifixion (sur le mur oriental). Le programme comporte un cycle de l’Enfance sur le mur nord, un cycle de la Passion et de la Résurrection sur le mur oriental, des bribes de la vie publique du Christ sur le mur sud alors que le patrimoine hagiographique romain est exalté sur les quatre murs (vies et martyres de sainte Cécile, saint Laurent, Sixte II, Valérien et saint Urbain).

Le mur nord est partagé verticalement en cinq sections respectivement séparées, par une série de pilastres. Chaque section accueille deux tableaux juxtaposés verticalement. Le cycle de l’Enfance se lit de gauche à droite. Se succèdent ainsi l’ Annonciation et la Nativité , l’ Annonce aux Bergers et le Songe de Joseph , la Monstration de l’étoile par les Mages et la Fuite en Égypte , l’ Adoration des Mages et le Massacre des Innocents.

Roma, église Sant’Urbano alla Caffarella, mur nord, Mages apercevant l’étoile et Fuite en Égypte
(cliché M.B., 2011)

L’histoire des Mages occupe donc deux tableaux. Dans le premier, nous retrouvons l’épisode propre à la peinture romaine de la monstration de l’étoile (cf. San Lorenzo fuori le mura, San Sebastiano al Palatino, Ferentillo. Les trois Mages exultent en se montrant mutuellement l’étoile insérée sous le cadre supérieur de l’image. Tous trois se mettent en marche et se dirigent vers la porte d’une ville élevée sur la droite. Les restaurations rendent l’analyse formelle difficile (il ne faut par exemple porter aucun crédit aux patronymes des Mages inscrits dans la partie inférieure du cadre) mais nous reconnaissons la reprise d’un modèle paléochrétien de Mages orientaux : bonnets coniques, tuniques, capes courtes et guêtres. Le cadre de l’Adoration a subi des transformations plus importantes encore. La Vierge et l’Enfant sont presque intégralement modernes.

Roma, église Sant’Urbano alla Caffarella, mur nord, Adoration des Mages et Massacre des Innocents
(cliché M.B., 2011)

Tout comme pour la scène précédente, il ne faut porter aucun crédit à l’inscription des noms des Mages. De plus, il est peu probable que le premier roi ait pu, d’une part être tête nue, d’autre part en pleine proskynesis , à une date aussi haute. Il semble cependant que la composition originelle, dans sa globalité, soit respectée. Les trois Mages s’approchent de la Vierge à l’Enfant trônant de trois quarts dans la partie droite de l’image, accompagnée semble-t-il de Joseph, debout, derrière le trône. Remarquons enfin la présence de l’ange guide placé au-dessus de l’action. Ainsi retrouvons-nous une composition italo-byzantine forgée à Rome dès le VIII e siècle (fresques de Santa Maria Antiqua, fragment de mosaïque conservé à Santa Maria in Cosmedin).

À Sant’Urbano, l’orientation de la procession des Mages a gardé toute sa cohérence. Elle occupe la dernière section du mur nord et leur adoration se heurte à l’angle du mur oriental (mur opposé à l’autel dans notre cas, le sanctuaire respectant l’orientation originelle du temple antique). Or, sur ce dernier mur se déploie un cycle de la Passion et de Pâques autour d’une immense Crucifixion. Les donateurs laïcs y sont représentés agenouillés aux pieds de la Croix, plaçant leurs mains sous le supedaneum. La fresque a subi une restauration brutale mais, comme le montrent les relevés du XVII e siècle, la composition d’ensemble paraît respectée. On peut légitimement penser que l’Adoration du corps incarné du Christ par les Mages s’adresse tout autant à son corps sacrifié sur la Croix, les Mages donnant ainsi une portée évangélique à l’acte d’adoration des donateurs.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ARMELLINI Mariano, Le chiese di Roma dal secolo IV al XIX, Roma, Edizioni R. di Nicola Raffolo, 1942 (1ère éd. Roma, 1891), p. 909-910.
  • BUSUIOCEANU Alexandro, « Un ciclo di affreschi del secolo XI : S. Urbano alla caffarella », dans Ephemeris Dacoromana, 2, 1924, 1924, p. 1-65.
  • KESSLER Herbert, « Il fondo di San Pietro in Valle : fonti e significato », dans Gli affreschi di san pietro in valle a Ferentillo, G. Tamanti (Dir.), Napoli, Electa Napoli, 2003, p. 81, 82.
  • MATTHIAE Guglielmo, Pittura romana del Medioevo secoli XI-XIV, 2nde édition mise à jour, M. Andaloro (Dir.), Roma, Fratelli Palombi, 1987 (1ère éd. Roma, 1966), p. 12-20.
  • MÜNTZ Eugène, « Les sources de l’archéologie chrétienne dans les bibliothèques de Rome, de Florence et de Milan », Mélanges d’archéologie et d’histoire, 8, 1888. p. 81-146 (part. p. 101-119).
  • NOREEN Kirstin, « Lay Patronage and the Creation of Papal Sanctity During the Gregorian Reform : the Case of Sant’Urbano alla Caffarella, Rome », Gesta, 2001, 40 (1), p. 39-59.
  • NOREEN Kirstin, « Narrative Layout and the Creation of a Locus Sanctus in the Frescoes of Sant’Urbano alla Caffarella, Rome » , dans Shaping Sacred Space and Institutional Identity in Romanesque Mural Painting : Essays in Honour of Otto Demus, T. E. A Dale, J. Mitchell (Éd.), London, The Pindar Press, 2004, p. 92-121.
  • NOREEN Kirstin, Sant’Urbano alla Caffarella : Eleventh-Century Roman Wall Painting and the Sanctify of Martyrdom, Ph.D., Baltimore, Johns Hopkins University, 1998, Ann Arbor, UMI, 1998.
  • PACE Valentino, « Riforma della chiesa e visualizzazione della santita nella pittura romana : i casi di sant’Alessio e di santa Cecilia », Wiener-Jahrbuch-fur-Kunstgeschichte, 46-47, 1993-1994, p. 541-548.
  • RENDINA Claudia, Le Chiese di Roma, Milano, Roma, Newton Compton, 2007, p. 367.
  • WILLIAMSON Paul, « Note on the Wall Paintings in Sant’Urbano alla Caffarella, Rome », Paper of the British School at Rome, 55, 1987, p. 224-228.
  • WILPERT Joseph, Die römischen Mosaiken und Malereien der kirchlichen Bauten vom IV. bis XIII. Jahrhundert : unter den Auspizien und mit allerhöchster Förderung Seiner Majestät Kaiser Wilhelms II, Freiburg im Breisgau, Herdersche Verlagshandlung, 1916, vol. 2, p. 990-999.

Pour citer ce billet (Cite this article as) : Mathieu BEAUD, "Roma, église Sant’Urbano alla Caffarella," dans Ces Rois mages venus d'Occident, mis en ligne le 22/04/2022, consulté le 26/06/2022, https://epiphania.hypotheses.org/419.

Vous aimerez aussi...