Pisa, Museo dell’opera del Duomo (portes de la cathédrale)

Pisa (Toscana, Pisa)

Édifice : Museo dell’opera del Duomo


Pise, cathédrale (plan dans I. MORETTI, N. VAILLANT, p. 76)
  • Édifice d’origine : cathédrale, porte du transept sud, vantail droit (Porta San Ranieri).
  • Médium : sculpture.
  • Support : portes de bronze.
  • Situation dans édifice (d’origine) : porte du transept sud, vantail droit (Porta San Ranieri).
  • Cycle des Mages : Voyage des Mages.
  • Datation : dernier tiers du XIIe s. (1175-1186), attribué à Bonanno Pisano.
  • Intégration dans le programme iconographique : Porta San Ranieri , vantail de gauche (de bas en haut) : 1 er registre : six prophètes : amos p(ropheta) , sophonias p(ropheta) , zacharas p(prophera) , iohel p(ropheta) , micheas ; 2 ème registre : Annonciation (ave maria grasia plena) , Visitation (sla. lizabe) ; 3 ème registre : Présentation au Temple (accepit simon puer) , Fuite en Égypte (fuge in egiptup) ; 4 ème registre : Tentation du Christ (temptat(ur) a diabolo) , Transfiguration (transfigvratio d(omi)ni) ; 5 ème registre : Lavement des pieds (lavatio pedu(m)) , La Cène (cena d(omi)ni) ; 6 ème registre : Descente aux Limbes (despolatio infer(i)) , saintes-femmes au Tombeau (sepvlcrum) ; 7 ème registre : Christ en majesté adoré par six anges (s(anctus) s(anctus) s(anctus) d(ominus) d(eus) sabaot pleni sunt. Celi et (t)erra glor(ia) tua ozana benedictus q(ui) veni(t) (in nomi)ne dei ; vantail de droite (de bas en haut) : 1 ère registre : six prophètes : abachvc , ionas , anel ; 2 ème registre : Nativité et Annonce aux Bergers (nativitas d(omi)ni) , Voyage des Mages et Péché originel (magis) ; 3 ème registre : Hérode ordonnant le Massacre des Innocents (erodis) , Baptême du Christ (baptizat(ur)) ; 4 ème registre : Résurection de Lazare (de. lazaro. r(esurrecto)) , Entrée à Jérusalem (dies palmarum) , 5 ème registre : Arrestation du Christ (oscultat(ur) eum iudedas) , Crucifixion ; 6 ème registre : Ascension , Dormition de la Vierge ; 7 ème registre : Vierge en majesté accompagnée d’une milice angélique (m.(ater) g. (ratiae) s. (ancta) m. (aria)) .
  • identifiant Wikidata : Q3328407
  • identifiant Wikidata édifice origine : Q1754247

Pisa, porta di San Ranieri, Museo dell’Opera del Duomo
(cliché M.B., 2011)

Description : La Porta San Ranieri s’élevait à l’entrée du transept sud de la cathédrale de Pise. Elle est aujourd’hui conservée presque intacte (après une restauration en 1985) au Museo dell’Opera del Duomo et a été remplacée in situ par une copie. L’œuvre est attribuée à Bonanno Pisano également auteur des portes de la cathédrale de Monreale et de celles du portail occidental, détruites lors de l’incendie qui ravagea la cathédrale en 1595. La porte de Pise et celle de Monreale sont donc les deux seules œuvres nous étant parvenues, assurément attribuables à Bonanno Pisano. Elles sont toutes deux très proches tant par la facture que par l’agencement du programme iconographique.

La Porta san Ranieri comporte vingt-quatre panneaux répartis sur les deux battants, plaqués sur une âme de bois restaurée au XVI e siècle, après l’incendie. Elle présente un cycle christologique complet, de l’ Annonciation à la Résurrection , se lisant dans l’ordre chronologique de bas en haut et de gauche à droite transversalement aux deux vantaux de la porte.

Pisa, porta di San Ranieri, Museo dell’Opera del Duomo, Annonce aux Bergers et Nativité
(cliché M.B., 2011)
Pisa, porta di San Ranieri, Museo dell’Opera del Duomo, Voyage des Mages et Genèse
(cliché M.B., 2011)

Un cortège de douze prophètes, abrités par des palmiers et répartis par six sur chaque battant, sert de base au programme alors qu’un Christ adoré par des anges et une Majestas Mariae couronnent respectivement les vantaux gauche et droit.

Les Mages apparaissent au bas du battant de droite, après le panneau de l’ Annonce aux Bergers et la Nativité . Le récit ne comporte que le voyage et omet l’Adoration pour une raison simple : Bonanno Pisano réutilise ici un modèle grec de l’Épiphanie faisant intervenir les Mages dans la grotte de la Nativité mais disperse l’habituelle composition byzantine sur deux cadres distincts. Ainsi, l’ Annonce aux Bergers surplombant la Nativité dans la grotte sur le premier panneau (Figure 341) et le Voyage des Mages (Figure 342) sur le second ne constituent qu’une seule scène.

Les Mages apparaissent couronnés, montés sur leurs chevaux et cheminant sur une bande de terre, en montrant l’étoile de la main. Au-dessus de la chevauchée, les trois personnages sont nommés magis. Au registre inférieur se condense un petit cycle de la Genèse : le serpent tentant Adam et Ève, la Faute et la Chute. Ici, la volonté d’associer les Mages aux parents de l’humanité est évidente : la venue des Mages constitue le rachat des nations pour la faute originelle. Par ailleurs, l’association des deux points doctrinaux est courante mais remarquons ici la relation établie entre la Grotte de la Nativité et le Péché originel inséré dans une même caverne. Par conséquent, les Mages, en surplomb, répondent clairement aux Bergers, faisant paître leur troupeau au-dessus de la caverne. William Melczer (1987, 1988, et 1990) pensait à une évocation de la légende orientale de La Caverne des Trésors , relatant les objets qu’Adam aurait emportés du Paradis (or, myrrhe, encens) pour les conserver dans une grotte avant que les Mages s’en emparent pour les porter au Christ. La remarque est intéressante, mais on peut légitimement penser qu’un objet faisant le lien entre les deux scènes (la répétition d’un présent ou la présence du livre de Seth) confirmerait la référence volontaire à la légende. De plus, si la connexion entre la Chute et la venue des Mages est ici explicite, elle est théologique avant d’être simplement narrative. En cela, elle se retrouve à de très nombreuses occasions.

Concernant les deux panneaux consacrés aux cycles de Noël et de l’Épiphanie, nous relèverons le mariage réussi entre la formule grecque (agglomérant les différents épisodes autour de la grotte de la Nativité ) et une culture latine voulant accorder une place autonome aux trois Rois. Ces deux cadres témoignent du métissage culturel dans l’œuvre de Bonnano Pisano, mis en évidence par toutes les études consacrées à son art.

La Porta di Ranieri est habituellement située dans la chronologie par rapport à celle de Monreale, qu’une inscription permet de dater précisément de 1186. L’étude iconographique de William Melczer (1990), ayant mis en évidence, d’une porte à l’autre, une évolution de l’équilibre entre les codes iconographiques latins et byzantins, propose de situer la Porta San Ranieri environ dix ans avant la fonte de celle de Monreale. Une datation entre 1175 et 1186 paraît donc être la plus acceptable.


Édifice actuel

Voir en plein écran

Édifice d’origine

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BALDELLI Ignazio, « Le iscrizioni latine e volgari nelle porte di Bonanno Pisano », dans Le porte di bronzo : dall ‘ antichità al secolo XIII, S. Salomi (Dir.), Atti del convegno internazionale di studi Trieste, 1987, Roma, Istituto della enciclopedia italiana, coll . « Acta encyclopaedica, 15 », 1990 (rééd. Roma, 1992), vol. 1, p. 389-398, vol. 2, pl. 355-359.
  • BARACCHINI Clara, « Il restauro della porta di Bonanno a Pisa : criteri di intervento », dans La porta di Bonanno nel Duomo di Pisa e le porte bronzee medioevali europee : arte e tecnologia, O. Banti (Dir.), Atti del Convegno internazionale di studi, Pisa 6-8 maggio 1993, Pontedera (Pisa), Bandecchi e Vivaldi, coll. « Opera della Primaziale Pisana: Quaderno, 11 », 1999, p. 53-60.
  • BOECKLER Albert, Die bronzetüren des Bonanus von Pisa und des Barisanus von Trani, Berlin, Deutscher verein für kunstwissenschft, 1953, p. 10-18.
  • FREIHERR Hans Martin Erffa von, Die Domtür zu Pisa, München, Piper, 1961.
  • GÖTZ Ute, Die Bildprogramme der Kirchentüren des 11. Und 12. Jahrhunderts, Thèse de doctorat, Tübingen, Bamberg, R. Rodenbusch, 1971, p. 149-159 (cat n° 10).
  • MARTINELLI Valentino, « Bonanno Pisano scultore », Belle Arti, 1, 1946, p. 272-297.
  • MELCZER Wiliam, La porta di Bonanno a Monreale : Théologia e poesia, Palermo, 1987, p. 33-46, 150-155.
  • MELCZER Wiliam, La porta di Bonanno nel Duomo di Pisa : Teologia ed immagine, Ospedaletto, Pacini, 1988.
  • MELCZER Wiliam, « Le porte di Bonanno Pisano », dans Le porte di bronzo : dall ‘ antichità al secolo XIII, S. Salomi (Dir.), Atti del convegno internazionale di studi Trieste, 1987, Roma, Istituto della enciclopedia italiana, coll . « Acta encyclopaedica, 15 », 1990 (rééd. Roma, 1992), vol. 1, p. 373-387, vol. 2, pl. 335-354.
  • MENDE Ursula, Die Bronzetüren des Mittelalters : 800-1200, München, Hirmer, 1994 (1 ère éd. München, 1983), p. 102-110, pl. 164-184.
  • MORETTI Italo, Toscane romane, trad. N. Vaillant, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des Temps, 57 », 1982, p. 73-109.
  • MORIGI Giovanni, « L’intervento di restauro sulla porta di Bonanno a Pisa » dans La porta di Bonanno nel Duomo di Pisa e le porte bronzee medioevali europee : arte e tecnologia, O. Banti (Dir.), Atti del Convegno internazionale di studi, Pisa 6-8 maggio 1993, Pontedera (Pisa), Bandecchi e Vivaldi, coll. « Opera della Primaziale Pisana: Quaderno, 11 », 1999, p. 61-74.
  • SCHULTZ Heinrich Wilhelm, Denkmäler der Kunst des Mittelalters in Unteritalien, 5 vol. Dresden, Eigenth v. K. H. Schulz, 1860.
  • VENTURI Adolfo, Storia dell’Arte italiana, Milano, U. Hoepli, 1901-1939, vol. 1, 1902, p. 606.

Pour citer ce billet (Cite this article as) : Mathieu BEAUD, "Pisa, Museo dell’opera del Duomo (portes de la cathédrale)," dans Ces Rois mages venus d'Occident, mis en ligne le 22/04/2022, consulté le 26/06/2022, https://epiphania.hypotheses.org/409.

Vous aimerez aussi...