Cerrate, Cne de Squinzano, église Santa Maria delle Cerrate

Squinzano (Puglia, Lecce)

Édifice : église Santa Maria delle Cerrate


  • Médium : sculpture.
  • Support : archivolte.
  • Situation dans l’édifice : façade occidentale, portail, archivolte, deux claveaux supérieurs.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : monastère grec.
  • Datation : fin XIIe-déb. XIIIe siècle : fondation du monastère, 1188.
  • Intégration dans le programme iconographique : voussure externe (de gauche à droite) : Vierge de l’ Annonciation , Visitation , Rois mages , Vierge de la Nativité , Bain de l’Enfant , ange de l’ Annonciation .
  • identifiant Wikidata : Q520899

Santa Marie de Cerrate, façade occidentale
(Warburg, 2014, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Description : Le portail occidental de l’église Santa Maria delle Cerrate, située dans la commune de Squinzano, se compose d’une archivolte historiée retombant sur deux colonnes d’ébrasements coiffées de riches chapiteaux corinthiens.

La voussure externe en surplombe deux autres ornées de motifs végétaux, étendues jusque sur les deux jambages de la porte. La voussure externe constituée de six claveaux sculptés en haut-relief est consacrée à l’Enfance. L’agencement des scènes les unes aux autres ne forme pourtant pas un cycle narratif, mais construit une image unique. La Vierge de l’ Annonciation se tient en pied sur le premier claveau de gauche alors que Gabriel lui fait pendant sur celui de droite. Les deux figures mises en dialogue pour évoquer l’ Annonciation constituent ainsi la base du reste du programme. La Visitation est sculptée sur le second voussoir de gauche alors que le Bain de l’Enfant apparaît au même registre, sur la droite. Les deux pièces opposées à la clef de l’arc forment enfin l’ Adoration des Mages.

Santa Marie de Cerrate, archivolte du portail occidental
(Paolo Monti, 1970, CC BY-SA 4.0)

Sur le claveau de gauche, les trois Mages sont réunis en un groupe compact dans la circonférence de l’arc. Ils sont tous trois vêtus d’un costume clérical (longues robes et petites coiffes tronconiques), sans doute une adaptation sculptée de l’ancien modèle italo-byzantin. Deux sont barbus alors que le troisième est imberbe. Le second porte un bourdon de pèlerin dans sa main droite et un objet pourvu d’une anse dans sa main gauche. Ils cheminent vers la Vierge de la Nativité qui occupe le voussoir de droite. Marie est assise sur son lit, recouverte d’un drap alors que l’Enfant apparaît en buste dans la mangeoire. Les deux pièces se réunissent à la clef de l’arc autour d’un bloc très fin sur lequel est sculptée l’étoile.

Santa Maria de Cerrate est un point important sur la route de pèlerinage menant aux reliques de saint Nicolas conservées dans la Basilique de Bari et vers son port d’embarquement pour la Terre Sainte. Cette citation spécifique explique sans doute l’insistance sur l’iconographie des Mages pèlerins (cf. cathédrale de Bitonto, et San Leonardo de Siponto).

Santa Marie de Cerrate, archivolte du portail occidental, détail
(Pivari, 2008, CC BY-SA 3.0)

Il faut également remarquer l’adaptation de l’épisode à un modèle grec : les Mages ne sont pas rois, mais apparaissent comme des clercs orientaux et ils ne se présentent pas devant une Vierge à l’Enfant mais devant la Vierge de la Nativité (détail que nous retrouvons sur les fresques de San Vito dei Normanni de la Grotta di Biagio.

Rappelons par ailleurs que l’église est intégrée à un monastère grec fondé en 1188 (d’après les relevés épigraphiques de D. Kemper, 1992). Ce décor est donc représentatif d’un art des Pouilles soumis à une forte influence hellénique.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BELLI D’ELIA Pina, Pouilles romanes, trad. V. Norbert , Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La nuit des temps, 68 », 1987, p. 468-469.
  • BELLI D’ELIA Pina, Puglia romanica, Milano, Jaca Book, coll. « Patrimonio Artistico Italiano », 2003, p. 304-305.
  • BELLI D’ELIA Pina, La Puglia, Milano, Jaca Book, coll. « Italia romanica, 8 », 1987, p. 468-469.
  • BERTAUX Émile, L’art dans l’Italie méridionale de la fin de L’Empire romain à la conquête de Charles d’Anjou 1. L’Italie méridionale, Paris, Fontemoing, 1904 (rééd. Paris, 1968), p. 659-663, fig 310.
  • CALÒ MARIANI Maria Stella, « La Scultura in Puglia durante l’età sveva e proto-angioina », dans La Puglia fra Bisanzio e l’Occidente, P. Belli d’Elia (Dir.), Milano, Electa, 1980, p. 254-316.
  • FRANCOVICH Geza de, « La corrente comasca nella scultura romanica II », Rivista dell’Istituto della Storia d’Arte e Archeologia, 9 , 1937, p. 46-129 (part. p. 88, fig. 4).
  • GIOIA Bertelli, « Arte bizantina nel Salento architettura e scultura (secc. IX-XIII) », dans Ad ovest di Bisanzio : il Salento medioevale, B. Vetere (Dir.), Atti del Seminario Internazionale di Studio, Martano 29-30 aprile 1988, Galatina, Congedo, 1990, p. 235-237.
  • MARELLA Giuseppe, « Il portale maggiore della cattedrale di Bitonto : immagini medievali tra salvezza e pellegrinaggi », Studi bitontini, 83-84, 2007 (2008), p. 27-47.
  • MARELLA Giuseppe, « Pellegrinaggio in Terrasanta nelle sculture pugliesi medievali », dans Pellegrinaggio e “Kulturtransfer” nel Medioevo europeo, H. Houben, B. Vetere (Éds.), Atti del 1° seminario di studio dei dottorati di ricerca di ambito medievistico delle Università di Lecce e di Erlangen, Lecce, 2-3 maggio 2003, Galatina, Congedo, coll. « Pubblicazioni del dottorato in storia dei centri, delle vie e delle culture dei pellegrinaggi nel medioevo euromediterraneo, 2 », 2006, p. 25-43.
  • MIGNOZZI Marcello, « I Magi e le profezie messianiche : messaggi scultorei “riformati” per i viatores medievali », Studi bitontini, 88, 2009 (2010), p. 17-33.
  • MOLA Stefania , « L’iconografia della salvezza sulle strade dei pellegrini », dans Fra Roma e Gerusalemme nel Medioevo : Paesaggi umani ed ambientali del pellegrinaggio meridionale, M. Oldoni (Dir.), Salermo, Laveglia , coll. « Schola Salernitana, Studi e testi, 11 » , 2005, vol. 2 , p. 489-527.
  • PEPE Adriana Maria, « La cultura architettonica fra età normana e aragonese », dans Staria di Lecce. Dai Bizantini agli Aragonesi, B. Vetere (Dir.), Roma-Bari, Laterza, coll. « Storia e società » , 1993, p. 617-660.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (21 avril 2022). Cerrate, Cne de Squinzano, église Santa Maria delle Cerrate. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oglz


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search