Sos del Rey Católico, église San Esteban

Sos del Rey Católico (Aragón, Saragosse)

Édifice : église San Esteban


Sos del Rey Católico, église San Esteban (d’après M. VALDIVIELSO FRAILE, dans EDR, vol. 2, p. 599
  • Médium : sculpture.
  • Support : relief
  • Situation dans l’édifice : église haute, portail nord, mur gauche du porche.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : église paroissiale.
  • Datation : dernier tiers du XIIe s.
  • Intégration dans le programme iconographique : portail septentrional , tympan : Majestas Domini ; archivolte, voussures interne et médiane : Luxure, Vierge à l’Enfant, scènes perdues, virgo lactans , Michel terrassant le dragon Annonce aux Bergers , Visitation (?), Adoration des Mages (?), Massacre des Innocents , Fuite en Égypte ; voussure externe : figures monstrueuses et figures humaines ; statues-colonnes des ébrasements : saints martyrs, figures royales (dont David) ; reliefs encastrés sur les revers du porche , gauche : Adoration des Mages ; droite : Visite au Sépulcre , Annonciation.
  • identifiant Wikidata : Q49228672
  • identifiant Bienes de Interés Cultural : RI-51-0001149

(Sos del Rey Católico, église San Esteban, porche nord de l’église haute (Zarateman, 2011, CC BY-SA 3.0 ES,)

Description : Les sculptures du portail septentrional de l’église San Esteban sont dans un état de conservation médiocre. De plus, l’intégration du portail dans son encadrement actuel, daté du XVI e siècle, a sans doute accentué la dégradation des sculptures et modifié leur agencement.

(Sos del Rey Católico, église San Esteban, relief encastré dans la paroi gauche du porche, Adoration des Mages
(Jl FilpoC, 2019, CC BY-SA 4.0)

Le relief de l’Épiphanie, sur le mur gauche, fait partie des trois reliefs remployés dans le mur de l’atrium. Sur le mur droit, on trouve les saintes-femmes au Tombeau et ce qui semble être une Annonciation . Ces sculptures ornaient sans doute à l’origine les montants de la porte et nous pourrions dans ce cas remarquer un intéressant rapprochement entre les Mages et les saintes-femmes, sans pouvoir en dire plus en raison de l’état déplorable des reliefs et des lacunes importantes du programme.

Sur la plaque consacrée à l’Épiphanie, les Mages sont ramassés en un groupe dense. Tous trois s’approchent de la Vierge à l’Enfant, assise de profil. Le premier mage baise le pied de l’Enfant, réitérant ainsi un geste que nous retrouvons à plusieurs reprises dans la sculpture aragonaise : sur le tympan du portail méridional de San Nicolás d’El Frago, celui du portail occidental de l’église San Miguel de Biota, celui du portail méridional de Santiago de Agüero, et sur l’un des chapiteaux du porche méridional de San Pedro Apóstol de Grado del Pico. Pourtant, sur notre relief, le premier mage n’est pas allongé devant le Christ mais adopte l’agenouillement plus classique. Au-dessus de la Vierge sont placés deux anges portant des objets liturgiques dans leurs mains malheureusement très détériorées.

Sos del Rey Católico, église San Esteban, Adoration des Mages (cliché C. MARTÍNEZ ÁLAVA, EDR, vol. 2, p. 622)

Remarque : L’un des claveaux de la partie droite de l’archivolte interne, succédant à l’ Annonce aux Bergers , pourrait être une Adoration des Mages. Malheureusement, l’état déplorable des sculptures nous empêche de l’affirmer avec certitude.


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • ABBAS RÍOS Francisco, « La Iglesia de San Esteban en Sos del Rey Católico », Archivo Español de Arte, 51, 1942, p. 163-170.
  • ABBAS RÍOS Francisco, Catálogo monumental de España : Zaragoza, Madrid, Consejo superior de investigaciones cientificas, Instituto Diego Velazquez, 1957, vol. 1, p. 163-170.
  • ALMERÍA, José Antonio, El Patrimonio Artístico de la Cinco Villas, Ejea de los Caballeros, Centro de Estudios de las Cinco Villas, coll. « Publicación de la Institución Fernando el Católico, 1844 », 1998, p. 344-358.
  • CANELLAS LÓPEZ Ángel, SAN VICENTE Ángel, Aragón Románico, 4 de España Románica, Madrid, Encuentro, 1979 , p. 233-263.
  • CANELLAS-LOPEZ, Angel, SAN VICENTE Ángel, Rutas románicas en Aragón, Madrid, Encuento, 1996, p. 203-217.
  • COBREROS Jaime, El Románico en España, Madrid, Infaco, coll. « Guías Periplo », 1993 , p. 226-230.
  • COBREROS Jaime, Itinerarios románicos por el Alto Aragón. El símbolo como expresión de lo sagrado, Madrid, Ediciones Encuentro, 1989, p. 106-110.
  • CORTÉS ARRESE Miguel, « Vinculaciones navarras de la iglesia de San Esteban de Sos del Rey Católico (Zaragoza) », Boletín del Museo e Instituto Camón Azanar, 25, 1986, p. 39-58.
  • GARCÉS Máximo, FERNÁNDEZ Fernando, Sos del Rey Católico : Iglesia parroquial de San Esteban, León, Edilesa, coll. « Edilesa monografias, 51 », 2001.
  • MARTÍNEZ ÁLAVA Carlos, « Sos del Rey Católico », dans EDR en Aragón : Zaragoza, M. A. García Guinea , J. M. Pérez González (Dirs.) , Aguilar de Campoo, Fundación Santa María la Real, Centro de Estudios del Románico, 2010, vol. 2, p. 589-623.
  • TORRALBA SORIANO Federico (Dir.), Arte religioso en la villa de Sos del Rey Católico, Zaragoza, Institucion “Fernando el Catolico”, C.S.I.C., coll. « Monumentos de Aragón , 6 », 1978.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (19 avril 2022). Sos del Rey Católico, église San Esteban. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oglh


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search