Padova, église abbatiale Santa Giustina

Padova (Veneto, Padova)

Édifice : église abbatiale Santa Giustina


  • Édifice d’origine : ancienne église Santa Giustina (quasiment détruite au XVe siècle), façade occidentale.
  • Médium : sculpture.
  • Support : linteau.
  • Situation dans l’édifice : corridor menant au cloître, ancienne façade occidentale.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : abbaye bénédictine.
  • Datation : fin XIIe s.-déb. XIIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : portail , tympan : Vierge ou personnification de l’Église abreuvant deux personnages à genoux ; linteau : Annonciation , Visitation , Nativité , Annonce aux Bergers , Adoration des Mages ; jambage : petites figures en pied : David, Paul, san Prosdocimo et la Synagogue (à gauche), Salomon, Pierre, santa Giustina et l’Église (à droite).
  • identifiant Wikidata : Q219502

Reconstitution du portail primitif de l’abbatiale Santa Giustina de Padoue
(d’après M. TONZIG, 1932, pl. 17)

Description : Le portail occidental originel de l’ancienne église Santa Giustina a été démantelé au moment de la reconstruction de l’abbatiale au XV e siècle. Il est conservé dans son intégralité, mais dispersé dans les bâtiments monastiques de l’abbaye.

Le tympan est aujourd’hui encastré dans le mur du couloir conduisant au cloître, au-dessus d’un linteau renaissant. En son centre, la Vierge couronnée (ou une personnification de l’Église), apparaît comme une figure nourricière abreuvant deux personnages à genoux devant elle. Derrière le personnage de droite se distingue encore un arbre qui trouvait sans doute son pendant dans l’écoinçon gauche du tympan pour participer au décorum paradisiaque de la vision.

Padoue, église Santa Giustina, portail de l’ancienne façade
(cliché ICA)

Sur le linteau, muré dans la sacristie, un récit de l’Enfance se lit de gauche à droite, l’ Annonciation , la Visitation, la Nativité , l’ Annonce aux Bergers et l’ Adoration des Mages (malheureusement en partie mutilée). Dans ce dernier épisode, la Vierge à l’enfant trônait frontalement mais on ne distingue aujourd’hui que la silhouette de Marie et son nimbe. Le second mage a également été arraché. Les deux restants sont coiffés de petites couronnes cylindriques et richement vêtus.

Les autres scènes du linteau sont également d’un intérêt certain. La Nativité est littéralement mise en scène en plein centre du linteau. Deux voiles accrochés à deux colonnes antiques s’ouvrent sur la Vierge allongée sur son lit. L’Enfant est absent de la composition et devait être isolé dans la mangeoire aujourd’hui disparue. Concernant l’ Annonciation , remarquons l’arbre poussant derrière la Vierge et annonçant à la fois sa fécondité et son ascendance royale en tant que rameau de la souche de Jessé.

Tout au long de la corniche du linteau court l’inscription suivante : salve natura mirante dominum paritura hic ad ave plaudit quem cenceptus sera claudit quem lex depingit vetus et nova fascia cingit. natum pro reprobis redimendis nuncio vobis te deaum . Au-dessus des Mages, on peut lire : aurum regi, thusque deo, mirram morituro ( d’après M. Tonzig, 1932) et enfin, au-dessus de la corniche du tympan : hin quicumque…re genimen bibe vitis (d’après G. N. Fasola, 1954).

Sur les jambages, murés dans le couloir menant à la sacristie, sont intégrées les figures en pied fonctionnant par couple de part et d’autre de la porte. Ainsi, dans la niche supérieure de la face principale du jambage de gauche, David dialogue avec Salomon occupant la même place sur le jambage de droite. De même, au registre inférieur, Santa Giustina et San Prosdocimo forment un couple identique. Le système se répète sur les pans internes des deux montants : Paul (à gauche) et Pierre (à droite), pour le registre supérieur et la Synagogue (à gauche) et l’Église (à droite) au registre inférieur.

Depuis l’étude de Maria Tonzig (1932) ces trois éléments sont considérés comme provenant d’un seul et même portail (Figure 335). L’image ainsi construite est celle de l’Église sacramentelle, au tympan, distribuant l’Eucharistie aux fidèles et s’appuyant sur les fondements de l’Église institutionnelle. L’Église et la Synagogue sont les deux pans de l’édifice ecclésial universel, Pierre et Paul sont les piliers de l’Église catholique et santa Giustina et San Prosdocimo, les deux saints emblématiques de la ville, sont les fondements de l’Église de Padoue. Dans cet ensemble, le cycle de l’Enfance intervient comme une réflexion, d’une part sur l’histoire universelle de l’Église basée sur le récit évangélique de l’Enfance, et d’autre part comme une réflexion sur l’Incarnation à travers la maternité de Marie : elle est exposée sur son lit comme elle l’était sur le tympan de Chartres et elle apparaît fertile et pure lors de l’Annonciation. C’est dans un tel contexte que doit se comprendre l’offrande des Mages dans sa portée eucharistique.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BELLINATI Claudio, « Nuova lettura iconografica dell’antico portale della basilica di S. Giustina a Padova (sec. XII) », dans Atti e memorie dell’Accademia Patavina di Scienze, Lettere ed Arti , 96, 1983-84, p. 49-54.
  • LORENZONI Giovanni, « Intorno a qualche novità su opere esistenti in Santa Giustina a Padova », dans Florilegium atrium : scritti in memoria di Renato Polacco, G. Trovabene (Dir.), Padova, Il Poligrafo, coll. « Miscellanea, Facoltà di lettere e filosofia dell’Università di Venezia, 8 », 2006, p. 115-122.
  • NICCO FASOLA Giusta, « L’antico portale di Santa Giustina di Padova », Arte veneta, 8, 1954 (1955), p. 49-60.
  • TONZIG Maria, La basilica romanico-gotica di Santa Giustina in Padova, Padova, Società Cooperativa, 1932, p. 161-222.
  • ZIMMERMANN Max Georg, Oberitalische Plastik im frühen und hohen Mittelalter, Leipzig, A. G. Liebeskind, 1897, p. 197.
  • SUITNER NICOLINI Gianna, Le Venezie, Milano, Jaca Book, coll. « Italia romanica, 12 », 1991, 244-247.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (22 avril 2022). Padova, église abbatiale Santa Giustina. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogmb


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search