Roma, église San Sebastiano al Palatino (Santa Maria in Pallara)

Roma (Lazio, Roma)

Édifice : église San Sebastiano al Palatino ( ou Santa Maria in Pallara ou Santa Maria in Palladio )


  • Médium : fresque (disparue).
  • Support : mur.
  • Situation dans l’édifice : nef.
  • Cycle des Mages : Mages apercevant l’étoile , départ des Mages ? ou Adoration des Mages ?
  • Datation : fin Xe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : chœur , abside , conque : Christ debout couronné par la Dextre divine et entouré de quatre saints (habituellement identifiés comme san Lorenzo, san Sebastiano, san Stefano et san Zotico) ; partie tournante : quatre saintes (santa Lucia, santa Cecilia, santa Agnese et santa Caterina), deux archanges, Marie orante, saint Benoît, saint Paul et saint Pierre (dans le cadre inférieur) ; mur oriental : Adoration des Vieillards ; peinture connues par les relavés d’A. Ecclisi , cycle de l’Enfance : Nativité , Annonce aux Bergers , Mages apercevant l’étoile , Adoration ? ou le Voyage ? des Mages ; scènes de la vie du Christ : Résurrection de Lazare , Entrée à Jérusalem , Lavement des pieds , La Cène , Jardin des Oliviers , Jésus devant Pilate , Jésus face à ses accusateur s, Reniement de Pierre , Jésus de nouveau devant Pilate, Juda rendant son bien, Pilate se lavant les mains, Flagellation ; cycles hagiographiques : Martyre de saint Sebastien et Martyre de San Zotico .
  • identifiant Wikidata : Q787605

Rome, église San Sebastiano al Palatino, Adoration des Mages, d’après les relevés de A. ECLISSI (cliché Bibliotheca Hertziana)

Description : Les peintures de la nef de l’église San Sebastiano al Palatino (aussi appelée Santa Maria in Pallara) ont été, dans leur majorité, détruites lors des restaurations engagées sous Urbain VIII au XVII e siècle. Le cycle n’est connu que par les aquarelles d’Antonio Eclissi, exécutées en 1630 juste avant la destruction des peintures, dans une optique d’archivage (conservées à la Biblioeca Apostolica Vaticana, codex vat.lat.9071).

Aujourd’hui, seules les peintures de l’abside et du mur oriental du chœur, devant lesquelles se dresse un imposant retable moderne, ont survécu. Dans la conque, le Christ debout, montrant l’étoile et portant un rouleau, selon une formule antique, est couronné par la Dextre divine. Il est flanqué de quatre personnages nimbés en adoration ( san Lorenzo, san Sebastiano, san Stefano et san Zotico) : deux portent au Christ des couronnes alors que sur l’extérieur, deux clercs tiennent chacun un codex. Cette première vision surmonte une frise de brebis convergeant vers la vision centrale. Dans la partie tournante, quatre saintes couronnées apportant des codex (santa Lucia, santa Cecilia, santa Agnese et santa Caterina) et deux archanges tenant chacun un étendard marqué d’un chrisme, se répartissent autour d’une figure féminine centrale en position d’orante (sans doute Marie). Au registre inférieur, dans un cadre peint postérieurement (moitié du XI e siècle) se trouvent les bustes des saints Benoît, Paul et Pierre ( ego benedictvs pbr et m [ on ] chvs pingere f [ eci ] ) . Sur le mur oriental apparaissent encore quelques bribes de l’ Adoration des Vieillards étagée sur deux registres. D’autre figures nimbées occupaient un registre inférieur mais sont aujourd’hui inidentifiables.

Le reste du programme n’est connu que par les relevés d’Antonio Eclissi. Ces derniers rapportent la présence d’un récit de l’Enfance et de la Passion et de deux cycles hagiographiques de san Sebastieno et de San Zotico.

Concernant les Mages, aucune information ne nous permet de les situer dans l’édifice. D’après les relevés d’Antonio Eclissi, deux scènes distinctes se succédaient : celle des Mages apercevant l’étoile (cf San Lorenzo fuori le mura, Sant’Urbano alla Caffarella, Ferentillo) et ce qui devait être l’Adoration ou le Voyage. D’après ce que nous pouvons observer sur les aquarelles (seules leurs jambes sont visibles), les Mage respectent un type paléochrétien.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BERTELLI C., « La pittura medievale a Roma e nel Lazio », dans La pittura in Italia. L’Altomedioevo, C. Bertelli (Dir.), Milano, Electa, 1994, p. 206.242.
  • ENCKELL JULLIARD Julie, « Il Palatino e i Benedettini : un unicum iconografico a S. Maria in Pallara », Rivista dell’Istituto Nazionale d’Archeologia e Storia dell’Arte, s. 3, 25 (57), 2002 (2003), p. 209-230.
  • ENGLEN Alia, « Restauro degli affreschi del catino absidale e del presbiterio di S. Sebastiano al Palatino (secc. X-XI) », Monumentidiroma, 1, 2003, p. 1-154.
  • GIGLI Laura, S. Sebastiano al Palatino , Roma , Istituto di studi romani, coll. « Le chiese di Roma illustrate, 128 », 1975, p. 49-90.
  • MÂLE Émile, Rome et ses vieilles églises, Rome, École française de Rome, 1992 (1 ère éd. Paris, 1942), p. 151-152.
  • MARCHIORI Laura, « Medieval Wall Painting in the Church of Santa Maria in Pallara, Rome : the Use of Objective Dating Criteria », Papers of the British School at Rome, 77, 2009, p. 225-255.
  • MATTHIAE Guglielmo, Pittura romana del Medioevo secoli XI-XIV, 2nde édition mise à jour, M. Andaloro (Dir.), Roma, Fratelli Palombi, 1987 (1ère éd. Roma, 1966), p. 251-255.
  • MARLE Raimond von, La peinture romaine au moyen-âge : son développement du 6ème jusqu’à la fin du 13ème siècle, Strasbourg, J. H. E. Heitz, coll. « Études sur l’art de tous les pays et de toutes les époques, 3 », 1921.
  • TOUBERT Hélène, « Rome et le Mont-Cassin : nouvelles remarques sur les fresques de l’église inférieure de Saint-Clément de Rome », Dumbarton Oaks Center for Byzantine studies, 30, 1976, p. 1-33, repris dans Un Art dirigé : Réforme grégorienne et iconographie, Paris, Cerf, coll. « Histoire », p. 192-238.

Pour citer ce billet (Cite this article as) : Mathieu BEAUD, "Roma, église San Sebastiano al Palatino (Santa Maria in Pallara)," dans Ces Rois mages venus d'Occident, mis en ligne le 22/04/2022, consulté le 26/06/2022, https://epiphania.hypotheses.org/417.

Vous aimerez aussi...