Parma, baptistère

Parma (Emilia-Romagna, Parma)

Édifice : baptistère


  • Médium : sculpture.
  • Support : tympan.
  • Situation dans l’édifice : portail nord, tympan.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Datation : fin XIIe s. premières années du XIIIe s. Attribué à Benedetto Antelami d’après l’inscription du linteau : bus binis demptis annis de melle ducentis et à droite incipit dictus opus hoc sculptor benedictus.
  • Intégration dans le programme iconographique : Portale della Vergine , tympan : Adoration des Mages , Songe de Joseph ; linteau : vie de saint Jean-Baptiste (de gauche à droite) : Baptême du Christ , Banquet chez Hérode , Décollation ; archivolte : douze prophètes et douze apôtres en buste ; jambages , gauche : Arbre de Jacob ; jambage droit : Arbre de Jessé ; ébrasement externe , reliefs encastrés : Caritas et Castidas ; au-dessus de l’archivolte , statues : archanges Michel et Gabriel ; mur nord-ouest : Salomon et la Reine de saba ; mur nord-est : David et Nathan.
  • identifiant Wikidata : Q2883692
Parme, Baptistère (plan dans L. TESTI, 1916, p. 37)

Parma, baptistère vu de la façade septentrionale
(cliché M.B., 2009, CC BY-SA 4.0)

Description : Le portail septentrional du baptistère de Parme, plus couramment appelé Portale della Vergine , est l’une des deux seules œuvres signées du maître Benedetto Antelami (l’autre étant le relief de la Descente de Croix , daté de 1178 et conservé dans la cathédrale de Parme). Le monument a révélé toute la préciosité des jeux chromatiques de ses marbres et de ses polychromies, enfouies sous une gangue noirâtre, lors de sa restauration complète entre 1986 et 1992. Le cœur du portail septentrional est encastré dans un massif composé de quatre archivoltes principales et quatre intermédiaires retombant sur seize colonnes nues.

Parma, baptistère, Portale della Vergine
(cliché M.B., 2009, CC BY-SA 4.0)

Le tympan expose l’Épiphanie, véritable nœud du programme. Au centre trône une Vierge immense, voilée et couronnée. Elle porte dans sa main droite le bourgeon fleuri et maintient l’Enfant bénissant sur son genou gauche. Elle n’est pas abritée sous un dais architecturé mais un dossier d’or sur fond bleu, peint sur le fond du tympan, l’isole au centre de la composition. À droite, les trois Rois s’approchent (de gauche à droite, melchior , baltasar , gaspar ) en portant leurs offrandes dans leurs mains voilées de leurs manteaux. Le premier s’agenouille alors que le second montre l’étoile au dernier. Un ange guide portant l’Orbe (sans doute Michel) plane au-dessus des trois voyageurs. Dans la partie droite du tympan, Gabriel apparaît à Joseph assis sur un large trône de pierre pour lui ordonner de fuir en Égypte (on peut lire sur le phylactère que tient l’ange gabriel et iosep ). L’ensemble de la vision surplombe un motif ondulé.

La composition en triptyque de ce tympan, articulant les Mages et le Songe de Joseph autour de la Vierge Trône de sagesse , rappelle bien évidemment le tympan de Saint-Gilles-du-Gard, ou celui, lacunaire, de Notre-Dame des-Pommiers de Beaucaire, avec lesquels il a souvent été rapproché. Rappelons également le groupe de tympans rhodaniens de construction identique : Notre-Dame de Malpas de Montfrin, Saint-Alban-du-Rhône en Isère, Nantua mais aussi ceux des grandes cathédrales septentrionales (Bourges, Laon, Germigny-l’Exempt. Plus proche de Parme, rappelons également le chapiteau conservé au Musée Bardini de Florence.

Parma, baptistère, Portale della Vergine, Adoration des Mages, Songe de Joseph, cylce de Jean-Baptiste
(cliché M.B., 2009, CC BY-SA 4.0)
Parma, baptistère, Portale della Vergine, Adoration des Mages
(cliché M.B., 2009, CC BY-SA 4.0)

Le long de la voussure encadrant la lunette croissent deux rinceaux végétaux se réunissant au-dessus de la Vierge et dans les volutes desquels douze prophètes portent les bustes de douze apôtres inscrits dans des médaillons : de gauche à droite, les inscriptions nous permettent d’identifier ysaias , petrus et ieremias , paul[us] ; ezechiel et andreas ; daniel et iaco[bus] ; micheas et philippus , abachuc et ioh[anne]s, osee et thoma, esdra et bathol[omeus], salomon et simon ; samuel et tadeus ; davit et Mathias ; ozias et matheus.

Sur l’élément supérieur de l’architrave, séparé du tympan par une corniche de marbre, se déploie un cycle de Jean-Baptiste, saint patron du baptistère, décliné en trois épisodes : le Baptême du Christ en présence de trois archanges (chaque personnage est identifiable à l’aide d’inscriptions , raphael , gabriel , michael , ioh(anne)s batista , xps ) ; le Banquet chez Hérode accompagné d’un ministre d’Hérode ( minister ) , d’un conseiller ( co(n)siliator herodis ), d’Hérode ( erodes ) et d’Hérodiade ( erodia ) et de Salomé ( puella filia erodis ) poussée par le Diable ( satanas ) ; la décollation du saint en présence d’un bourreau ( spiculator ) , d’un ange ( michael ) et de Jean-Baptiste ( capud ioh(annis)s batiste ).

L’inscription comportant la signature d’Antelami et la date probable du commencement des travaux se lit au niveau inférieur de l’architrave ( bus binis demptis annis de mille ducentintis incipit dictus opus hoc sculptor benedictu ).

Portale della Vergine, jambage droit : arbre de Jessé
(cliché M.B., 2009, CC BY-SA 4.0)
Portale della Vergine, jambage gauche : arbre de Jacob
(cliché M.B., 2009, CC BY-SA 4.0)

Enfin, sur les deux jambages croissent deux généalogies végétalisées du Christ basées en partie sur les premiers chapitres des Évangiles de Luc et de Matthieu : l’ Arbre de Jacob à gauche et l’ Arbre de Jessé à droite. L’intérêt premier de ces deux secteurs du programme est que chaque personnage est identifiable par une légende. Ainsi, sur le premier arbre se superposent Jacob et ses douze fils réunis autour du nom de leurs mères respectives (selon Gn 35, 23-26) : Siméon, Ruben, Lévi, Juda, Zabulon et Issachar, tous fils de Lia ( isti sex sunt filii lia ) ; Joseph Benjamin, fils de Rachel ( isti duo sunt filli rachel ) ; Asher et Gad, fils de Zilpa ( isti duo sunt filii Zelphe ) ; Dan et Nephtali, fils de Bala ( isti duo sunt filii Bale ). Cette première généalogie aboutit à Moïse , ( moyses propheta ) , auteur présumé du pentateuque et figure préfiguratrice du Christ. Il en est de même pour l’ Arbre de Jessé sur lequel se superposent david , salomon , roboam , dbias , asa , iosapha , ioras , ozias , ioatha , achaz , ezechias , manases . Cette dernière généalogie se finalise par une statue de la Vierge sans l’Enfant et porteuse du fleuron, encastré entre deux corolles à la cime de l’arbre. Elle est ici la virgo-virga , faisant directement référence à l’inscription sur la bordure inférieure de l’arbre : ex hac stirpe pia processit virgo maria. Pour finir, sur la face interne des deux jambages s’épanouit un arbre paradisiaque.

Plusieurs éléments secondaires viennent compléter en périphérie ce chœur du programme. Deux couples de figures vétérotestamentaires ornent les murs nord-ouest (Salomon et la Reine de Saba) et nord-est (David et Nathan). Deux figurations de vertus ornent la base des deux ébrasements : la Caritas et la Castidas . Enfin, les figures en pied de deux archanges (Michel et Gabriel), flanquent le sommet de l’archivolte du portail.

Jambage gauche : arbre de Jacob (détail) Jacob à la base
(cliché M.B., 2009, CC BY-SA 4.0)
Jambage gauche : arbre de Jacob (détail) Moïse au sommet
(cliché M.B., 2009, CC BY-SA 4.0)
Jambage droit : arbre de Jessé (détail) Jessé endormi à la base
(cliché M.B., 2009, CC BY-SA 4.0)
Jambage droit : arbre de Jessé (détail) Vierge incrustée au sommet
(cliché M.B., 2009, CC BY-SA 4.0)

Ainsi, l’ensemble du programme construit une réflexion d’une grande cohérence sur l’Incarnation et, plus particulièrement, sur le rôle matriciel de la Vierge dans la conception de la divinité incarnée, à qui elle transmet le lignage de l’humanité et, principalement, celui des rois de Juda, mais également sur son rôle de génération spirituelle du corps des Chrétiens que figurent les Mages. Ainsi l’Épiphanie apparaît sur cette façade comme la véritable fleur sommitale des deux généalogies végétalisées du Christ. L’image résulte donc d’une intense réflexion sur les concepts de Vierge-Mère, Vierge-Reine et Vierge-Église. Nous noterons l’importance particulière donnée au Banquet chez Hérode et la mise en exergue du couple incestueux (Hérode et Hérodiade), prototype d’une union charnelle répréhensible à laquelle semblent répondre les noces pures et pourtant fertiles du Christ avec les membres de son Église que personnifient les Mages.

Parma, baptistère, façade septentrionale, deux archange
(cliché M.B., 2009, CC BY-SA 4.0)
Parma, baptistère, façade septentrionale, archange de droite
(cliché M.B., 2009, CC BY-SA 4.0)
Parma, baptistère, façade septentrionale, archange de gauche
(cliché M.B., 2009, CC BY-SA 4.0)
Parma, baptistère, portail septentrionale, ébrasement gauche, vertu, Castidas ?
(cliché M.B., 2009, CC BY-SA 4.0)
Parma, baptistère, portail septentrionale, ébrasement droit, vertu, Caritas ?
(cliché M.B., 2009, CC BY-SA 4.0)
Parma, baptistère, façade nord-est, David et Nathan
(cliché M.B., 2009, CC BY-SA 4.0)
Parma, baptistère, façade nord-oeust, Salomon et la rein de Saba
(cliché M.B., 2009, CC BY-SA 4.0)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BAUTIER Robert-Henri, « Un essai d’identification et de datation d’œuvres de Benedetto Antelami à Parme et à Fidenza d’après l’étude paléographique de leurs inscriptions », BSNAF, 1968, p. 96-108.
  • BIANCHI Alfredo (Dir.), Il portale della Vergine : Battistero di Parma, Parma, Cassa di Riparmio di Parma, 1992.
  • BIANCHI Alfredo, “ imago lateritia beate Marie” : per la fortuna e la storia del cantiere antelamico del Battistero di Parma, G. Fiaccadori (Dir .) , Parma, Battei, 1991.
  • DIETL Albert, « La decorazione plastica del battistero e il suo programma : Parenesi e iniziazione in un commune dell’Italia settentrionnale », dans Benedetto Antelami e il Battistero di Parma, C. Frugoni (Dir.), Torino, Einaudi, coll. « Saggi, 801 », 1995, p. 71-108.
  • ZANARDI Bruno, ROCKWELL Peter, Battistero di Parma, Milano, F. M. Ricci, 1992-1993, 2 vol.
  • FRANCOVICH Géza de, Benedetto Antelami : architetto e scultore, e l ‘ arte del suo tempo, Milano-Firenze, 1952, 2 vol., vol. 1, p. 113-315, part. p. 167-169, 194-201.
  • FRUGONI Chiara (Dir.), Benedetto Antelami e il Battistero di Parma, Torino , Einaudi, coll. « Saggi, 801 », 1995.
  • GUAST GARDIOL Lucia Cesarina, « Benedetto Antelami e il Liber antihersis di durando d’Osca », Arte medievale, s. 2, 5 (1), 1991, p. 75-82.
  • JULLIAN René, L’Éveil de la sculpture italienne : la sculpture romane dans l’Italie du Nord, Paris, Van Ost, 1945, vol. p. 175-176.
  • KERSCHER Gottfreid, Benedictus Antelami oder das Baptisterium von Parma. Kunst und kommunales, München, W. Angerer, 1986.
  • LOPEZ Michele, Il battistero di Parma, Parma, Ferrari, 1864, 2 vol.
  • QUINTAVALLE Arturo Carlo (Dir.), Benedetto Antelami , mostra, Parma, Salone delle Scuderie in Pilotta, 31 marzo-30 settembre 1990, Centro studi medievali, Università di Parma, Milano, Electa, coll. « Civiltà medievale », 1990, p. 57-80.
  • QUINTAVALLE Arturo Carlo, « “L’éveil de la sculpture italienne dans l’Italie du Nord” ?», dans Medioevo : arte e storia, A. C. Quintavalle (Dir.), Atti del Convegno internazionale di studi Parma, 18-22 settembre 2007, Milano, Electa, coll. « I Convegni di Parma, 10 », 2008, p. 13-37.
  • QUINTAVALLE Arturo Carlo, « Il progetto di Benedetto Antelami per il Battistero di Parma », Studi di storia dell’arte sul Medioevo e il Rinascimento, 1, 1993, p. 309-352.
  • QUINTAVALLE Arturo Carlo, « L’immagine contro l’eresia : Benedetto Antelami, I Catari e dopo », Basilica cattedrale di Parma, 1 , 2005, p. 121-142.
  • QUINTAVALLE Arturo Carlo, « Tra Parma e Chartres : Benedetto Antelami al palazzo della Pilotta a Parma », Art e dossier, 5, 1990, p. 43-47.
  • QUINTAVALLE Arturo Carlo, Battistero di Parma : il cielo e la terra, Parma, Università degli studi di Parma Istituto di storia dell’arte Centro di studi medievali, coll. « Civiltà medievale », 1989, p. 193-240.
  • ROCKWELL Peter, « Alcuni dati di cultura materiale osservati durante il restauro eseguito tra 1986 e 1992 », dans Benedetto Antelami e il Battistero di Parma, C. Frugoni (Dir.) , Torino , Einaudi, coll. « Saggi, 801 », 1995, p. 251-279.
  • ROCKWELL Peter, « La Polychromie des reliefs de Benedetto Antelami et les deux phases décoratives du Baptistère de Parme », dans La couleur et la pierre : polychromie des portails gothiques, D. Verret et D. Steyaert (Dir.), Actes du colloque, Amiens, 12-14 oct. 2000, Paris, Picard, 2002, p. 115-118.
  • ROVETTA Alessandro, COLOMBO Serena, « Annalysi iconografica del ciclo antelamico », dans Il Battistero di Parma : iconografia, iconologia, fonti letterarie, G. Schianchi (Dir.), Milano, Vita e pensiero, 1999 , p. 137-168.
  • SAUERLÄNDER Willibald, « Benedetto Antelami. Per un bilanco critico », dans Benedetto Antelami e il Battistero di Parma, C. Frugoni (Dir.), Torino , Einaudi, coll. « Saggi, 801 », 1995, p. 3-69.
  • SCHIANCHI Giorgio (Éd.), Il Battistero di Parma : iconografia, iconologia, fonti letterarie, Milano, Vita e pensiero, 1999.
  • SCHIANCHI Giorgio, « Iconologia del programma iconografico del cantiere antelamico », dans Il Battistero di Parma : iconografia, iconologia, fonti letterarie, G. Schianchi (Éd.), Milano, Vita e pensiero, 1999, p. 201-257.
  • TESTI Laudedeo, Le baptistère de Parme. Son histoire, son architecture, ses sculptures, ses peintures, Florence, 1916, part. p. 67-77.
  • TOESCA Pietro, Il Battistero di Parma Architetture e Sculture di Benedetto Antelami e Seguaci Affreschi dei Secoli XIII e XIV, Milano, Silvana, 1960.
  • ZANARDI Bruno, « Relazione di restauro dei manufatti in pietra policromi o meno, e delle superfici lapidee e in laterizio dell’interno e dell’esterno del Battistero di Parma, e alcune osservazioni di ordine materiale compiute durante i lavori », dans B. Zanardi , P. Rockwell, Battistero di Parma, Milano, F. M. Ricci, 1992-1993, vol. 1, p. 249-268.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (22 avril 2022). Parma, baptistère. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogmc


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search