Bolsena, église Santa Cristina

Bolsena (Lazio, Viterbo)

Édifice : église Santa Cristina


  • Édifice d’origine : Bolsena, église Santa Cristina, basilique souterraine (Grotta di santa Cristina), à l’origine, à l’entrée de l’oratoire.
  • Médium : sculpture.
  • Support : linteau.
  • Situation dans l’édifice : basilique supérieure, bas-côté gauche, linteau du portail de la comtesse Mathilde de Canossa (depuis 1697) ouvrant sur la cappella del Miracolo.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Datation : 2nde moitié du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : Adoration des Mages , Songe de Joseph , Agnus Dei , procession de saintes ? figure couronnée en trône (Santa Cristina ? Mathilde de Canossa ?) saint Urbain (?).
  • identifiant Wikidata : Q28229056

Bolsena, linteau de la porta de la Contessa Matilda
(cliché A. TOTI, 2005, Soprintendenza di Roma)

Description : La porta de la Contessa Matilda ouvrant désormais sur la cappella del Miracolo est le fruit d’une recomposition moderne d’éléments romans. Le linteau y a été déplacé en 1697, mais ornait auparavant le portail aujourd’hui détruit de la grotta di Santa Cirtina dans l’église souterraine.

Le décor du linteau est composé symétriquement autour d’un clipeus accueillant l’agneau mystique. À droite, la Vierge à l’Enfant, voilée et couronnée, est assise sur un trône curule. Elle tient dans sa main droite un petit rinceau végétal trilobé. Derrière le trône, l’ange apparaît à Joseph pour l’avertir de fuir en Égypte. Dans la partie gauche, l’interprétation des personnages pose problème. Une figure féminine couronnée (la même couronne que les Mages) présente ostensiblement un vase clos (elle se tient le poignet droit de sa main gauche) et devant elle, un personnage indéterminé désigne l’Agneau inscrit dans son médaillon. Derrière le trône, trois figures féminines voilées présentent au spectateur la paume de leurs mains.

Plusieurs interprétations sont possibles pour ce groupe de personnages. La plupart des auteurs reconnaissent dans la figure en trône la comtesse Mathilde elle-même, offrant à l’agneau les reliques de sainte Christine. Les personnages la devançant seraient ainsi Grégoire VIII, pour son rôle dans la translation des reliques dans le sanctuaire (S. Piazza, 2007, 2006, p. 43-46) et les trois femmes formeraient une procession de saintes martyres. La seconde interprétation voudrait reconnaître sainte Christine, couronnée et trônant, offrant le sang des martyres à l’agneau (C. Ricci , 1928, p. 161 ; M. Moscini , 1995, p. 218 ). La première interprétation est séduisante d’autant qu’il paraît fort probable que Mathilde soit présentée comme une réplique de la Vierge en trône, caractéristique de l’adaptation de l’iconographie mariale dans l’imagerie de la future sainte. Ce linteau serait ainsi venu honorer la généreuse donatrice à l’initiative de l’élargissement et de la décoration du sanctuaire. Cependant, la couronne que porte la figure et sa relation avec l’ Agnus Dei paraît plus cohérente avec une figuration de sainte martyre. C’est par exemple l’iconographie que nous retrouvons sur le portique élevé au XII e siècle en avant de l’église antique de Sainte Prassède, présentant dans deux médaillons de l’architrave disposés de part et d’autre de l’ Agnus Dei , les bustes de Prassède et de Pudentienne, portant le sang de leur martyre dans un vase. Quoi qu’il en soit, il s’agit bien ici du modèle processionnel des premiers saints antiques que nous retrouvons sur ce linteau, auquel est associé celui des Mages comme sur les premiers décors chrétiens, par exemple sur les mosaïques de Sant Apollinare Nuovo de Ravenne. Comme dans ce dernier décor, les Mages donnent à l’acte d’offrande de l’Église historique une valeur canonique universelle.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • CARLETTI Carlo, FIOCCHI NICOLAI Vincezo, La catacomba du S. Cristina a Bolsena, Città del Vaticano, Pontificia commissione di archeologia sacra, coll. « Catacombe di Roma e d’Italia, 2 », 1989.
  • MOSCINI Marcello, Basilica di Santa Cristina, Bolsena, Viterbo, Betagamma Editrice coll. « Chiese e monumenti e città, 2 », 1995.
  • MOSCINI Marcello, Cristina di Bolsena : culto e iconografia, Viterbo, Agnesotti, 1986, p. 218.
  • PARLATO Enrico, ROMANO Serena, Roma e il Lazio, Milano Jaca Book, coll. « Italia romanica , 13 », 1992 p. 446-447.
  • PIAZZA Simone, « Peinture Rupestre dans le Latium à l’époque de la réforme grégorienne. La “Grotta di Santa Christina” à Bolsena et autre lieux plus ou moins connus », dans Roma e la Riforma gregoriana : tradizioni e innovazioni artistiche (XI-XII secolo), S. Romano J. Enckell (Dirs.), Atti del Convegno, Lausanne 10-11 dic. 2004, Roma, Viella, coll. « Études lausannoises d’histoire de l’art, 5 », 2007, p. 381-410 (part. p. 386-388) .
  • PIAZZA Simone, Pittura rupestre medievale, Lazio e Campania settentrionale (secocli VI-XIII), Rome, Bibliothèque de l’École française de Rome, coll. EFR , 370, 2006, p. 43-47, 204-205, 227-230.
  • RICCI Corrado, Santa Cristina e il lago di Bolsena, Milano, Treves, 1928. p. 160-162.
  • STEVENSON Henri, « Das Coemeterium der h. Christina zu Bolsena », Römische Quartalschrift, 2, 1888, p. 327-353.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (21 avril 2022). Bolsena, église Santa Cristina. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oglw


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search