Aosta, église Sant’Orso

Aosta (Valle d’Aosta)

Édifice : église Sant’Orso


  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : cloître, galerie nord, chapiteau no 5
  • Cycle des Mages : Mages devant Hérode.
  • Contexte de l’édifice : cloître de la collégiale. Chanoines fidèles à la règle de saint Augustin.
  • Datation : 1132 selon une inscription sur le chapiteau n° 36 ( anno ab incarnatione domini m. c. xxx. iii. In hoc claustro regularis vita incepta est ) ? 1130-1160 ?
  • Intégration dans le programme iconographique : galerie nord , chapiteau 1 (pile nord-ouest) : ours opposés ; chapiteau 2 : Trois Hébreux dans la Fournaise ; chapiteau 3 : Annonciation , David et Salomon (?) ; chapiteau 4 : Nativité ; chapiteau 5 : Mages devant Hérode ; chapiteau 6 : Songe de Joseph et Fuite en Égypte ; chapiteau 7 : végétal ; chapiteau 8 : Martyre de saint Étienne ; chapiteau 9 : Scènes quotidiennes ; chapiteau 10 : rinceaux zoomorphiques ; chapiteau 11 : Harpie ; chapiteau 12 : fable (renard et cigogne) ; chapiteau 13 : Acanthe ; chapiteau 14 : rinceaux zoomorphiques ; chapiteau 15 : (pile nord-est) : végétal.
  • identifiant Wikidata : Q1053707
Aosta, collégiale Sant’Orso (plan dans R. BERTON, 1954)

Description : Dans le cloître de Saint-Ours d’Aoste, les Rois mages sont présents sur l’un des chapiteaux de la galerie nord consacré à l’audience devant Hérode. Chacun des trois rois occupe une face du chapiteau. Tous trois portent le même costume et la même couronne. Hérode occupe quant à lui toute la face sud (côté cloître). Il siège frontalement sur son trône et tient un sceptre à la main. Il est également coiffé de la même couronne que celle des Mages mais aux proportions démesurées, sans doute pour souligner l’orgueil du personnage.

L’ Adoration des Mages est absente du programme bien que ce chapiteau s’intègre dans un cycle de l’Enfance relativement complet (un manque résultant des remaniements est possible). Il est par ailleurs difficile de dégager une lecture claire de l’ensemble des chapiteaux de la galerie en raison des importantes modifications non documentés qu’a connu l’édifice au cours des siècles (au XIV e et au XVIII e siècle). Il est cependant possible de distinguer une certaine cohérence du programme, au moins sur les six premiers chapiteaux.

Immédiatement après la pile nord-ouest coiffée d’ours opposés, le premier chapiteau historié décrit l’histoire des Hébreux dans la fournaise en présence de Nabuchodonosor (chapiteau n°2). Viennent ensuite différentes scènes de l’Enfance. L’ Annonciation occupe le chapiteau n° 3 accompagnée de deux personnages couronnés. Le premier, jouant d’un instrument à cordes est habituellement identifié comme David, alors que plusieurs auteurs ont reconnu Joseph dans le second (S. Barberi, 1988). Il est pourtant préférable de reconnaître un autre roi vétérotestamentaire, peut-être Salomon (J. Wirth, 2008) . Par ailleurs, la réflexion sur la lignée royale de Juda sur la base de la généalogie de Christ par Matthieu (Mt 1) reste très présente sur ces premiers chapiteaux, en accord avec les paroles de Gabriel à Marie (Lc 1, 32). Vient ensuite la Nativité , en présence de Joseph et d’une sage-femme. Le Christ enfant, couronné et emmailloté, est isolé sur une autre face du chapiteau, littéralement exposé sur la mangeoire traitée comme un tombeau ou un autel. Ce dernier détail laisse peu de doute quant à la valeur eucharistique prononcée de l’épisode. Enfin, suite au chapiteau consacré aux Mages devant Hérode, la sainte famille fuit en Égypte après que Joseph ait été averti en Songe. À ces chapiteaux, il faudrait ajouter ceux du Péché originel et celui de l’ Annonce aux Bergers , aujourd’hui conservés au Musée de Turin et qui s’intégraient sans doute dans cette partie de la galerie.

Notons en tout premier lieu la dimension royale prononcée de l’ensemble des épisodes figurés ici, montrant, à chaque étape du récit, Jésus et Marie couronnés. À cela, ajoutons la présence des rois vétérotestamentaires, témoignant, par leur présence lors de l’Annonce à Marie, de la naissance prochaine de l’héritier de David.

C’est dans ce contexte qu’interviennent les trois rois : ils se détournent d’Hérode, véritable incarnation de la Superbia , tout comme l’avaient fait avant eux les trois Hébreux devant Nabuchodonosor (Dn 3). Les deux chapiteaux sont par ailleurs construits sur le même modèle : le mauvais souverain est isolé sur une seule face et apparaît ouvertement déprécié (alors qu’Hérode porte une couronne immense, Nabuchodonosor est vêtu d’un vêtement de plume préfigurant sa métamorphose en bête (les mauvais fils de Jacob portent le même vêtement dans la galerie ouest). Notons que si le rapprochement entre les Hébreux et les Mages est courant dans l’iconographie tardo-antique, elle est extrêmement rare dans l’imagerie médiévale.

Ainsi, l’orientation première du cycle de l’Enfance est l’exaltation de la royauté du Christ, passant entre autres par la dépréciation de tout autre pouvoir séculier. La généalogie du Christ et les prophéties royales relatives à sa naissance sont par ailleurs développées dans le cycle de Jacob de la galerie occidentale et dans les portraits en bustes de prophètes porteurs de phylactères dans la galerie sud. Concernant la datation des chapiteaux du cloître, l’inscription évoquant la date de 1132 ( anno ab incarnatione domini m. c. xxx. iii. In hoc claustro regularis vita incepta est , sur le chapiteau de la galerie sud n o 36 selon le plan de S. Barberi, 1988) est habituellement retenue . Elle n’est pourtant pas assurée . Sandra Barberi (1988), sur une base stylistique, situe l’exécution des sculptures entre 1130 et 1160. Pour Jean Wirth (2008), la date de 1132 doit être considérée comme celle du début des travaux.

Remarque : L’aspect originel du cloître a été profondément altéré par la peinture noire appliquée au XIV e siècle sur l’ensemble des chapiteaux et des colonnes. Quelques chapiteaux décapés de cette gangue noirâtre ont révélé une pierre blanche et quelques traces de polychromies.

Aosta, collégiale Sant’Orso, cloître, galerie nord, chapiteau no 5, face nord, 1er mage
(cliché M. B. 2009, CC BY-SA 4.0)
Aosta, collégiale Sant’Orso, cloître, galerie nord, chapiteau no 5, face ouest, 2nd mage
(cliché M. B. 2009, CC BY-SA 4.0)
Aosta, collégiale Sant’Orso, cloître, galerie nord, chapiteau no 5, face est, 3e mage
(cliché M. B. 2009, CC BY-SA 4.0)
Aosta, collégiale Sant’Orso, cloître, galerie nord, chapiteau no 5, face sud, Hérode
(cliché M. B. 2009, CC BY-SA 4.0)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • BARBERI Sandra, Il chiostro di S. Orso ad Aosta, Roma, L’Erma di Bretschneider, coll. « Quaderni della Soprintendenza per i Beni Culturali della Valle d’Aosta : Nuova Serie, 5 », 1988.
  • BERTON Robert, Les chapiteaux du Cloître de Saint-Ours : un bijou d’art roman au Val d’Aoste, Novara, Istituto Geografico de Agostini, 1954.
  • BRUNOD Eduardo, La Collegiata di S. Orso : catalogo degli enti e degli edifici di culto e delle opere di arte sacra nella Diocesi de Aosta, Aosta, Musumeci, coll. « Arte sacra in Valle d’Aosta, 2 », 1983, p. 13-31.
  • CHIERICI Sandro, Piémont-Ligurie roman , Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 51 », 1979, 209-335.
  • JULLIAN Jullian René, L’éveil de la sculpture italienne : la sculpture romane dans l’Italie du Nord, Paris, Van Oest, édition d’art et d’histoire, 1945, vol. 1, p. 158-167
  • MAGNI Maria clotilde, Architettura religiosa e scultura romanica nella Valle d’Aosta, Aosta, Musumeci, 1974.
  • ORLANDONI Bruno, ROSSETTI BREZZI Elena (Éds.), Sant’Orso di Aosta : il complesso monumentale, Aosta, Tipografia valdostana, 2001-2003 , 2 vol., vol. 1.
  • PAPONE Paolo, Il chiostro di Sant’Orso in Aosta e la sua interpretazione , Val d’Aoste. Archivio storico regionale (Éd.), Aoste, Région autonome Vallée d’Aoste, Assessorat de l’Éducation et de la Culture, coll. « Bibliothèque de l’ archivum augustanum : collection d’études d’histoire valdôtaine, 36 », 2011.
  • WIRTH Jean, « Les chapiteaux du cloître de Saint-Ours à Aoste », dans Medioevo : arte e storia, A. C. Quintavalle (Éd.), Atti del Convegno internazionale di studi, Parma, 18-22 settembre 2007, Centro de studi medivali, Università degli studi di Parma, Fondazione Cariparma, Milano, Electa, coll. « I Convegni di Parma, 10 », 2008, p. 261-271.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (20 avril 2022). Aosta, église Sant’Orso. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oglr


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search