Calvenzano, église Santa Maria Assunta

Calvenzano, Cne de Vizzolo Predabissi, (Lombardia, Milano)

Édifice : église Santa Maria Assunta


Calvenzano, église Santa Maria Assunta (plan V. PREDABISSI dans L.GATTI PERER, 1967, p.229)
  • Médium : sculpture.
  • Support : archivolte.
  • Situation dans l’édifice : façade sud, portail, archivolte.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : Église clunisienne du diocèse de Milan depuis 1093, prieurale depuis 1144.
  • Datation : 1160-1180.
  • Intégration dans le programme iconographique : archivolte (de droite à gauche) : Annonciation , Visitation , premier Songe de Joseph , Nativité , Annonce aux Bergers , Adoration des Mages , Fuite en Égypte , Massacre des Innocents , Hérode dans un bain d’huile ou suicide d’Hérode ? ébrasements : bœuf (à gauche), lion (à droite).
  • identifiant Wikidata : Q63889315

Calvenzano, église Santa Maria Assunta, façade occidentale
(Arbalete, 2011, CC BY-SA 3.0)

Description : L’église Santa Maria Assunta de Calvenzano, située dans la commune de Vizzolo Predabissi, est dans son élévation, le fruit de nombreux remaniements opérés aux XV e et XVI e siècles. La partie sud-orientale de l’édifice, l’abside méridionale et le campanile dans sa majeure partie datent de la fin du XVI e siècle. La façade occidentale (en réalité sud-ouest, l’édifice étant presque orienté nord-sud) a également subi de nombreuses transformations. Plusieurs arcades ont été murées et les fenêtres de la partie haute sont modernes. Cependant, le plan actuel respecte celui de l’église romane édifiée après la transformation de l’édifice en prieuré en 1144. Les premières restaurations intervinrent en 1964 puis entre 1993-1999 parallèlement à une campagne de fouilles menée entre 1994-1996 en vu de retrouver les différentes étapes d’édification.

Calvenzano, église Santa Maria Assunta, façade occidentale
cliché d’après M. L. GATTI PERER, 1967)

L’archivolte surmontant l’entrée principale de l’église accueille, sur sa voussure externe, un cycle étendu de l’Enfance, un tore intermédiaire à rinceaux tressés et une voussure interne composée de rinceaux habités vomis, à gauche, par une gueule de dragon et à droite, par un masque humain. Les deux extrémités de l’archivolte reposent sur deux consoles d’ébrasement ornées, à gauche d’un bœuf et à droite d’un lion.

Sur la voussure externe se succèdent, de droite à gauche, l’ Annonciation , le premier Songe de Joseph , la Nativité (dans deux cadres distincts), l’ Annonce aux Bergers sur un large segment, l’ Adoration des Mages, la Fuite en Égypte , une évocation minimale du Massacre des Innocents (un soldat devant Hérode en trône égorge un nourrisson) et enfin, la scène extrêmement rare d’Hérode prenant ses bains d’huiles médicinales (O. Piccolo , 2001 identifie ici le suicide du roi), dont un autre exemple sculpté se retrouve, en France, au portail sud de la cathédrale d’Amiens. Ces épisodes sont sculptés dans la circonférence de l’arc. Il faut ici, comme souvent, remarquer une totale opposition entre l’ordre chronologique du récit (de droite à gauche) et la dynamique inverse (de gauche à droite) imprimée par certaines scènes comme la Fuite en Égypte, l’ Adoration des Mages et l’ Annonce aux Bergers.

Calvenzano, église Santa Maria Assunta, façade occidentale, détail de l’archivolte, Adoration des Mages
cliché d’après M. L. GATTI PERER, 1967)

Dans le cadre consacré à l’Épiphanie, les trois Rois cheminent en direction de la Vierge à l’Enfant en portant leurs offrandes dans leurs mains voilées. Tous trois sont couronnés et de physionomies similaires mais portent des vêtements différents. Le premier s’agenouille sous l’étoile, figurée ici par un disque nu au sein duquel l’astre était sans doute peint. La Vierge à l’Enfant trône de profil sous une arcature. Elle est voilée et nimbée et désigne l’Enfant de sa main gauche. Elle est ici semblable aux Vierges Hodigitria issues du modèle constantinopolitain, retravaillé dans la peinture romaine et diffusé dans l’art roman médio-padouan. Un espace vide est aménagé dans la seconde arcade, derrière celle de la Vierge. Cet espace vide ne semble avoir d’autre logique que d’encadrer la colonne unique retombant en son centre. Ce détail paraît être d’une grande importance puisqu’il constitue le dernier volet d’un triptyque de l’Adoration. Les Mages s’avancent vers cet espace vide, espace symbolique de leur salut dont la Vierge sert de porte. La colonne isolée, quant à elle, pourrait être le symbole précoce de l’Incarnation (qui connaît la fortune que l’on sait dans la peinture gothique plus tardive). De plus, rappelons que Raban Maur exposait déjà ce symbolisme dans ses Allegoriae in Sacram scripturam : « columna est divinitas Christi ».

On sait que l’église fut élevée après 1144. Olga Piccolo, sur une base stylistique et en remarquant l’insertion d’un certain naturalisme dans quelques scènes (notamment dans l’ Annonce aux Bergers ), propose de situer l’exécution des reliefs entre 1160 et 1180. C’est la datation que nous retenons.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • FRANCOVICH Geza de, « La corrente comasca nella scultura romanica I », Rivista dell’Istituto della Storia d’Arte e Archeologia, 8 , 1936, p. 267-305 (part. p. 283 et 291).
  • FRANCOVICH Geza de, « La corrente comasca nella scultura romanica II », Rivista dell’Istituto della Storia d’Arte e Archeologia, 9 , 1937, p. 46-129.
  • GATTI PERER Maria Luisia, Studi e ricerche nel territorio della provincia di Milano, Milano, Rete, coll. « Monografie di arte lombarda. 1. Monumenti, 2 », 1967, p. 231, fig. 317-318.
  • MERATI A., « La basilica di Calvenzano », La Diocesi di Milano, 3 (10), 1963, p. 485-489.
  • PICCOLO Olga « L’archivolto scolpito della chiesa cluniacense di S. Maria di Calvenzano », Archivio storico lodigiano, 119, 2001, p. 117-175.
  • PIVA Paolo, Le chiese cluniacensi : architettura monastica nell’Italia del Nord, Milano, Skira, 1998.
  • PORTER A. Kingsley, « The Rise of Romanesque Sculpture », American Journal of Archaeology, 22 (4), Oct.-Dec., 1918, p. 399-427 (part. P. 408).
  • PORTER Arthur Kingsley, Lombard Architecture, New Haven, Yale University Press, 1915-17, 3 vol. (rééd. New York, 1967), vol. 2, p 231.
  • VIZZOLO Predabissi, « Santa Maria Assunta di Calvenzano » dans, Studi e ricerche nel territorio della provincia di Milano, M. L. Gatti Perer (Dir.), Milano, La Rete, coll. « Monografie di “Arte Lombarda” : I maestri, 2 » , 1967, p. 229-236.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (21 avril 2022). Calvenzano, église Santa Maria Assunta. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oglx


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search