Marcellina, église Santa Maria in Monte Dominico

Marcellina (Lazio, Rome)

Édifice : église Santa Maria in Monte Dominico


Marcellina, église Santa Maria (plan dans E. PARLATO, S. ROMANO, 1992, p. 367)
  • Médium : fresque
  • Support : mur
  • Situation dans l’édifice : actuellement, mur gauche de la nef, registre supérieur, anciennement mur droit, proche de l’entrée de l’église (l’église a été réorientée à l’époque baroque).
  • Cycle des Mages : Voyage des Mages , Adoration des Mages.
  • Datation : fin XIIe s.-déb. XIIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : mur sud : Annonciation (perdue), Nativité , Annonce aux Bergers , Guérison de l’aveugle ; arc triomphal , face occidentale : Christ dans un Clipeus au milieu d’anges adorateurs ; face orientale : Chute des anges ; chœur : fragment de la vie de saint Pierre ; nef , mur nord : quatre scènes de l’Ancien Testament (d’ouest en est) : chérubin à l’épée de feu gardant la porte du Paradis, Sacrifice de Caïn et Abel et Meurtre d’Abel par Caïn , Lutte de l’ange et de Jacob , Joseph et ses frères ; mur nord , registre supérieur (d’est en ouest) : Annonciation , Visitation (perdue), Nativité , Voyage des Mages , Adoration des Mages , registre inférieur (d’est en ouest) : Pèche miraculeuse ?, Guérison de l’aveugle.
  • identifiant Wikidata : Q3949800

Marcellina, église Santa Maria in Monte Domenico, vue de la partie orientale (ancien chœur, actuellement entrée principale de l’édifice)
(cliché M.B., 2010, CC BY-SA 4.0)

Description : L’église Santa Maria in Monte Dominico de Marcellina, proche de Rome, conserve quelques fragments d’un important décor peint mis à jour lors d’une restauration en 1951. On ne peut que déplorer les pertes importantes résultant des remaniements successifs de l’édifice, notamment sa réorientation ouest-est à l’époque baroque. La grande majorité des peintures ont été conservées dans la partie orientale de l’église (du côté de l’actuelle entrée), sur les deux faces du mur diaphragme et sur les murs de la nef. Ces derniers opposaient, de chaque côté de la nef, selon la tradition des ateliers romains, un cycle de l’Ancien Testament (mur nord) à un cycle christologique (mur sud).

Marcellina, église Santa Maria in Monte Domenico (partie occidentale de l’église), mur gauche de la nef, registre supérieur, dernier tableau, Adoration des Mages
(cliché M.B., 2010, CC BY-SA 4.0)

Les scènes de l’Enfance sont réunies dans la partie occidentale du mur sud. Il n’en reste aujourd’hui que quelques bribes. De gauche à droite la Nativité et l’ Annonce aux Bergers sont encore lisibles en surplomb de ce qui semblait être la Pêche miraculeuse. Sur les deux cadres suivants interviennent le Voyage des Mages et leur Adoration. Sur le premier, les trois voyageurs apparaissent munis de lances (détail que nous retrouvons à Ferentillo et montés sur de robustes chevaux. Ils sont vêtus d’un costume oriental composé de tuniques courtes couvertes de capes rouges et sont coiffés de bonnets coniques (c’est le costume qui se retrouve habituellement dans la peinture romaine et à Ferentillo). Dans le cadre de l’Adoration, les trois Mages sont entrés dans un petit édifice de type basilical au fond duquel trône la Vierge à l’Enfant assise de profil (en partie effacée). Les deux premiers s’agenouillent alors que le troisième est encore en marche. Nous remarquons sur ce panneau que la distinction des trois âges a été scrupuleusement respectée.

Marcellina, église Santa Maria in Monte Domenico (partie occidentale de l’église), mur gauche de la nef, registre supérieur, dernier tableau, Voyage des Mages
(cliché M.B., 2010, CC BY-SA 4.0)

La scène respecte ainsi une tradition romaine clairement identifiable, tant par sa facture (les trois Mages sont orientaux), par son insertion dans le cycle de l’Enfance (immédiatement après la Nativité et l’ Annonce aux Bergers ) , que par la localisation du décor (dans la partie occidentale de l’édifice). Ce sont autant de caractéristiques que nous retrouvons sur les fresques de San Giovanni a Porta Latina de Rome, de la Grotta degli Angeli de Magliano Romano et de l’église Sant’Urbano alla Caffarella.

Notons la présence de la Guérison de l’aveugle , scène régulièrement associée aux Mages dans l’art paléochrétien pour symboliser la conversion des trois païens. L’association des deux témoigne du respect pour le modèle antique, caractéristique de la réappropriation des Mages par les ateliers du Latium.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • DRIGO Adriano, « Concordia e Marcellina : per un rilancio limitato, seguendo Ragghianti, della nozione di “arte benedettina” », Ce-fastu ?, 66 (1), 1990, p. 45-56.
  • MATTHIAE Guglielmo, « Les Fresques de Marcellina », C.A., 6, 1952, p. 71-81.
  • MATTHIAE Guglielmo, Pittura romana del Medioevo secoli XI-XIV, 2nde éd. mise à jour, M. Andaloro (Dir.), Roma, Fratelli Palombi, 1987 (1ère éd. Roma, 1966), p. 102-120.
  • PARLATO Enrico, ROMANO Serena, Roma e Lazio. Il romanico, Milano, Jaca book, coll. « Patrimonio Artistico Italiano », 2001, p. 274-277.
  • PARLATO Enrico, ROMANO Serena, Roma e il Lazio, Milano Jaca Book, coll. « Italia romanica , 13 », 1992 p. 366-369.
  • TANTILLO A. M , « Affreschi di Marcelina », dans Un’antologia di restauri : 50 opere d’arte restaurate dal 1974 al 1981, catalogo della mostra, Roma, Galleria nazionale d’arte antica, Palazzo Barberini, 18 maggio-31 luglio 1982, Galleria nazionale d’arte antica, Roma, De Luca, 1982.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (22 avril 2022). Marcellina, église Santa Maria in Monte Dominico. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogm7


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search