Ferrara, cathédrale San-Giorgio

Ferrara (Emilia-Romagna)

Édifice : cathédrale San-Giorgio


  • Médium : sculpture.
  • Support : linteau.
  • Situation dans l’édifice : façade occidentale, portail central, linteau.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : cathédrale.
  • Datation : 1135-1150 (attribué à Niccolò, inscription sur un lion stylophore : an no mil le no cen te no ter qvo qve de no qvin qve sv per latis strvitvr do mvs hecpietatis ).
  • Intégration dans le programme iconographique : portail central , tympan : saint Georges terrassant le dragon ; linteau (de gauche à droite) : Visitation , Nativité , Annonce aux Bergers , Adoration des Mages , Présentation au Temple , Fuite en Égypte , Baptême du Christ ; ébrasements : motifs zoomorphiques et végétaux, gauche : Gabriel, Jérémie et Daniel ; droite : Vierge de l’ Annonciation , Isaïe et Ézéchiel ; portique , colonnade : lions stylophores, atlantes ; canopée : saint Jean (gauche), saint Jean Baptiste (droite), Agnus Dei (clef de l’arc).
  • identifiant Wikidata : Q671933

Ferrare, cathédrale San Giorgio, façade occidentale, portail central
(cliché M.B., CC BY-SA 4.0, 2009)

Description : Le portail central de la cathédrale de Ferrara fait partie du groupe de grands Protiri de l’Italie septentrionale accordant une place à l’ Adoration des Mages (Piacenza, Nonantola) . Comme pour Piacenza, ce portique est l’œuvre de Niccolò, appelé pour travailler dans la cité à partir de 1135.

La cathédrale est ornée d’un riche portail comportant un tympan consacré au combat de saint Georges (saint patron de la cité dont la cathédrale conserve les reliques depuis 1110) posé sur un linteau qu’occupe un cycle de l’Enfance. On peut lire sur l’une des deux voussures du tympan : artifice gnarv q(vi) sculpserit hec nichlav +hvc currentes lavdent p(er) sc(v)la gentes . L’ensemble est encadré d’une quadruple archivolte nue de marbre rose ornée de tores tressés et torsadés. Ces derniers retombent sur de fines colonnettes d’ébrasements entre lesquelles s’intercalent des bandeaux verticaux ornés de motifs zoomorphiques et végétaux et de figures en pied porteuses de phylactères. Sur les deux bandeaux externes se retrouvent Daniel (à gauche) et Ézéchiel (à droite) alors que deux figures s’étagent sur chacun des ébrasements internes : à gauche, Jérémie et Gabriel et à droite, la Vierge de l’ Annonciation et Isaïe. Les deux jambages de la porte sont coiffés de chapiteaux corinthiens dont les palmes accueillent des atlantes sur les faces internes. En avant de ce portail est projeté un portique composé d’une canopée reposant sur deux couples de colonnes portés par deux lions et deux atlantes. Aux écoinçons de la canopée ont été intégrés les deux saints Jean et l’ Agnus Dei à la clef de l’arc.

Ferrare, cathédrale San Giorgio, façade occidentale, portail central, saint Georges, cycle de l’Enfance
(cliché M.B., CC BY-SA 4.0, 2009)

Sur le linteau se succèdent donc, de gauche à droite, la Visitation , la Nativité , l’ Annonce aux Bergers, l’ Adoration des Mages , la Présentation au Temple , la Fuite en Égypte et le Baptême du Christ , cycle auquel s’ajoute l’ Annonciation composée par la Vierge et Gabriel aux ébrasements. L’ Adoration des Mages constitue la scène centrale du linteau, abritée sous une double arcature. La Vierge, voilée et nimbée, trône de trois quarts et désigne l’Enfant de sa main droite. En cela, elle est une adaptation sculptée du modèle romain et constantinopolitain de la Vierge Hodigitria. Elle est cependant hissée au sommet d’un imposant trône à dossier convexe, semblable à une cathèdre épiscopale. Au-dessus d’elle brille une étoile végétale. Les Mages se présentent devant elle, revêtus de leurs attributs royaux et portant leurs offrandes. Le premier a franchi la colonne centrale pour venir s’agenouiller devant l’Enfant alors que les deux autres restent inscrits sous le second arc, respectant ainsi, avec quelques arrangements, la composition présente à Nonantola, Piacenza et San Zeno de Vérone.

La succession des scènes du linteau est rythmée par de petits motifs décoratifs logés dans les écoinçons de l’arcature. Nous reconnaissons deux anges messagers (l’un au-dessus de l’ Annonce aux Bergers , l’autre au-dessus de la Fuite en Égypte ) alors que trois édicules circulaires crénelés figurent Jérusalem et Bethléem au-dessus de la Nativité , de l’ Adoration des Mages et de la Présentation au Temple.

L’ Adoration des Mages apparaît donc comme la finalité du mystère de l’Incarnation qu’exalte l’ensemble du portail. Cependant, il faut également remarquer la connexion directe entre l’offrande des trois Rois et la lutte du saint sauroctone, toutes deux placées sur l’axe central de la porte. L’offrande des Mages est donc tout autant adressée au Christ qu’au saint patron de la cité et, la Vierge-Église du linteau, se rapporte plus à l’église de Ferrare et à son pouvoir épiscopal qu’à l’ Ecclesia Universalis. À travers l’exaltation de la virginité, c’est donc la pureté de l’église de Ferrare qui est revendiquée : c’est un élément primordial pour comprendre la portée de l’épisode sur ce portail.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • AGNELLI Giuseppe, Ferrara : porte di chiese, di palazzi, di case, Bergamo , Istituto Italiano d’Arti Grafiche , 1909, p. 13-35.
  • BORNSTEIN Christine Verzár, « Matilda of Canossa , Papal Rome and the Earliest Italian Porch Portals », dans Romanico padano, romanico europeo, A. C. Quintavalle (Dir .), Convegno internazionale di studi, Modena, Parma, 26 ottobre-10 novembre 1977, Parma, Università degli studi di Parma, 1982, p. 143-158.
  • BORNSTEIN Christine Verzár, « Nicholaus’s sculptures in context », dans, Nicholaus e l’arte del suo tempo, S. M. Romani (Dir.), Atti del Seminario Internazionale di Studi, Ferrara, 21-24 sett. 1981, Ferrara, Corbo, 1985, vol. 1, p. 331-373.
  • BORNSTEIN Christine Verzár, Portals and Politics in the Early Italian City-State : the Sculpture of Nicholaus in Context, Parma, Istituto di storia dell’arte, Universita di Parma, 1988, part. p. 92-120.
  • BOSCOLO MARCHI Marta, La cattedrale di Ferrara in età medievale. Fasi costruttive e questioni iconografiche, Roma, “L’ERMA” di Bretschneider, 2016.
  • GANDOLFO Francesco, « Il protiro romanico : nuove prospettive di interpretazione », Arte medievale, 2, 1984 (1985), p. 67-76.
  • GLASS Dorothy F. « Civic Pride and Civic Responsability in Italia Romanesque Sculpture », Le vie del medioevo, A. C. Quintavalle (Dir.), Atti del Convegno internazionale di studi, Parma, 28 settembre-1 ottobre 1998, Centro Studi Medievali, Università degli Studi di Parma, Milano Electra, coll. « I convegni di Parma, 1 », 2000, p. 183-192.
  • JULLIAN René, L’éveil de la sculpture italienne : la sculpture romane dans l’Italie du Nord, Paris, Van Oest, édition d’art et d’histoire, 1945, vol. 1, p. 114-121.
  • KRAUTHEIMER-HESS Trude, « The Original Porta dei Mesi at Ferrara and the Art of Niccolo », A.B., 26 (3), 1944, p. 152-174.
  • La Cattedrale di Ferrara, Atti del onvegno nazionale di studi storici, 11-13 magio 1979, Ferrara, Belriguardo, 1982.
  • LUSANNA Enrica Neri, « Nicholaus a Ferrara », dans Nicholaus e l’arte del suo tempo, S. M. Romani (Dir.), Atti del Seminario Internazionale di Studi, Ferrara, 21-24 sett. 1981, Deputazione provinciale ferrarese di storia patria, Ferrara, corbo, 1985, 3 vol., vol 2, p. 407-441.
  • QUINTAVALLE Arturo Carlo, « Le origini di Nicolò e la Riforma Gregoriana », Storia dell’arte, 50-52, 1984, p. 95-118.
  • QUINTAVALLE Arturo Carlo, « Nicholaus, la chevalerie e l’idea di crociata », dans Medioevo mediterraneo : l’Occidente, Bisanzio e l’Islam, A. C. Quintavalle (Dir.) , Atti del convegno internazionale di Studi, Parma, 21-25 settembre 2004, Milano, Electa, coll. « I convegni di Parma, 7 », 2007, p. 546-568.
  • ROBB David M., « Niccolò : A North Italian Sculptor of the Twelfth Century » , A.B., 12 (4), 1930, p. 374-420.
  • ZANICHELLI Giuseppa Z., « Iconologia di Niccolò a Ferrara », dans Nicholaus e l’arte del suo tempo, S. M. Romani (Dir.), Atti del Seminario Internazionale di Studi, Ferrara, 21-24 sett. 1981, Deputazione provinciale ferrarese di storia patria, Ferrara, corbo, 1985, 3 vol., vol 2, p. 561-605.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (21 avril 2022). Ferrara, cathédrale San-Giorgio. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogm2


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search