Huesca, cloître de San Pedro el Viejo de Huesca

Huesca (Aragón, Huesca)

Édifice d’origine : église San Pedro el Viejo de Huesca


  • Médium : sculpture.
  • Support : tympan
  • Situation dans l’édifice : portail de la façade sud, porte du cloître.
  • Scènes : Adoration des Mages
  • Contexte de l’édifice : monastère bénédictin.
  • Datation : 1117-1158, attribué au Maître du Sarcophage de Doña Sancha au début du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : portail sud : Adoration des Mages (partie inférieure), chrisme (partie supérieure).
  • identifiant Wikidata : Q2750400
  • Bien de Interés Cultural : RI-51-0000049

Huesca, San Pedro el Viejo, portail du cloître
(Zarateman, 2019, CC0, via Wikimedia Commons)

Description : La porte méridionale de l’église San Pedro el Viejo de Huesca, donnant actuellement sur le cloître, est plus ancienne que le cloître lui-même et date de l’édification de l’église romane entre 1117 et 1158, en remplacement de l’église mozarabe du XIe siècle. Le portail dans son ensemble est d’une grande sobriété. Trois archivoltes quadrangulaires nues retombent sur quatre colonnes nues et deux piédroits à impostes également dénués de décor. Les archivoltes encadrent une lunette composée sur deux niveaux. Au registre supérieur, deux anges supportent un chrisme, flanqué de l’Alpha et de l’Oméga, inscrit dans un médaillon. Au registre inférieur, sur le linteau intégré au tympan, les trois Mages se présentent face à la Vierge à l’Enfant. Cette dernière trône de profil sur un imposant siège curule. Le Christ, également de profil, accueille ses visiteurs d’un geste de bénédiction alors que sa main gauche est posée sur un livre présenté sur un petit meuble monté sur deux arcades. Joseph se tient en retrait, exultant devant la scène, en position d’orant.

Huesca, San Pedro el Viejo, portail du cloître
(Zarateman, 2019, CC0, via Wikimedia Commons)

Parmi les trois Mages, seuls deux sont couronnés, alors que le premier est coiffé d’un bonnet conique et porte une longue barbe. Ce dernier s’incline devant le Christ en tournant le visage vers le spectateur, l’invitant à suivre son geste. L’étoile apparaît entre le premier mage et le Christ, sous la forme d’une étoile hérissée inscrite dans un médaillon : placée exactement sous le chrisme du registre supérieur, elle devient un signe christique glorieux.

L’iconographie de ce tympan est inhabituelle. Le rapport prononcé entre l’astre de l’Épiphanie et le chrisme fait de l’étoile des Mages non seulement un symbole ouvertement christique, mais également un signe de victoire. En tenant compte de sa datation, entre la fin du XIe et le début du XIIe siècle, l’iconographie du tympan a pu être influencée par la lutte d’Alphonse Ier contre les musulmans et la libération de la cité après la victoire de son fils Pedro Ier en 1096. Cette Épiphanie pourrait en être la commémoration.

La question de la date du tympan et de l’identité de son auteur reste ouverte. Arthur Kingsley Porter (1924) et Geza de Francovich (1940) reconnaissaient la main d’un probable sculpteur italien actif en Aragón entre la fin du XIe et le début du XIIe siècle. Cette théorie est désormais écartée. David Simon (1981) dresse, quant à lui, un parallèle convaincant entre le tympan et le Sarcophage de Doña Santa de Jaca, vraisemblablement à situer au début du XIIe siècle. La conception du portail serait donc contemporaine de l’édification de la nouvelle église, peu après la libération de Huesca par le roi d’Aragón.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ARCO Ricardo del, « La escultura románica en el claustro de San Pedro el Viejo », Arte aragonés, 8, 1914.
  • BALAGUER SÁNCHEZ Federico, Un monasterio medieval : San Pedro el Viejo (Huesca), Huesca, 1946.
  • CANELLAS LÓPEZ Ángel, SAN VICENTE Ángel, Aragon roman, trad. G. Schecher, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des Temps, 35 », 1971, p. 323-346.
  • ENRÍQUEZ DE SALAMANCA Cayetano, Rutas del románico en la provincia de Huesca, Madrid, Las Rozas, 1987, p. 160-162.
  • FRANCOVICH Geza de, « Wiligelmo da Modena e gli inizii della scultura romanica in Francia e in Spagna », Rivista del Istituto Nazionale d’Archeologia e Storia dell’Arte, 7, 1940, p. 225-294.
  • GAILLARD Georges, Les débuts de la sculpture romane espagnole, Paris, Hartmann, 1938, p. 130-131.
  • GARCÍA CIPRÉS Gregorio, « San Pedro el Viejo, monumento nacional », Linajes de Aragón, 7, 1916, p. 337-372.
  • GARCÍA GUATAS Manuel, Arte románico en el Alto Aragón, Huesca, Instituto de Estudios Altoaragoneses, 1997 (rééd. Huesca, 2006), p. 13-14.
  • PORTER Arthur Kingsley, « Tomb of Doña Sancha and the Romanesque Art of Aragon », Burlington Magazine, 45, 1924, p. 165-179.
  • RICO CAMPS Daniel, « El claustro de San Pedro el Viejo de Huesca : Pascua, Bautismo y Reconquista », Locus Amœnus, 7, 2004, p. 73-97.
  • SERRANO-FATIGATI Enrique, « Esculturas de los siglos XII y XIII : Aragón y Cataluña », Boletín de la Sociedad española de excursiones, 8, 1900, p. 250-263.
  • SIMON David L., « Ateliers romans et style roman », CSMC, 12, 1981, p. 159-160.
  • SIMON David L., « Sarcophage de Doña Sancha à Jaca », CSMC, 10, 1979, p. 107-124.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (3 janvier 2022). Huesca, cloître de San Pedro el Viejo de Huesca. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogkq


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search