Nonantola, abbatiale San Sylvestro

Nonantola (Émilia-Romagna, Modena)

Édifice : église San-Sylvestro


  • Médium : sculpture.
  • Support : tympan.
  • Situation dans l’édifice : façade occidentale, portail, jambage droit.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : abbatiale urbaine bénédictine.
  • Datation : après le séisme de 1117, d’après l’inscription du linteau : silvestri celsi ceciderunt culmina templi mille redentoris lapis vertigine solis annus centenis septem nec quoque denis quod refici magnos cepit post quatuor annos . Construction de la façade sans doute après 1121.
  • Intégration dans le programme iconographique : tympan : Christ en Gloire ; jambages , droit (de bas en haut) : Atlante, Annonciation , Visitation , Nativité (sur deux cadres), Annonce aux Bergers (sur deux cadres), Adoration des Mages , Présentation au Temple , Songe de Joseph ; gauche (de bas en haut) : Atlante, Anselme abandonnant la vie mondaine pour la vie monastique, le don du territoire de l’abbaye au moine par le roi lombard Astolfo, la représentation de l’abbaye surmontée d’un moine tenant un livre (la règle de saint Benoît ?), Anselme à Rome faisant don au pape de l’abbaye et demandant les reliques de saint Sylvestre, le transfert des reliques, la mort d’Hadrien III (sur deux cadres), le transfert du corps du pape et sa sépulture à Nonantola, Samson et le lion (d’après les identifications de G. Trovabene, 2003) ; portique : lions stylophores.
  • identifiant Wikidata : Q334074
Nonantola, abbatiale San Sylvestro (plan d’après A. CATTABIANI, dans W. MONTORSI, 1988, p. 336)

Nonantola, abbatiale San Sylvestro, portail occidental
(cliché M.B., 2009, CC BY-SA 4.0)

Description : Le portail de l’abbatiale de Nonantola fait partie du groupe de grands Protiri de l’Italie septentrionale accordant une place à l’ Adoration des Mages (Piacenza, Ferrara, cathédrale et basilique de Vérone.) Il est sans nul doute l’œuvre d’un membre de l’atelier de Wiligelmo ayant travaillé à Modène. Il donne une version simple du protiro composé d’un tympan posé sur une architrave et encadré d’une archivolte simple retombant sur deux colonnes d’ébrasements. Un portique simple porté par deux lions stylophores est projeté en avant de cette porte. Le principal intérêt de la façade réside dans l’analyse des deux jambages historiés décrivant à droite le cycle de l’Enfance ( Annonciation , Visitation , Nativité , Adoration des Mages , Annonce aux Bergers , Songe de Joseph , Présentation au Temple ) et à gauche, l’hagiographie de saint Anselme, fondateur de l’abbaye au IX e siècle, dont l’histoire nous est contée en dix tableaux issus de la vita anselmi abbati Nonantolani , hagiographie écrite dans l’abbaye même au XI e siècle. Concernant le cadre de l’Épiphanie (le sixième en partant du bas), les Mages sont abrités sous une double arcature. Tous trois sont vêtus de costumes orientaux, superposés en un groupe compact devant la Vierge à l’Enfant. Cette dernière, voilée et nimbée, trône de profil. Elle présente l’Enfant bénissant à ses visiteurs en le désignant de la main et se rapproche ainsi du modèle romain de la Vierge Hodigitria , elle-même issue du modèle constantinopolitain. L’étoile est, quant à elle, suspendue à la jointure de deux arcs. Sur la bordure inférieure, l’inscription suivante légende la scène : magi ad xp m . Ainsi, les deux jambages de la porte communiquent parfaitement dans un programme iconographique d’ensemble : le récit universel de l’Enfance se lit en parallèle à l’histoire locale, celle du saint abbé. Plusieurs épisodes sont ici d’une importance cruciale dans le message que transmet l’abbaye. Le premier est sa légitimité territoriale, par le don de la tenure par le roi lombard Astolfo à Anselme. Le second est sa légitimité politique et spirituelle face au Saint-Siège, marquée par le don des reliques de saint Sylvestre et par la sépulture d’Hadrien III dans l’abbatiale. L’abbaye exprime à la fois sa fidélité à Rome et son autorité sur ses terres. Or, il est frappant de voir que le sculpteur tente de respecter une symétrie approximative dans les deux cycles narratifs. De ce fait, on ne peut qu’établir des connexions entre certains tableaux. Par exemple la Nativité , image primitive et universelle de l’Église, est exactement au même niveau que l’image miniature de l’église abbatiale. De même, les compositions des Mages en adoration et d’Anselme et ses frères s’agenouillant devant l’autorité papale sont identiques. Les trois Mages sont donc bien ici utilisés pour revendiquer l’autorité politique, spirituelle et économique de l’abbaye. Les sculptures de Nonantola ont été attribuées à plusieurs ateliers suivant les auteurs : Niccolò, Wiligelmus; école de Wiligelmus, Antelami ou encore l’école d’Antelami. L’inscription de l’architrave indique la date du séisme de 1117 comme repère chronologique et une construction quatre ans après cette date. D’après les recherches plus récentes, il faut considérer deux campagnes distinctes : l’une avant 1117, lors de laquelle furent exécutés les jambages, la canopée et les lions stylophores, et une autre, entre 1121-1122, où furent ajoutés le tympan, l’architrave et son inscription (G. Trovabene , 2003, E. Montessori et G. Serafini, 2006) .

Nonantola, abbatiale San Sylvestro, portail, jambage droit, Adoration des Mages
(cliché M.B., 2009, CC BY-SA 4.0)
Nonantola, abbatiale San Sylvestro, portail occidental, jambage gauche (ap. 1121), Anselme demande au pape les reliques de saint Sylvestre
(cliché M.B., 2009, CC BY-SA 4.0)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • CARRARA Vittorio, Reti monastiche nell’Italia padana : le chiese di San Silvestro di Nonantola tra Pavia, Piacenza e cremona (secoli IX-XIII), Modena, Aedes Muratoriana, 1998.
  • COCHETTI Pratesi Lorenza, La Scuola di Piacenza, Problemi di scultura romanica in Emilia, Roma, Bulzoni, coll. « Biblioteca di cultura, 47 », 1973, p. 28-42.
  • GANDOLFO Francesco Carlo, « La scultura romanica nell’area estense », dans L’arte sacra nei Ducati Estensi, Atti della II Settimana dei beni storico-artistici della Chiesa nazionale negli antichi Ducati Estensi, Ferrara, 13-18 settembre 1982, Ferrara, Pontificia commissione centrale per l’arte sacra in Italia, coll. « Pubblicazioni della Pontificia commissione centrale per l’arte sacra in Italia, 8 », 1984, p. 95-132.
  • GANDOLFO Francesco, « Il protiro romanico : nuove prospettive di interpretazione », Arte medievale, 2, 1984 (1985) p. 67-76.
  • GELICHI Sauro, LIBRENTI Mauro, BERTOLDI Francesca, Nonantola 1 : ricerche archeologiche su un grande abbazia dell’altomedioevo italiano, Firenze, All’insegna del giglio, 2005.
  • MONARI Paola, GIUDICI Corinna, Serchia Luciano, Nonantola i restauri dell’Abbazia , Modena, Panini, coll. « Modena, i beni culturali », 1984, p. 80-86.
  • MONARI Emilio, Serafini Giorgio, Il restauro delle chiese di Nonantola : 1980-2004, Modena, Mucchi, 2006.
  • MONTORSI William, Le Basiliche di S. Silvestro e S. Michele (secc VIII-XII), L. SERCHIA (Dir.), Modena, Aedes Muratoriana, coll. « Deputazione di storia patria per le antiche provincie modenesi, n. s. 102 », 1988, p. 137-145, 226-240.
  • MOREALI Giovanni Battista, Il Portale dell’Abbazia di Nonantola , Nonantola, coll. « Collana di studi e ricerche, 6 », 1988.
  • MOREALI Giuseppe, « Considerazioni sul portale dell’Abbazia Nonantolana », Atti e Memorie, 12, 1977, p. 67-77.
  • NUZZI Olimpia, Le formelle con scene della natività ed infanzia di Gesù del portale dell’Abbazia di Nonantola, Modena, Edizioni Artestampa, coll. « Centro Studi Storici Nonantolani, 42 », 2005.
  • QUINTAVALLE Arturo Carlo, « L’officina della riforma : Wiligelmo, Lanfranco », dans Lanfranco e Wiligelmo : Il Duomo di Modena, M. Armandi (Dir.), Modène, Panini, 1984-1985, p.765-834.
  • QUINTAVALLE Arturo Carlo, « Piacenza cathedral, Lanfranco and the school of Wiligelmo », A.B, 55, 1973, p. 40-57.
  • QUINTAVALLE Arturo Carlo, La Cattedrale di Modena : problemi di romanico emiliano, Modena, Bassi, 1964-1965, 2 vol., part. vol. 1, p. 83-86.
  • ROBB David M., « Niccolò : A North Italian Sculptor of the Twelfth Century », A.B, 12, (4), 1930, p. 374-420.
  • SALVINI Roberto, « Gli scultori del portale di Nonantola », dans, Atti e Memorie della Deputazione di Storia Patria per le Antiche Provincie Modenesi, 6, 1956, p. 139-162.
  • SALVINI Roberto, Il duomo di Modena e il romanico modenese, Modena, Cassa di risparmio di Modena, 1966, p. 172-186.
  • SERAFINI Giorgio, Il restauro delle chiese di Nonantola : 1980-2004, Modena, Mucchi, 2006. SERCHIA Luciano (Dir.), Nonantola : i restauri dell’Abbazia, Modena, Panini, 1984, p. 80-86. TOSCO Carlo, « Sansone vittorioso sul portale di Nonantola : ricerche sulle funzioni dell’ iconografia medioevale », Arte-cristiana, 80, n o 748, 1992, p. 3-8.
  • TROVABENE Giordana, « La cultura delle immagini nel monastero di Nonantola », dans Nonantola nella cultura e nell’arte medievale, Atti della giornata di studio organizzata da V. Fumagalli e don F. Gavioli (Éd .), Bologna, Pátron, coll. « Il mondo medievale . Sezione di storia medievale dell’Italia padana, 12 », 2003, p. 35-72.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (22 avril 2022). Nonantola, abbatiale San Sylvestro. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogm9


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search