Le Boulou, église Notre-Dame

Le Boulou (Pyrénées Orientales, Occitanie)

Édifice : église Notre-Dame


  • Édifice d’origine : ancienne église Notre-Dame.
  • Médium : sculpture.
  • Support : frise.
  • Situation dans l’édifice : façade occidentale, portail remonté, frise supérieure.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Datation : seconde moitié du XIIe s. (attribué au maître de Cabestany).
  • Intégration dans le programme iconographique : portail occidental, cordon d’archivolte : Intégration dans le cycle de l’Enfance : frise (de droite à gauche) : Annonce aux Bergers, Nativité, Bain de l’Enfant, Adoration des Mages, Voyage des Mages, Fuite en Égypte, Repos de la sainte famille.
  • identifiant Wikidata : Q3585229
  • identifiant Mérimée : Pa00103970

Le Boulou, église Notre-Dame, frise du portail remonté sur la façade occidentale occidentale (cliché M.B, 2013, licence CC BY-SA 4.0)

Description : La frise sculptée du Boulou, remontée sur la façade occidentale de l’église actuelle, est le seul témoin de l’édifice roman d’origine. Elle décrit un cycle complet de l’Enfance attribué au maître de Cabestany dans la seconde moitié du XII e siècle.

L’ Adoration des Mages y occupe une place importante dans la partie gauche. Vêtus de costumes orientaux, coiffés d’exubérants couvre-chefs et accompagnés de leurs chevaux laissés au repos derrière eux, les Mages se présentent devant la Vierge à l’Enfant assise de profil sur un trône richement ouvragé. Derrière elle se tient la sage-femme, tête voilée, ses mains démesurées (rappel de son incrédulité pardonnée) posées sur le dossier du trône de la Vierge. Enfin, l’étoile a été placée entre la Vierge et la sage-femme, sous la forme d’une corolle à six pétales inscrite dans un disque.

Le Boulou, église Notre-Dame, frise du portail remonté sur la façade occidentale occidentale (cliché M.B, 2013, licence CC BY-SA 4.0)

Ici, l’Adoration présente une anomalie majeure puisque quatre mages se succèdent devant la Vierge. Le premier est vêtu d’une longue robe et a posé ses deux genoux à terre alors que les trois suivants sont en costume de voyage. L’un d’eux fait un signe de halte à ses compagnons. En réalité, s’il y a bien quatre figures, trois personnages seulement participent au récit. Le premier mage, à genoux, incarne à lui seul l’Adoration. Il fait pendant à la sage-femme, les deux figures encadrant ainsi, dans un seul espace, la Vierge à l’Enfant et l’étoile. Les trois autres Orientaux se rapportent au Voyage pour construire une progression narrative du récit : le mage posté à l’arrière du cortège porte ses éperons, ses guêtres lacées et sa tunique de voyage ; le second est pareillement vêtu, mais ses éperons ont disparu ; le troisième, quant à lui, ne porte plus de guêtres. L’adorateur, face à la Vierge, ne porte quant à lui plus le même costume et vient conclure cette progression. Il a troqué sa tunique de voyage pour une robe longue, sans doute plus appropriée à sa sainte tâche.

Le Boulou, église Notre-Dame, chevaux au repos
(cliché M.B, 2013, licence CC BY-SA 4.0)
Le Boulou, église Notre-Dame, voyage des Mages
(cliché M.B, 2013, licence CC BY-SA 4.0)
Le Boulou, église Notre-Dame, offrande des Mages
(cliché M.B, 2013, licence CC BY-SA 4.0)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BONNERY André, BURRINI Marco, COMPS I SORIA Soria Kordi …, Le Maître de Cabestany, trad. O. POISSON, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La voie lactée : Nouvelle série, 1 », 2000, p. 87-100.
  • DUPREY André, Itinéraires romans en Roussillon, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « Travaux des mois, 14 », 1977, p. 85.
  • DURLIAT Marcel, « Le Maitre de Cabestany », CSMC, 4, 1973, p. 116-127.
  • DURLIAT Marcel, « L’oeuvre du “Maître de Cabestany », Actes du Congrès régional des Fédérations historiques du Languedoc, Carcassonne, 1952, p. 186-187.
  • DURLIAT Marcel, « Le Portail du Boulou », Caf : Roussillon, 112, 1954, p. 334-338.
  • DURLIAT Marcel, La sculpture romane en Roussillon, Perpignan, La tramontane, 1948-1957, t. 4, Le maître de Cabestany. Coustouges. Le Monastir del Camp. Espira-de-L’Agly, 1954, p. 12-15.
  • GUDIOL José, « Los relieves de la portada e Errondo y el maestro de Cabestany », Principe de Viana, 14, 1944, p. 9-16.
  • MILONE Antonio, « El Maestro de Cabestany : notas para un replanteamiento », dans El románico y el Mediterráneo : Cataluña, Toulouse y Pisa, 1120-1180, M. A. Castiñeiras González J. Camps (Dirs .), Exposición, Barcelona, Museu Nacional d’Art de Catalunya, 29 febrero-18 mayo 2008, Barcelona, Museu nacional d’art de Catalunya, 2008, p. 181-191.
  • SIMON David L. « Still More by the Cabestany Master », The Burlington Magazine, 121, n° 911, 1979, p. 105-111.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (10 novembre 2021). Le Boulou, église Notre-Dame. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogh3


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search