Magliano Romano, église San Giovanni Battista

Magliano Romano (Lazio, Roma)

Édifice : Magliano romano, San Giovanni Battista


  • Édifice d’origine : Magliano Romano, Grotta degli Angeli.
  • Médium : fresque.
  • Support : voûte.
  • Situation dans l’édifice : à l’origine pan nord de la voûte panneau occidental.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : église d’ermitage, possession bénédictine de San Paolo fuori le mura.
  • Datation : 1er quart du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : arc diaphragme : Christ en buste dans clipeus adoré par deux archanges ; voûte , pan nord (d’est en ouest) : Annonce aux Bergers , Nativité , Adoration des Mages ; pan sud (d’est en ouest) : Présentation au Temple , saint Nicolas, saint Sébastien, saint Gilles et saint Pierre.
  • identifiant Wikidata de la localité : Q242870

Reconstitution des fresques de la Grotta degli Angeli de Magliano Romano lors de leur exposition au Palazzo Corsini, ap. 1949
Reconstitution des fresques de la Grotta degli Angeli de Magliano Romano (schéma M.B. 2012)

Description : Les peintures de la Grotta degli Angeli de Magliano Romano furent découvertes en 1903 puis détachées et déposées à Rome en 1939 pour un premier nettoyage. Elles furent par la suite transportées à la Soprintendenza à la fin 1949 et transférées à la Galleria Corsini puis dans les réserves du Palazzo Venezia avant d’être restaurées en 1994. Elles furent alors rendues à la ville de Magliano Romano où elles sont aujourd’hui conservées dans l’église San Giovani Battista.

Magliano Romano, fresques de la Grotta degli Angeli déposées dans l’église San Giovanni Battista, Christ en médaillon et anges laudateurs
(cliché M.B., 2011, CC BY-SA 4.0)

Seules les peintures de la voûte et d’une partie de l’arc triomphal ont survécu. Au centre de l’arc diaphragme, un Christ Pantocrator est inscrit dans un clipeus , au milieu de deux archanges. Sous Gabriel, on peut lire s. gabriel ainsi que l’inscription votive : ioh(anne)s pro ma/tris sve pingere feci . Une longue frise décorative partage longitudinalement la voûte de part et d’autre de laquelle se distribuent orthogonalement quatre tableaux d’un cycle de l’Enfance. Sur le pan nord sont disposées, d’est en ouest, la Nativité , l’ Annonce aux Bergers et l’ Adoration des Mages . Sur le pan sud apparaissent, sur le panneau oriental, la Présentation au Temple ( […] qve simeon mvndi / venerans accepit in vlnis ) et, sur le panneau occidental, quatre portraits de saints en pied ( s. nicolvs, s. sebastianvs, s. egifivs. (s) petru(vs) . Au pied de saint Nicolas, qui est isolé de ses compagnons dans son propre cadre, une figure minuscule de donateur légendée « rigetto » se prosterne devant le saint.

Magliano Romano, fresques de la Grotta degli Angeli déposées dans l’église San Giovanni Battista, Adoration des Mages, Nativité et Annonce aux Bergers
(cliché M.B., 2011, CC BY-SA 4.0)

Le panneau de l’ Adoration des Mages occupait la portion occidentale du rampant nord de la voûte et fonctionnait donc avec la Nativité et l’ Annonce aux Bergers. Il est amputé de moitié mais la composition globale reste très lisible. Les adorateurs ont franchi une porte architecturée pour se présenter devant la Vierge à l’Enfant. Deux mages ont survécu : le premier, le plus âgé, portant son offrande dans un large plat, s’est agenouillé devant le Christ alors que le second désigne la corne d’abondance qu’il tient dans sa main gauche. Il se retournait vers le troisième qui a disparu. La Vierge à l’Enfant, nimbée et voilée, trône de trois quarts devant une haute porte ouverte en arrière-plan. Entre la Vierge et le premier mage se tient l’ange guide, désignant l’Enfant d’un geste de la main. L’étoile végétale, réduite à sa plus simple expression, brille au-dessus de la composition. Ainsi, tant par sa structure que par l’apparence et la conception des personnages, les peintres se basent ici sur un modèle italo-byzantin forgé à Rome au cours du VIII e siècle (cf. fresques de Santa Maria Antiqua, mosaïques conservées à Santa Maria in Cosmedin).

Magliano Romano, fresques de la Grotta degli Angeli déposées dans l’église San Giovanni Battista, Adoration des Mages
(cliché M.B., 2011, CC BY-SA 4.0)

Dans son intégration dans le cycle de l’Enfance, remarquons la proximité immédiate de la Nativité fusionnée avec l’ Annonce aux Bergers , que nous retrouvions à San Giovanni a Porta Latina et à Santa Maria in Monte Dominico de Marcellina.

Ainsi, le discours théologique porté par les peintures est relativement simple. Nous remarquons les épisodes ayant trait au corps incarné : la Nativité , montrant le Christ exposé sur une véritable mangeoire-autel incrustée de pierres précieuses et la Présentation au Temple préfigurant la vocation sacrificielle du corps offert sur l’autel. Les Mages, quant à eux, figurent l’adoration de ce corps incarné dans l’ Ecclesia . Ils entrent par un porche monumentalisé, dans la salle palatiale mariale, derrière laquelle une haute porte complète visuellement la Vierge-Mère, l’assimilant à la porte du Temple. Cette dernière ouvre sur le logis de la Nativité, la Domus Panis , dans laquelle le corps sacrificiel est exalté.

L’ Adoration des Mages est insérée dans une atmosphère générale d’offrande et d’Adoration : l’offrande évangélique des Mages, l’offrande liturgique au Temple et les louanges des deux archanges autour de l’ Imago clipeata du Christ mais, surtout, l’offrande des donateurs ( rigetto sous saint Nicolas et iohannes sous Gabriel). Dans ce cadre, l’Épiphanie donne l’atemporalité et l’universalité évangélique à l’acte d’offrande à l’Église du donateur, sans toutefois qu’il y ait assimilation directe de ce dernier à l’un des Mages.

Rappelons enfin que, comme dans la plupart des décors peints romains, l’Épiphanie a été rejetée dans la partie occidentale de l’édifice. Nous ne savons si cette dernière communiquait avec une Crucifixion peinte près de la sortie de l’église, comme à Sant’Urbano alla Caffarella ou à San Giovanni a porta Latina mais l’orientation générale du programme peint semble prouver que la problématique reste la même : l’offrande des Mages est présentée comme une offrande eucharistique pour exemplifier la générosité du donateur et la destination finale de sa donation.

Magliano Romano, fresques de la Grotta degli Angeli déposées dans l’église San Giovanni Battista, frise décorative (clé de la voûte)
(cliché M.B., 2011, CC BY-SA 4.0)
Magliano Romano, fresques de la Grotta degli Angeli déposées dans l’église San Giovanni Battist, saint Nicolas, saint Sébastien, saint Gilles et saint Pierre
(cliché M.B., 2011, CC BY-SA 4.0)
Magliano Romano, fresques de la Grotta degli Angeli déposées dans l’église San Giovanni Battista, Présentation au Temple
(cliché M.B., 2011, CC BY-SA 4.0)

Localisation de l’édifice actuel

Voir en plein écran

Localisation de l’édifice d’origine

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BERTELLI Carlo, « La pittura medievale a Roma e nel Lazio », dans La pittura in Italia. L’Altomedioevo, C. Bertelli (Dir.) , Milano, Electa, 1994 , p. 227-228.
  • D’ACHILLE Anna Maria, « Gli affreschi del Santuario della Santissima Trinità sul Monte Autore presso Vallepietra », dans Attie e memorie della Società Tiburtina di Storia e d’Arte, 53, 1980 p. 41-63.
  • GARRISON Edward. B., « Contribution to the History of Twelfth-Century Umbro-Roman Painting », Studies in History of Medieval Italian Painting, 2, 1993, p. 198-210.
  • HERMANIN Federico, « La grotta degli angeli a Magliano Pecoraccio », Bullettino della Società filologica romana, 1903, p. 495.
  • MARLE Raimond von, La peinture romaine au moyen-âge : son développement du 6 ème jusqu’à la fin du 13ème siècle, Strasbourg, J. H. E. Heitz, coll. « Études sur l’art de tous les pays et de toutes les époques, 3 », 1921, p. 140.
  • MATTHIAE Guglielmo, Pittura romana del Medioevo secoli XI-XIV, 2nde édition mise à jour, M. Andaloro (Dir.), Roma, Fratelli Palombi, 1987 (1ère éd. Roma, 1966), p. 41-47.
  • MORETTI Simona, « Alle porte di Roma : un esempio pittorico e il suo contesto da ricostruire : la “Grotta degli Angeli” a Magliano Romano », Rendiconti, 76, 2003, (2004), p. 105-133.
  • PIAZZA Simone, « Peintures rupestres dans le Latium à l’époque de la réforme grégorienne. La “Grotta di Santa Christina” à Bolsena et autres lieux plus ou moins connus », dans Roma e la Riforma gregoriana : tradizioni e innovazioni artistiche (XI-XII secolo), S. Romano J. Enckell (Dir.), Atti del Convegno, Lausanne 10-11 dic. 2004, Roma, Viella, coll. « Études lausannoises d’histoire de l’art, 5 », 2007, p. 381-410, (part. p. 394-396).
  • PIAZZA Simone, Pittura rupestre medieval, Lazio e Campania settentrionale (secocli VI-XIII), Rome, Bibliothèque de l’École française de Rome, Coll. EFR, 370 , 2006, p. 90-93, 230-231, 245-246.
  • ROMANO Serena, « Appendice : Gli affreschi della Grotta degli angeli a Magliano Romano », dans Roma e Lazio. Il Romanico, E. Paralato , S. Romano (Dir.) , Milano, Jaca book, 2001, p. 322-323.
  • ROTONDI Pasquale, « Gli affreschi di Magliano Romano nella galleria corsini à Roma », Le Arti, 1939-40, p. 288-292.
  • TAGLIAFERRI Elisa, « Il donatore nell’iconografia e nelle iscrizioni degli affreschi laziali tra XIe XIII secolo : una spia della rinascita della società laica », Iconographica, 7, 2008, p. 44-57.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (22 avril 2022). Magliano Romano, église San Giovanni Battista. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogm5


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search