Uncastillo, église San Martín de Tours

Uncastillo (Aragón, Saragosse)

Édifice : église San Martin de Tours


  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : chapiteau coiffant les statues-colonnes du chœur, arc de la fenêtre centrale de l’abside, chapiteau de gauche.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : église paroissiale.
  • Datation : aux alentours de 1170 (édifice consacré en 1179), attribué à l’atelier de Leodegarius (inscription à la base de la statue-colonne du jambage occidental du portail : maria mater xpi : leodegarius me fecit ).
  • Intégration dans le programme iconographique : chapiteau de l’abside , chapiteau 1 : Annonciation, Visitation (au-dessus de deux colonnes nues) ; chapiteau 2 : Adoration des Mages , saintes-femmes au Tombeau ? (au-dessus des portraits de Paul et de Thomas) ; chapiteau 3 : motif zoomorphique (au-dessus de Pierre et d’un apôtre anonyme) ; chapiteau 4 : Nativité (au-dessus de doubles colonnes nues).
Uncastillo, église San Martin, Adoration des Mages (plan d’après M. VALDIVIELSO FRAILE, dans EDR, 2010, vol. 2, p. 705)

Uncastillo, église San Martin, fenêtre de l’abside
(Turol Jones, 2014, CC BY 2.0, via Wikimedia Commons)

Description : Les trois fenêtres qui ajourent le mur de l’abside de l’église San Martin de Tours sont intégrées à une arcature retombant sur quatre groupes de doubles colonnes flanquées de colonnes secondaires, chacun de ces groupes étant coiffé de chapiteaux historiés : du nord au sud se succèdent ainsi l’ Annonciation , la Visitation, la Visite au Sépulcre (?), l’ Adoration des Mages et la Nativité. Ces chapiteaux étaient cachés par un retable jusque dans les années 1950 et n’ont donc pas fait l’objet d’études avant cette date. Il est à noter que l’abside a subi des modifications au XVI e siècle qui ont modifié l’agencement du décor.

La fenêtre axiale a, quant à elle, fait l’objet d’un soin particulier puisque ce sont deux couples de statues-colonnes qui se dressent sur les côtés des montants : saint Paul et saint Thomas à gauche et saint Pierre et un apôtre anonyme à droite. L’ Adoration des Mages coiffe le premier de ces couples. Sur la face frontale, le premier mage, imberbe et couronnée s’incline devant la Vierge à l’Enfant en présentant son offrande. Les deux autres, barbus, attendent sur la face latérale droite (la procession des Mages s’orientant du sud vers le nord). La Vierge est assise de profil sur une tête monstrueuse et grimaçante alors que derrière elle, Joseph se tient debout, appuyé sur sa canne en forme de Tau. Sur la face latérale de gauche se tient une figure féminine, qui communique avec le chapiteau de la colonne nue de gauche. Ce dernier décrit l’ange annonçant la Résurrection aux saintes-femmes. Le chapiteau de la colonne secondaire de droite accueille, quant à lui, deux paons s’abreuvant à la Source de vie (à droite).

Uncastillo, église San Martin, fenêtre de l’abside, Adoration des Mages
(cliché D. SAGASTE ABADÍA Delia, EDR, 2010, vol. 2, p. 714)

L’Adoration ainsi placée dans le lieu le plus sacré de l’église revêt ici une importance particulière : Marie écrase le démon en présentant l’Enfant aux nations venues l’adorer, acte salvateur les conduisant à la Source de vie placée derrière eux. Notons également le parallèle explicite entre les saintes-femmes et les Mages, dressant un parallèle entre la reconnaissance de l’Incarnation et celle de la Résurrection.

L’ensemble des chapiteaux est attribué à un maître bourguignon, Leodegarius, ayant travaillé à Autun et à Chartres mais aussi sur le portail du Jugement dernier de Santa Maria de Sangüessa proche, de San Martín de Uncastillo et sur les chapiteaux de la cathédrale del Salvador de Santo Domingo de la Calzada.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ABBAS RÍOS Francisco, Catálogo monumental de España : Zaragoza, Madrid, Consejo superior de investigaciones cientificas, Instituto Diego Velazquez, 1957, p. 713-718.
  • CANELLAS LÓPEZ Ángel, SAN VICENTE Ángel, Aragón Románico, 4 de España Románica, Madrid, Encuentro, 1979, p. 351-352.
  • COBREROS Jaime, Itinerarios románicos por el Alto Aragón. El símbolo como expresión de lo sagrado, Madrid, Ediciones Encuentro, 1989, p. 128.
  • EGRY Anne de, « Esculturas romanicas ineditas en San Martin de Uncastillo », Archivo español de arte, 36, 1963, p. 181-187.
  • GIMÉNEZ AÍQA Maria Pilar, Guía de Arte Románico, Cinco Villas, Zaragoza, Uncastillo, Fundacion Uncastillo Centro del Románico, 2007, p. 54-58.
  • LACOSTE Jacques, « Escultura románica en Aragón en el siglo XII », dans Signos : arte y cultura en el alto Aragón medieval, catalogue de l’exposition, Jaca, Catedral, Museo Diocesano 26 junio-26 septiembre, 1993, Huesca, Gobierno de Aragón-Diputación de Huesca, 1993, p. 111-120.
  • MELERO MONEO Marisa, « El sarcófago de Doña Blanca y el taller de Leodegarius : Sangüesa y San Martín de Uncastillo », dans La Escultura románica : Encuentro Transpirenaico sobre Patrimonio Histórico Artístico, Uncastillo, Fundación Uncastillo, 2007, p. 7-29.
  • SAGASTE ABADÍA Delia, « église San Martin de Tours », dans EDR en Aragón : Zaragoza, M. A. García Guinea , J. M. Pérez González (Dirs.), Aguilar de Campoo, Fundación Santa María la Real, Centro de Estudios del Románico, 2010, vol. 2, p. 703-716.
  • SANCHO Maria Pilar, CODESAL José Antonio, SOBRADIEL Pedro Ignacio, Uncastillo : catálogo monumental : propuestas de actuación, Aragón, Colegio Oficial de Arquitectos de Aragón, 1984, p. 77-92.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (20 avril 2022). Uncastillo, église San Martín de Tours. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogll


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search