Bitonto, cathédrale Santa Maria Assunta e San Valentino

Bitonto, (Puglia, Bari)

Édifice : cathédrale Santa Maria Assunta e San Valentino

 


Bitonto, cathédrale Santa Maria Assunta e San Valentino, (plan dans P. BELLI D’ELLA, 1987, p. 225)
  • Médium : sculpture.
  • Support : linteau.
  • Situation dans l’édifice : façade occidentale, portail, linteau.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : cathédrale.
  • Datation : fin XIIe-déb. XIIIe siècle.
  • Intégration dans le programme iconographique : portail occidental , tympan : Anastasis ; linteau : Annonciation , Visitation , Adoration des Mages , Présentation au Temple ; colonnes d’ébrasements : lions stylophores (à la base), griffons dévorant des béliers (au sommet) ; archivoltes et jambages : rinceaux habités et aigle au sommet de l’archivolte externe.
  • identifiant Wikidata : Q753363

Bitonto, cathédrale Santa Maria Assunta vue de la façade occidentale
(Angelo Acquaviva, 2011, CC BY 3.0, via Wikimedia Commons)

Description : La cathédrale de Bitonto fait partie d’un groupe d’édifices, proches de la basilique de Bari, accordant une place importante à l’Adoration des Mages dans leurs programmes sculptés (église San Leonardo de Siponto, et l’église Santa Maria de Cerrate.

Le portail de Bitonto construit un programme très cohérent autour de l’ Anastasis du tympan. Sur ce dernier, le Christ au centre de la composition, portant une croix à double traverse conforme à la formule byzantine de la Descente aux Limbes, tient par la main Adam suivi d’Ève et d’un troisième personnage imberbe qui pourrait être Seth ou Abel. Devant lui, David (muni de la harpe), Jean Baptiste (?) et Salomon l’attendent.

Bitonto, cathédrale Santa Maria Assunta e San Valentino, portail occidental
(Berthold Werner, 2016, CC BY-SA 3.0)

Sur le linteau se succèdent quatre scènes de l’Enfance : l’ Annonciation ( gabrihel angelus annovntiatio ), la Visitation ( s(an)c(t)a maria helisabeth ), l ’ Adoration des Mages ( rex gaspar, rex baltatar , rex melcion, xps, s(ancta) maria ), et la Présentation au Temple ( matero (..) ibad ad templum, templum do(minus) est, s(an)c(tu)s simeon (..)tvs ). L’ Adoration des Mages constitue le centre du linteau. Les trois Rois, couronnés et vêtus de longs manteaux, s’approchent de la Vierge à l’Enfant, couronnée et trônant de profil. Entre la Vierge et le premier mage brille l’étoile à huit branches. Le troisième mage pointe l’astre de l’index alors que les deux premiers accueillent la vision épiphanique, la paume de la main grande ouverte (les offrandes sont mutilées).

Bitonto, cathédrale Santa Maria Assunta e San Valentino, portail occidental
(Mattana, 2013, CC BY-SA 4.0)

La cathédrale de Bitonto, tout comme les églises de Cerrate et de Siponto, est un important édifice de pèlerinages. En effet, tous trois sont proches de la basilique San Nicola de Bari, accueillant une importante masse de pèlerins venus se recueillir sur les reliques de saint Nicolas de Myre depuis la fin du XIe siècle. De plus, la cité de Bari constituait le port le plus important des Pouilles pour l’embarquement vers la Terre Sainte. La cathédrale de Bitonto voit donc son programme fortement inscrit dans une vision cathartique du pèlerinage dans laquelle s’inscrivent les Rois mages. En effet, les trois Rois véhiculent ici deux vertus importantes : la mortification du voyage et la charité. Ce sont deux valeurs intrinsèques aux personnages mais qui sont plus facilement décelables sur le portail de Bitonto. La catharsis du voyage se voit exprimée par l’abondance de motifs apotropaïques tout autour de la porte : rinceaux habités, griffons dévorant de jeunes béliers, lions stylophores, comme autant d’évocations sculptées de la psychomachie du pèlerin. L’offrande des Mages est, quant à elle, relayée par la Présentation au Temple qui vient préciser la vraie finalité du don à Dieu : le don à l’Église pour le bon fonctionnement de l’office. Enfin, le Christ du tympan descendant aux Limbes pour en ramener les justes de l’Ancien Testament, exactement en surplomb de l’Adoration, vient affirmer la portée sotériologique du voyage, de l’Adoration et de l’offrande des Mages.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BELLI D’ELIA Pina, La Puglia, Milano, Jaca Book, coll. « Italia romanica, 8 », 1987, p. 224-265.
  • BELLI D’ELIA Pina, Pouilles romanes, trad. V. Norbert, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La nuit des temps, 68 », 1987, p. 159-160, 256.
  • BELLI D’ELIA Pina, Puglia romanica, Milano, Jaca Book, coll. « Patrimonio Artistico Italiano », 2003, p. 155-160.
  • BERTAUX Émile, L’art dans l’Italie méridionale de la fin de L’Empire romain à la conquête de Charles d’Anjou 1. L’Italie méridionale, Paris, Fontemoing, 1904 (rééd. 1968), p. 662.
  • CALÒ Mariani, « La Puglia e l’Europa nel XII secolo », dans Medioevo : arte lombarda, A. C. Quintavall (Dir.), Atti del Convegno internazionale di Studi, Parma, 26-29 settembre 2001, Milano, 2003, p. 574-592.
  • CASTELLANO Antonio, Bitonto, chiese battesimali e cattedrale : antiche e nuove testimonianze, Bitonto, Raffaello, 1993.
  • CASTELLANO Antonio, Storia di Bitonto narrate e illustrata, vol. 2, Bizantini, normanni e svevi (Dall’XI al XIII secolo), Bitonto, Raffaello, 1995, p. 209-270.
  • MARELLA Giuseppe, « Il portale maggiore della cattedrale di Bitonto : immagini medievali tra salvezza e pellegrinaggi », Studi bitontini, 83-84, 2007 (2008), p. 27-47.
  • MIGNOZZI Marcello, « I Magi e le profezie messianiche : messaggi scultorei “riformati” per i viatores medievali », Studi bitontini, 88, 2009 (2010), p. 17-33.
  • MILILLO Stefano, La chiesa e le chiese di Bitonto, Bitonto , Centro di ricerche di storia e arte , 2001.
  • MOLA Stefania, « L’iconografia della salvezza sulle strade dei pellegrini », dans Fra Roma e Gerusalemme nel Medioevo : Paesaggi umani ed ambientali del pellegrinaggio meridionale, M. Oldoni (Dir.), coll. « Schola Salernitana, Studi e testi, 11 », Salermo, vol. 2 , p. 489-527.
  • MOLLA Stefania, CASSANO Raffaella, PASCULLI FERRARA Mimma, « La cattedrale di Bitonto », dans Cattedrali di Puglia. Una storia lunga duemila anni, C. D. Fonseca (Dir.), Bari, M. Adda, 2001, p. 154-151.
  • MONGIELLO Giovanni, La cattedrale di Bitonto, Caserta, Stabilimento tipografico Ernesto Farina, 1952, p. 35-39.
  • PASQUALE Margherita, « La cattedrale di Bitonto : note di iconologia romanica », Studi bitontini, 89, 2010, p. 5-22.
  • PORTER Arthur Kingsley, Romanesque Sculpture of the Pilgrimage Roads, Boston, Marshall Jones Company, 1923, p. 232-233.
  • WILLEMSEN Carl Arnold, Apulien: Land der Normannen : Land der Staufer, Leipzig, Insel, 1944, p. 38-45, pl. 179, 180, 189.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (21 avril 2022). Bitonto, cathédrale Santa Maria Assunta e San Valentino. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oglv


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search