Silos, Museo del monasterio San Domingo

Silos (Castilla y Leòn, Burgos)

Édifice : monastère San Domingo, Musée


  • Édifice d’origine : église Santo Tomé de Silos.
  • Médium : sculpture.
  • Support : tympan.
  • Situation dans l’édifice (d’origine) : porche nord de l’église inférieure, portail, tympan.
  • Cycle des Mages : Adoration des Mages.
  • Contexte de l’édifice : monastère bénédictin.
  • Datation : fin du XIIe s.
  • Intégration dans le cycle de l’Enfance : portail, tympan : Adoration des Mages, Présentation au Temple, Nativité, Annonce aux Bergers ; archivoltes : Massacre des Innocents (disparu), Noces de Cana (disparu).
  • identifiant Wikidata : Q3775034
  • identifiant Bienes de Interés Cultural : RI-51-0009547-00000

Silos, Musée du monastère San Domingo, tympan de l’ancien porche nord (cliché, ICA)

Description : Le tympan de l’Épiphanie de Silos est aujourd’hui conservé au musée du monastère. Il ornait originellement le portail nord de l’église romane disparue, remplacée par l’édifice néoclassique actuel, construit au XVIII e siècle. Le cloître, beaucoup mieux conservé, laisse imaginer l’exceptionnelle qualité des sculptures du sanctuaire.

Les sculptures du portail ont vraisemblablement été perdues lors de la réfection complète du mur nord en 1712 et le tympan découvert en 1964 en reste le seul témoignage. Cependant, l’abbé de Silos au XVI e siècle fait la description de son église dans le De el monasterio de Santo Domingo, sus principios y succesos . Ce texte a disparu mais une copie est conservée dans les notes historiques écrites en 1648 par P. Juan de Cisneros, archiviste de la Congrégation de San Benito de Valladolid ( Registro de archivos, fundaciones de monasterios y otras noticias ), notes publiées en partie par Marius Férotin (1897, p. 358-360). Grâce à cette précieuse description, nous savons que le tympan était complété par une archivolte comportant le Massacre des Innocents et les Noces de Cana.

La Présentation au Temple s’insère au centre du tympan, composée autour de l’autel du Temple monté sur deux hautes colonnettes à chapiteaux corinthiens et recouvert d’une nappe d’autel. La Vierge, placée à gauche, présente l’Enfant à Syméon qui, lui, est placé à droite. Derrière la Vierge se tient Joseph qui portait sans doute le couple de tourterelles (ses mains sont mutilées). Le personnage placé derrière Syméon est manquant mais il s’agissait peut-être de la prophétesse Anne.

La Nativité s’insère dans l’écoinçon droit. Marie y est montrée allongée à la base du relief, Joseph se tenant à son chevet, alors qu’au au-dessus d’elle, l’Enfant est exposé dans ses langes non pas dans la mangeoire mais sur un autel semblable à celui de la Présentation. Encore au-dessus, l’ Annonce aux Bergers a été habilement insérée, décrivant les Bergers en estropiés et leurs troupeaux venant se nourrir aux branches d’un arbre fructueux.

L’Épiphanie trouve sa place dans l’écoinçon gauche de manière inhabituelle. En effet, les Mages ne s’orientent pas vers le centre du tympan mais vers l’extérieur. Ils sont tous trois agencés selon une composition triangulaire pour s’adapter à un support exigu : deux d’entre eux sont à genoux alors que le troisième, debout, montre l’étoile. À l’extrême gauche, la Vierge à l’Enfant siège sur un trône monté sur deux colonnes semblables à l’autel du Temple et à la mangeoire, alors qu’au-dessus d’elle brille une petite étoile végétale à quatre pétales. Enfin, remarquons que le fond de cette partie du tympan est recouvert d’une tenture conservant encore sa peinture d’ocre rouge (nous retrouvions ce détail sur le tympan de l’église Santa María de Quintanilla de Rucandro.

L’exécution du tympan est habituellement attribuée au « second atelier » de Silos, parmi les trois ayant travaillé à la décoration du monastère durant un siècle : le « premier » étant celui de la salle capitulaire et des galeries orientale, nord et occidentale du cloître inférieur et le « troisième », celui ayant œuvré dans le cloître supérieur au début du XIII e siècle. Le second atelier est reconnu pour sa sensibilité à l’art protogothique d’Île-de-France et notamment pour sa réadaptation du modèle chartrain. Aussi son activité à Silos est à situer entre 1170-1200. L’influence des compositions monumentales de la sculpture gothique septentrionale est sensible sur ce tympan composé en triptyque. Il faut toutefois remarquer que le sculpteur a entièrement remanié la composition établie en substituant au Trône de Sagesse central (comme nous le trouvions par exemple à Laon, Germigny-l’Exempt et Bourges, l’autel du Temple et en rejetant la Vierge à l’Enfant de l’Adoration dans la partie gauche. Ce bouleversement est guidé par la nécessité d’exalter l’offrande eucharistique par la Présentation au Temple . Les deux autres scènes ne font que compléter ce sens sacramentel par l’exposition du corps incarné sur l’autel-mangeoire et l’offrande eucharistique des Mages à la Vierge, ici assimilée à l’autel sur lequel trône le Christ. Isabel María Frontón Simón (1996) a bien mis en évidence ce schéma en le rapprochant des Sermons de saint Bernard et d’Honorius d’ Augustodunensis) .


Voir en plein écran

BIBLIOGRAPHIE

  • FÉROTIN Marius dom, Histoire de l’abbaye de Silos, Paris, Leroux, 1897, p. 358-361.
  • FRONTÓN SIMÓN Isabel María, « El pórtico de la iglesia románica del monasterio de Silos Datos para la reconstrucción iconográfica de su portada exterior », Boletín del Museo e Instito Camón Aznar, 64, 1996, p. 65-98.
  • FRONTÓN SIMÓN Isabel María, « La representación de la Natividad en la escultura románica : un ejemplo de la irradiación silense por la perideria castellan », dans Actas del VIII Congreso Internacional de Historia del Arte, Cáceres 3-6 octubre, 1990, Mérida, Badajoz, 1992, vol. 1, p. 55-61.
  • LOJENDIO Luis-María de, Castille romane 1, trad. N. Vaillant, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, coll. « La Nuit des temps, 24 », 1966, p. 27-111.
  • LOZANO LÓPEZ Esther, « Maestros castellanos del entorno del segundo taller silense Zusatz repertorios figurativos y soluciones estilísticas Jahr », dans Mittelalterliche Bauskulptur in Frankreich und Spanien : im Spannungsfeld des Chartreser Königsportals und des Pórtico de la Gloria in Santiago de Compostela, C. Rückert , J. Staebel (Éd.), Frankfurt am Main, Vervuert, Madrid, Iberoamericana, 2010, p. 197-211.
  • MUIR WHITEHILL Walter, « The Destroyed Romanesque Church of Santo Domingo de Silos », A.B., 14 (4), 1932, p. 316-343.
  • SENRA GABRIEL Y GALÁN José Luis, « Santo Dominigo de Silos », dans EDR en Castilla y León : Burgos, M. A. García Guinea , J. M. Pérez González (Dirs.), Aguilar de Campoo, Fundación Santa María la Real, Centro de Estudios del Románico, 2002, vol. 4, p. 2539-2571.
  • VALDO DELA ALAMO Elizabeth, Palace of the Mind : The Cloister of Silos and Spanish Sculpture of the Twelfth Century, Turnhout, Brepols, 2012


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathieu BEAUD (7 janvier 2022). Silos, Museo del monasterio San Domingo. Ces Rois mages venus d'Occident. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oglf


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search