Ferentillo, église San Pietro in Valle

Ferentillo (Umbria, Terni)

Édifice : église San Pietro in Valle


Ferentillo, église San Pietro in Valle (plan dans G. TAMANTI, 2003, p. 33)
  • Médium : fresque.
  • Support : mur.
  • Situation dans l’édifice : nef, mur sud, registre médian, sous la quatrième et la cinquième fenêtre en partant de l’est.
  • Cycle des Mages : Apparition de l’étoile , Adoration des Mages , Retour des Mages.
  • Contexte de l’édifice : abbatiale bénédictine.
  • Datation : 1190-1200.
  • Intégration dans le programme iconographique : mur sud , registre supérieur (d’est en ouest) : prophètes Samuel et Daniel ? Maiestas Domini (disparue) et adoration angélique (…an…ts sancts domin devs sabaoht xl ; erraeo… potesta… ; dominn devs sabaoht…en…), prophètes (…G…M) ; second registre (d’est en ouest) : Annonce aux Bergers , Mages apercevant l’étoile , Adoration des Mages (rumtivs mirra mvnera xpo) , Retour des Mages (magi videnti…nm gavisi svnt reversi svnt in svam rege…hen) , Massacre des Innocents (erodes pvros pro…nomine macta t …) , Baptême du Christ (… o…esta…renatvm …) , Noces de Cana (+annvaris celebr…nam et convivia paschae cv discipvlis svi …) , troisième registre (d’est en ouest) : Bon pasteur ?, scène disparue, Multiplication des pains , Vierge à l’Enfant entourée de Pierre et Paul, Entrée à Jérusalem , La Cène , Lavement des pieds , Portement de Croix ; registre inférieur (en grande partie effacé) : roues, motifs géométriques, figure de moine (+ ego/om…ds …) ; mur nord , registre supérieur (d’ouest en est) : Création du monde (… principio celv et terra fecisse figuram) , Création d’Adam (hadam…sic n …) , Création d’Ève (+sic primogeniti costa…d) , Adam nommant les animaux (… tis…plastvs nomina prvdens ivre di maneant , sic sicvt seper in evvm) , Péché originel (… bis a…vr serpe …) , réprimande divine , Chute ; second registre (d’ouest en est) : Sacrifice de Caïn et Abel , Meurtre de Caïn par Abel , Dieu ordonnant à Noé de construire l’arche (arc …), Construction de l’arche , Déluge , hospitalité d’Abraham (tre…n…cvm ei.. ;t videt co.. ;lavdat et vnvm) , Sacrifice d’Isaac , scène effacée (Isaac et Esaü), la tromperie de Jacob, scène effacée ; registre inférieur (d’ouest en est) : Songe de Joseph ? , Joseph et ses frères , scènes disparues, fragment d’ange.
  • identifiant Wikidata : Q3603244

Description : Le cycle peint de l’abbaye San Pietro in Valle de Ferentillo a fait l’objet d’une importante restauration entre 1990 et 1995 par l’ Istituto Centrale per il Restauro , révélant ainsi l’un des plus amples cycles peints d’Italie. La majorité des peintures ornent les murs de la nef en mettant en opposition le vaste cycle de la Genèse du mur nord au récit christologique du mur sud, comme le faisaient les grands décors des basiliques antiques romaines.

C’est sur ce dernier qu’apparaissent les Mages, au second registre supérieur du mur (qui en compte quatre). Leur histoire est distribuée sur trois tableaux, au centre de la nef, avant l’actuelle porte du cloître. Dans le premier cadre, les Mages aperçoivent l’étoile dans leur pays. Les trois Mages se tiennent debout les uns derrière les autres, vêtus de tuniques courtes couvertes de capes et coiffés de bonnets orientaux. Le premier (le plus âgé) pointe l’étoile de l’index alors que les deux autres accueillent la vision d’un geste de la main. La monstration de l’étoile dans la patrie des Mages est une scène héritée de l’Antiquité et devenue très rare après le X e siècle. Elle ne se retrouve que dans des décors sous influence romaine : à Sant’Urbano alla Caffarella et dans les deux décors peints aujourd’hui détruits de San Lorenzo fuori le Mura et de San Sebastiano al Palatino.

Ferentillo, église San Pietro in Valle, peintures de la nef, mur sud, Adoration des Mages

Vient ensuite l’ Adoration des Mages respectant les codes italo-byzantins élaborés pour les grands décors romains produits sous le pontificat de Jean VII (la mosaïque de l’Oratoire de Jean VII aujourd’hui conservée à Santa Maria in Cosmedin, les fresques du chœur de Santa Maria Antiqua). Les Mages s’approchent de la Vierge à l’Enfant que désigne un ange se substituant à l’étoile pour guider les visiteurs. Ils présentent des offrandes contenues dans de petits récipients rectangulaires en bois comme sur le panneau de mosaïques de Santa Maria in Cosmedin. La Vierge à l’Enfant est quant à elle la reproduction du modèle constantinopolitain de l’ Hodigitria : voilée et nimbée, elle tourne son visage vers le spectateur et désigne l’Enfant de la main (H. Kessler , S. Romano 2003).

Le cycle de l’Épiphanie se conclut par le panneau le plus surprenant : celui du retour. Les Mages sur leurs chevaux (alors que les montures n’apparaissaient pas avant) sont disposés sous trois arcades. Le premier sort de la première alors que le dernier s’engouffre dans la troisième, soulignant ainsi le retour par un autre chemin. Ce procédé singulier se retrouve dans l’art ottonien, par exemple sur l’ivoire conservé au Musée des Beaux-Arts de Lyon (n o d’inv. L 403). Dans cette dernière scène réapparaissent également les lances dont étaient munis les Mages dans l’imagerie impériale (sur l’ivoire de Lyon, dans le Sacramentaire de Drogon , Paris, B.n.F., ms. lat. 9428, fol. 34 v. et sur un plat de reliure en ivoire conservé à la Staadtbibliothek de Francfort, Cod. Ausst. 68). Les mêmes lances apparaissent occasionnellement dans les décors monumentaux : sur les fresques de Saint-Pierre-les-Églises, sur celles de Saint-Martin-de-Fenollar. Plusieurs inscriptions légendent le cycle : sous l’ Adoration des Mages, « rumtivs mirra mvnera xpo » , et sous le Retour des Mages, « magi videnti…nm gavisi svnt reversi svnt in svam rege…hen ».

Ferentillo, église San Pietro in Valle, peintures de la nef, mur sud, Retour des Mages

Le triptyque de l’Épiphanie est flanqué, à gauche de l’ Annonce aux Bergers et à droite du Massacre des Innocents. Plus généralement les Mages s’intègrent aux autres Épiphanies de la vie du Christ, le Baptême et les Noces de Cana qui concluent le registre.

L’histoire de l’Épiphanie paraît marquer une véritable pose dans l’enchaînement des cadres du mur sud et il est possible d’isoler un regroupement iconographique éloquent, fonctionnant transversalement aux quatre registres des fresques. Au-dessus des Mages était peinte une Majestas Domini (aujourd’hui très mutilée), autour de laquelle subsistent encore des anges adorateurs. Cette dernière était légendée d’une inscription rappelant le Sanctus : [s]an[c]t[u]s sanct[u]s domin[us] deus sabaoth xi ; s[an]c[tu]s dominu[s] deus sabaoth [pl]en[a] . Or, le premier mage, en désignant l’étoile dans le premier tableau, pointe également le doigt en direction de la théophanie céleste. Au registre inférieur, trois autres scènes dialoguent avec l’Épiphanie : une image ecclésiale, aujourd’hui difficilement lisible, montrant la Vierge à l’Enfant sans doute entourée de Pierre et de Paul, l’Entrée du Christ à Jérusalem, qui constitue un véritable prolongement à l’ Adoration des Mages , et La Cène complétant le Retour des Mages . L’axe vertical ainsi composé : la théophanie du Christ en gloire, l’ Adoration des Mages et l’ Entrée à Jérusalem , constitue la clef du programme de la paroi : l’Adoration évangélique est la préfiguration canonique de l’Adoration éternelle des anges, à laquelle aspire le rituel quotidien opéré par les clercs. L’Entrée du Christ à Jérusalem préfigure quant à elle cette communion avec le divin en illustrant les noces du Christ avec son Église. De chaque côté de cet axe, les Mages païens dans leur pays retournent convertis (par un autre chemin) et se dirigent vers le Baptême du Christ.

Il faut également relever l’orientation eucharistique claire du programme, affirmée par La Cène et les Noces de Cana. L’offrande des Mages se fait ici offrande eucharistique, exclusivement destinée à Dieu qui se manifeste au registre supérieur. Le Sanctus angélique devient ainsi Sanctus liturgique. Ainsi, le sens processionnel imprimé au triptyque des Mages ponctuait sans aucun doute un mouvement liturgique dans l’édifice. Rappelons que les fresques s’intègrent entre les galeries orientale et occidentale du cloître, adossé au mur méridional de l’Église. Une procession est-ouest et une station devant un éventuel autel placé sous l’Épiphanie pourrait expliquer cette composition singulière, bien qu’aucune trace d’une table sacrificielle n’ait été avérée pour le moment. Dans l’état actuel de nos recherches, cette proposition reste de l’ordre de l’hypothèse.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BORSELLINO Enzo, « Un’isola di cultura ottoniana nel cuore dell’Umbria », Spoletium, 18, 1973, p. 5-16.
  • BORSELLINO Enzo, L’abbazia di S. Pietro in Valle presso Ferentillo, Spoleto, Ed. Dell’Ente Rocca di Spoleto, coll. « Arte e storia nell’antico ducato, 4 », 1974, p. 15-56.
  • KESSLER Herbert, « Il ciclo di San Pietro in Valle : fonti e significato », dans Gli affreschi di san pietro in valle a Ferentillo, G. Tamanti (Dir.), Napoli, Electa Napoli, 2003, p. 77-116.
  • ORAZI Anna Maria, L’Abbazia di Ferentillo : centro politico, religioso, culturale dell’alto Medio Evo, Roma, Bulzoni, 1979 (1 ère éd. Roma, 1978), p. 67-81.
  • PRANDI Adriano, Ombrie romane, trad. N. Vaillant , Saint-Léger-Vauban, Zodique, coll. « La Nuit des temps, 53 », 1980, p. 127-155.
  • ROMANO Serena , « Il ciclo di San Pietro in Valle : Struttura e Stile », dans Gli affreschi di san pietro in valle a Ferentillo, G. Tamanti (Dir.), Napoli, Electa Napoli, 2003, p . 41-76.
  • SCHMARSOW August, «Romanische Wandgemälde der Abteikirche S. Pietro bei Ferentillo », Repertorium für Kunstwissenschaft, 28, 1905, p. 391-405. Tamanti Giulia (Dir.), Gli affreschi di san pietro in valle a Ferentillo , Napoli, Electa Napoli, 2003.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (21 avril 2022). Ferentillo, église San Pietro in Valle. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogm1


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search