Pistoia, église San Andrea

Pistoia (Toscana, Pistoia)

Édifice : église Sant’Andrea


Pistoia, église Sant’Andrea (plan dans I. MORETTI, 1982)
  • Médium : sculpture.
  • Support : linteau.
  • Situation dans l’édifice : façade occidentale, portail, linteau.
  • Cycle des Mages : Les Mages devant Hérode , Adoration des Mages.
  • Datation : 1166, attribué au maître Gruamonte (d’après l’inscription du linteau)
  • Intégration dans le programme iconographique : portail occidental , linteau : Mages devant Hérode , Adoration des Mages ; chapiteaux d’ébrasements , gauche : Annonce à Zacharie (face occidentale), Visitation (face sud) ; droit : Annonciation (face occidentale), Anne (face nord).
  • identifiant Wikidata : Q1148335

Pistoia, église San Andrea, façade occidentale
(Sailko, 2018, CC BY 3.0, via Wikimedia Commons)

Description : La façade occidentale de Sant Andrea de Pistoia comporte cinq hautes arcades aveugles rythmant une façade ajourée de trois portails. Seul celui du centre est sculpté. Les parties hautes ont été entièrement refaites au XV e siècle. Le portail central se compose d’une archivolte simple retombant sur deux lions dévorant un monstre ailé à gauche et une figure humaine à droite. Un bandeau externe orné de motifs à palmettes retombe sur deux masques humains. Au centre a été remployée une statue moderne de saint André. L’ensemble repose sur une architrave décorée de palmettes et surplombe un linteau historié posé sur deux jambages nus coiffés de chapiteaux historiés.

Le linteau est consacré à l’histoire des Mages. Il est entièrement couvert de motifs floraux intégrés dans un réseau végétal à la fois dense et organisé. Deux scènes distinctes se partagent le support. Sur la partie gauche, les Rois mages se présentent à cheval devant Hérode. La richesse de leurs costumes et de l’harnachement de leurs chevaux est ici remarquable. Ils sont tous trois coiffés de hautes couronnes et chaussés d’éperons. Le premier adresse un geste d’interrogation à Hérode trônant de profil devant lui. Le monarque porte la même couronne que les Mages mais bien plus imposante, rappelant la Superbia du roi, et son trône est orné d’une figure humaine nue assaillie par un démon. L ’Armiger , celui qui introduit les Mages au palais, vient s’intercaler entre Hérode et le premier Mage. Il est agenouillé et place ses mains dans celles de son souverain : le geste ne fait aucun doute, il s’agit de l’ immixtio manuum , geste essentiel du cérémonial féodal faisant littéralement de l’ Armiger l’homme d’Hérode.

Pistoia, église San Andrea, façade occidentale, linteau, Adoration des Mages et Mages devant Hérodes
(Sailko, 2018, CC BY 3.0, via Wikimedia Commons)

Dans la partie gauche, les trois Rois sont en adoration. Ils se tiennent debout l’un derrière l’autre (ils sont désormais à pied) et portent leurs offrandes au Christ (deux cassettes rectangulaires et un pot circulaire). La Vierge à l’Enfant, voilée, siège de profil sur un trône supporté par trois colonnes et ornées d’une figure allongée. Le Christ, tête nue, porte les mains sur l’offrande du premier mage. Derrière ce groupe, Joseph se tient debout, appuyé sur sa canne en forme de Tau et bénéficie d’un large espace dans le cadre.

Le cycle des Mages est ainsi scindé en deux segments clairement mis en opposition. Sur le premier, les Mages rencontrent Hérode, sur le second ils sont en adoration. Les deux rencontres sont reproduites à l’identique, notamment par la réplique exacte de la figure en trône. Ainsi, à l’hommage vassalique de l’Armiger au roi terrestre illégitime s’oppose l’hommage des trois Rois au Christ matérialisé par l’offrande.

Remarquons dans cette composition dichotomique de l’image l’ornementation des trônes des deux groupes royaux. La femme allongée, placée sur celui de la Vierge, pourrait être la femme parturiente d’Apocalypse 12, complétant la bête lovée sous le trône d’Hérode, évocation du Dragon.

Le linteau repose sur deux chapiteaux d’ébrasements ouvragés. Sur celui de gauche se suivent l’ Annonce à Zacharie (face occidentale) et la Visitation (face interne). À celui-ci répondent, sur le chapiteau de droite, l’ Annonciation (face occidentale) et Anne, la mère de Marie (sur la face interne).

L’ensemble du programme est légendé par de nombreuses inscriptions. Sur la corniche supérieure du linteau, au dessus de l’audience devant Hérode : veniunt ecce magi sidus regale secuti falleris/herodes quod xr(istu)m p(er)dere voles et au-dessus de l’Adoration : melchior caspar baltasar magos stella monet puero tria munera don[ant] . Une signature est gravée sur la corniche inférieure du même linteau : fecit hoc op(us) gruamons magister bon(us) et ad(e)odat(us) frater eius . Sur le chapiteau de l’ébrasement gauche, au-dessus de l’ Annonce à Zacharie est inscrit : ne timea(s) zacharias quum exa[udita esset] ora[tiotua] (Luc 1, 3) alors que sur la face interne, au-dessus de la Visitation , on peut lire : [eli]sabet uxor tua [pariet filium] (Luc 1, 13). Sur le chapiteau de l’ébrasement droit, sur l’abaque de la face occidental : [ ave m]aria gratia plena tecum (Luc 1, 28), et une signature : magister enrigus me fecit . Sur la face interne, au-dessus d’Anne : a. anna.

Le portail de Sant’Andrea de Pistoia est à rapprocher de deux autres groupes monumentaux proches dans l’espace et dans le temps : la façade de San Bartolomeo in Pantano et San Giovanni Fuocivitas. Tous trois développent de riches programmes sculptés dans une région où la tradition des grands portails est peu répandue. Ces productions résultent, selon Dorothy Glass (1997), d’une réponse à l’afflux de pèlerins dans la région.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BIEHL Walther, Toskanische plastik des frühen und hohen mittelalters, Leipzig, E.A. Seemann, 1926, p. 51.
  • GIGLIOLI Odoardo Hillyer, Pistoia nelle sue opere d’arte, Florence, Lumachi, 1904, p. 27.
  • GLASS Dorothy F., Portals, Pilgrimage, and Crusade in Western Tuscany, Princeton, Princeton University Press, 1997.
  • KEHRER Hugo, Die Heiligen Drei Könige in Literatur und Kunst, Leipzig, 1908-1909, 2 vol. (rééd. Hildesheim, 1976), vol. 2, p. 146.
  • MORETTI Italo, « Architettura romanica vallombrosana nella diocesi medievale di Pistoia », Bullettino-storico-pistoiese, 25, 1990-92, p. 3-30.
  • MORETTI Italo, Toscane romane, trad. N. Vaillant, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des Temps, 57 », 1982, p. 385-395.
  • PARENTI Daniela, « Restauri e scoperte in una chiesa medievale a Pistoia », Arte-cristiana, 82, 1994, p. 61-63.
  • REDI Fabio, Chiese medievali del Pistoiese, Milano, Silvana, 1991.
  • SALMI Mario, La scultura romanica in Toscana, Firenze, Rinascimento del Libro, coll. « Studi d’arte medioevale e moderna », 1928, p. 171-172.
  • SALVINI Roberto, « La scultura romanica pistoiese », dans Il romanico pistoiese nei suoi rapporti con l’arte romanica dell’Occidente, Centro di studi storici (Éd.), Atti del convegno internazionale di studi medioevali di storia e d’ arte, Pistoia, Montecatini Terme, 27 set.-3 ott. 1964, Pistoia, Ente provinciale per il turismo, 1979 (1ère éd. Pistoia, 1966), p. 163-177.
  • STOPPANI Renato, Le vie di pellegrinaggio del Medioevo : gli itinerari per Roma, Gerusalemme, Compostella, Firenze, La lettere, 1991.
  • STOPPANI Renato, « Rappels, messages et symboles du pèlerinage le long de la Via Francigena en Toscane », dans X. Kawa-Topor, P. Lançon, P. Rols-Féral et al., Trésors et routes de pèlerinages dans l’Europe médiévale, journées d’inauguration du Centre européen d’art et de civilisation médiévale, Conques, les 25-28 mai 1993, Conques, Centre européen d’art et de civilisation médiévale, 1994, p. 71-75.
  • TREXLER Richard, Le voyage des mages à travers l’Histoire, trad. M. Groulez , Paris, Armand Colin, 2009 (1ère éd. Princeton, 1997), p 10.

Pour citer ce billet (Cite this article as) : Mathieu BEAUD, "Pistoia, église San Andrea," dans Ces Rois mages venus d'Occident, mis en ligne le 22/04/2022, consulté le 26/06/2022, https://epiphania.hypotheses.org/411.

Vous aimerez aussi...