Zamora, église Santo Tomé

Zamora (Castilla y Leon, Zamora)

Édifice : église Santo Tomé


Zamora, église Santo Tomé (plan d’après R. PELLÓN BUSTILLO, dans EDR, Zamora, 2002, p. 382)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : arc triomphal de l’abside nord, chapiteau sud.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : collégiale.
  • Datation : 1er tiers du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : absidiole nord , chapiteaux de l’arc triomphal, chapiteau sud : Adoration des Mages ; chapiteau nord : Scène non identifiée, Adoration des Bergers ?
  • identifiant Wikidata : Q5912257
  • identifiant Bienes de Interés Cultural : RI-51-0001013

Zamora, église Santo Tomé, abside nord, chapiteau sud, l’Adoration des Mages
(cliché EDR, 2002, p. 381-391)
Zamora, église Santo Tomé, abside nord, chapiteau nord
(cliché EDR, 2002, p. 381-391)

Description : Le chapiteau sud de l’arc triomphal de l’absidiole nord présente une Adoration des Mages très surprenante. En effet, six personnages et non pas trois se répartissent par trois sur les deux faces latérales, de part et d’autre de la Vierge à l’Enfant. Cette dernière trône au centre de la face frontale et présente l’Enfant couronné sur ses genoux. Elle est flanquée de deux étoiles fleuries, chacune inscrite dans un disque.

À gauche de la Vierge (face orientale), trois Rois mages constituent une procession venant de l’abside vers la nef. Le premier porte un grand vase dans lequel le Christ plonge les mains (Figure 293). Sur l’autre face, trois figures, également couronnées, forment un groupe exactement symétrique à celui des Mages, exception faite des codex que chacune porte en guise d’offrande. Nous ne pouvons interpréter ces figures comme des Mages, ni comme des Bergers, ni comme des clercs en raison de leurs couronnes. Nous pensons voir ici une figuration unique des concepts abstraits auxquels ont parfois été associés les Mages dans l’exégèse : les trois vertus théologales (Foi, Espérance, Charité), ce qui expliquerait les couronnes, ou encore les différents niveaux d’interprétation des écritures (allégorique, morale, anagogique), ce qui expliquerait les codex. Les Mages ont également été assimilés aux arts libéraux du Trivium (grammaire, rhétorique et dialectique). La première interprétation reste la plus probable puisque la figuration des vertus couronnées jouit d’un certain succès dès le XI e siècle.

L’autre identification que nous ne pouvons occulter serait celle de saints martyrs, donc couronnés, ce qui n’expliquerait cependant par les trois livres.

Le chapiteau de la retombée nord (Figure 294) est tout aussi mystérieux puisqu’il présente encore une adoration de personnages disposés de part et d’autre de ce qui semble être une Vierge à l’Enfant flanquée de deux palmettes. Cette dernière tient sur ses genoux le Christ endormi. Les trois personnages s’approchant à sa droite sont habituellement identifiés comme les Bergers en adoration, mais le thème est rare à une date aussi précoce et cela n’explique pas le personnage féminin venant sur l’autre face les bras également chargés d’offrandes


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ÁLAVAREZ MARTÍNEZ Ursicino, « Iglesia de Santo Tomé », Zamora Illustrada, 31, 1983, p. 265, 268-269.
  • ANTÓN Y CASASECA Francisco, El arte románico zamorano : monumentos primitivos, Zamora, viuda de E. Calamita, coll. « Biblioteca de Heraldo de Zamora », 1927, p. 32-43.
  • ÁVILA DE LA TORRE Álvaro, Escultura románica en la ciudad de Zamora, Zamora, Instituto de Estudios Zamoranos “Florián de Ocampo”, coll. « Cuadernos de Investigación Frorián de Ocampo, 15 », 2000, p. 656-666.
  • CRUZ Y MARTIN Ángel, El románico zamorano, Zamora, Monte Casino, 1981, p. 90-92.
  • ENRÍQUEZ DE SALAMANCA Cayetano, Rutas del Románico en la provincia de Zamora, Las Rozas, Cayetano Enríquez de Salamanca, coll. « Rutas del románico en España », 1998, p. 67-69.
  • GÓMEZ-MORENO Manuel, Catálogo Monumental de España : Provincia de Zamora, Madrid, Ministerio de Instrucción Pública y Bellas Artes, 1980 (1ère éd. Madrid, 1927), vol. 1, p. 88-90, vol. 2, p. 54-52.
  • RAMOS DE CASTRO Guadalupe, El arte románico en la provincia de Zamora, Zamora, Diputación Provincial, 1977, p. 222-230.
  • RIVERA DE LAS HERAS José Ángel, Por la catedral, iglesias y ermitas de la ciudad de Zamora, León, Edilesa, 2001, p. 162-164.
  • RODRÍGUEZ MONTAÑES José Manuel, « Iglesia de Santo Tomé », dans EDR en Castilla y león : Zamora , M. A. García Guinea , J. M. Pérez González (Dirs.), Aguilar de Campoo, Fundación Santa María la Real, Centro de Estudios del Románico, 2002, p. 381-391.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (20 avril 2022). Zamora, église Santo Tomé. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oglq


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search