Tarragona, cathédrale

Tarragona (Cataluña, Tarragona)

Édifice : cathédrale


Tarragona, cloître de la cathédrale (plan d’après M. M. FUENTES, dans CR, vol. 21, p. 126)
  • Médium : sculpture.
  • Support : chapiteau.
  • Situation dans l’édifice : portail du cloître, portail nord de la cathédrale, chapiteau du trumeau.
  • Cycle des Mages : Mages devant Hérode , Adoration des Mages , Songe des Mages (ébrasement gauche).
  • Datation : fin du XIIe s.-début du XIIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : portail , tympan : Christ en gloire ; chapiteaux de l’ébrasement droit : oiseaux affrontés, saintes-femmes au Tombeau , corbeille végétale ; chapiteaux de l’ébrasement gauche : corbeilles végétales et Songe des Mages ; chapiteau du trumeau : Nativité (face est), Mages devant Hérode (faces sud), Adoration des Mages (faces ouest et nord).
  • identifiant Wikidata : Q974716
  • identifiant Bien de Interés Cultural (BIC) : RI-51-0000086
  • Catalan object of cultural interest ID : 214-MH

Tarragona, cathédrale, portail nord, Adoration des Mages
(cliché M.B, 2011, CC BY-SA 4.0,)

Description : Le portail du cloître de la cathédrale de Tarragone s’ouvre sur le mur nord de l’édifice, au niveau de la seconde travée du chœur, et permet l’accès au cloître au niveau de la galerie sud. Il se compose d’un tympan posé sur une architrave nue soutenue par un trumeau coiffé d’un chapiteau. L’ensemble est encadré par trois archivoltes nues retombant sur huit colonnes d’ébrasements groupées par quatre de chaque côté de la porte. Dix chapiteaux et deux impostes richement ouvragés décorent les deux ébrasements. Seuls le tympan, le chapiteau du trumeau et deux chapiteaux d’ébrasements sont historiés. Le tympan accueille une Majestas Domini à laquelle ont été ajoutés plusieurs éléments singuliers, sans doute en référence au texte de l’Apocalypse. De part et d’autre de la mandorle se répondent la lune et le soleil, en référence aux astres de la Crucifixion , souvent intégrés en Espagne aux Gloires christiques. Deux étoiles flanquent également le Christ dans sa mandorle. À droite de la mandorle, une troisième étoile, beaucoup plus importante, prend la forme d’une fleur à double corolle, généralement interprétée comme l’astre « Absinthe » (Ap 8, 10-11). Nous pensons pour notre part reconnaître une référence à Ap 22, 16 : « Je suis le rejeton de la race de David, l’Étoile radieuse du matin ». De même, remarquons la colonne sur laquelle est perché l’aigle de saint Jean, peut-être une référence à l’autel d’or placé devant Dieu (Ap 9, 13). Enfin, dans la partie gauche, deux arbres placés côte à côte se rapportent sans doute aux arbres de Vie plantés au centre de la Jérusalem céleste (Ap 22, 2).

Le chapiteau du trumeau réuni trois scènes de l’Enfance (dont deux extraites du cycle des Mages) sur ses quatre faces, chacune d’elles étant inscrite sous une arcade et rigoureusement séparée de ses voisines par une colonnette polygonale montée sur chaque arête. L’Adoration occupe les faces est et nord et se voit ainsi scindée en deux tableaux distincts.

Tarragona, cathédrale, portail nord, chapiteau des Mages, face nord (Vierge à l’Enfant)
(cliché M.B, 2011, CC BY-SA 4.0)
Tarragona, cathédrale, portail nord, chapiteau des Mages, face est (Rois mages)
(cliché M.B, 2011, CC BY-SA 4.0)
Tarragona, cathédrale, portail nord, chapiteau des Mages, face ouest, Nativité
(cliché M.B, 2011, CC BY-SA 4.0)

Sur la face orientale se suivent deux Rois mages accompagnés des trois chevaux apparaissant en buste sur la gauche. Le premier, le plus jeune, montre à son compagnon l’étoile fleurie placée au sommet du pinacle surmontant la colonnette. Sur la face méridionale, la Vierge-Reine trône frontalement et présente l’Enfant aux visiteurs. Deux fleurs à quatre pétales sont placées de part et d’autre de sa tête. La Vierge et le Christ tiennent chacun un fleuron qu’ils présentent tous deux côte à côte au centre de la composition. L’ensemble du groupe est abrité sous un arc jeté entre les pinacles placés au sommet des deux colonnes latérales, monumentalisant ainsi la scène. Au sommet brille une troisième étoile vers laquelle se réunissent deux anges thuriféraires. Il faut ici noter la démultiplication de l’étoile végétale dans toute la composition à laquelle participent les deux fleurons que tiennent Marie et son fils et qui expliquerait la présence de l’étoile radieuse au tympan. Sur la gauche, le troisième mage, en partie masqué par la colonnette de l’arête, crée littéralement une transition entre les deux faces consacrées à l’Adoration. Enfin, dans la partie droite, Joseph repose son visage sur son poing et pose la main sur le traversin du trône de Marie. Sur la face occidentale apparaît une Nativité composée d’un nombre inhabituel de personnages. Au sommet de la composition, le Christ dans la mangeoire est surplombé du bœuf et de l’âne. Dans la partie inférieure, Marie est allongée alors que Joseph somnole à son chevet. Deux femmes examinent Marie, sans doute Zahel et Salomé, les deux sages-femmes décrites par le Pseudo-Matthieu (XIII, 3-6). Celle de gauche, posant ses deux mains sur le ventre de Marie, serait ainsi Salomé incrédule. Le quatrième personnage sur la gauche se rapporterait dans ce cas à l’ange (un jeune homme resplendissant d’après le Pseudo-Matthieu ) , lui conseillant de toucher l’Enfant pour soigner sa main desséchée.

La face septentrionale, enfin, se consacre à l’audience au palais d’Hérode, scène actuellement masquée par le montant en bois de la porte. Les trois Rois suivis de leurs chevaux se présentent devant Hérode, assis sur son trône et croisant les jambes. Notons les visages cornus placés à chaque angle de l’abaque au-dessus de cette face.

Tarragona, cathédrale, du portail nord, chapiteau de l’ébrasement gauche
(cliché M.B, 2011, CC BY-SA 4.0)
Tarragona, cathédrale, du portail nord, chapiteau de l’ébrasement gauche, Songe des Mages
(cliché M.B, 2011, CC BY-SA 4.0)
Tarragona, cathédrale, du portail nord, chapiteau de l’ébrasement droit
(cliché M.B, 2011, CC BY-SA 4.0)

Le cycle des Mages se poursuit sur l’ébrasement gauche par le Songe des trois Rois (troisième chapiteau en partant de l’intérieur). Tous trois couchés sur une même paillasse et couverts d’un même drap reçoivent la vision de l’ange. Le chapiteau placé en pendant, sur l’ébrasement droit, se consacre à la visite des saintes-femmes au Tombeau. Sur la face interne, deux gardes sont endormis au pied d’une colonne massive portant le tombeau vide au-dessus duquel sont suspendues deux lampes. Le Sépulcre apparaît donc ici comme un autel et l’adjonction d’une large colonne rappelant celle du tympan confirmerait ainsi l’identification de l’autel d’or de l’Apocalypse (Ap 9, 13).

L’exécution de ce portail est à placer à l’extrême fin du XII e siècle, voire au début du XIII e siècle. De facture proche des ateliers toulousains ou provençaux de la fin du XII e siècle, nous aurions ici un brillant exemple de sculpture tardive se rapportant volontairement à un certain classicisme.

Tarragona, cathédrale, du portail nord, chapiteau du trumeau, Adoration des Mages
(cliché M.B, 2011, CC BY-SA 4.0)
Tarragona, cathédrale, du portail nord, Adoration des mages (détail) : éperons du premiers mages
(cliché M.B, 2011, CC BY-SA 4.0)
Tarragona, cathédrale, du portail nord, Adoration des mages (détail) : éperons du premiers mages
(cliché M.B, 2011, CC BY-SA 4.0)

Remarque : L’ Adoration des Mages apparaît à deux autres reprises à Tarragone, une première fois dans le programme sculpté du cloître, sur un chapiteau de la travée occidentale de la galerie septentrionale (premier quart du XIII e siècle) et sur le tympan nord de la façade occidentale (milieu du XIII e siècle).

Tarragona, cathédrale, façade occidentale, portail nord, tympan, Adoration des Mages (milieu du XIII e siècle).
(cliché M.B, 2011, CC BY-SA 4.0)

Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • CAMPS I SÒRIA Jordi, « El claustro de la catedral de Tarragona , un ejemplo del eclecticismo de la escultura del siglo XIII en Cataluña », dans Medioevo : arte e storia, A. C. Quintavalle ( Dir.), Atti del Convegno internazionale di studi, Parma 18-22 settembre 2007, Milano, Electa, coll. « I convegni di Parma, 10 », p. 303-315.
  • CARBONELL I ESTELLER Eduard, L’art romànic a Catalunya. Segle XII : de Santa Maria de Ripoll a Santa Maria de Pobles, Barcelona, Edicions 62, 1974, vol 1, p. 22, 75-76.
  • LIAÑO MARTÍNEZ Emma, Inventario artistico de Tarragona y su provincia, Madrid, Ministerio de Cultura, Dirección General de Bellas Artes y Archivos, 1983, p . 88.
  • YARZA LUACES Joaquin, « Escultura romànica », dans Art català : estat de la qüestió, Ve congrés del CEHA, Barcelona, Diputació de Barcelona, 1984, p. 101-122.
  • VIGUÈ Jordi (Dir),, « Santa Maria de Tarragona », dans CR, vol. 21, El Tarragonès, el Baix Camp, l’Alt Camp, el Priorat, la Conca de Barberà, Barcelona , Fundació Enciclopèdia Catalana, 1995, p. 122-234.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (19 avril 2022). Tarragona, cathédrale. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogli


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search